« Quand les archives murmurent à l’oreille des chercheurs », résumé de la séance du 29 mai autour de l’exposition Jeanne Lanvin

Sophie Grossiord, conservateur général au Palais Galliera, nous a fait entrer dans les coulisses de l’exposition Jeanne Lanvin, en nous présentant le travail de fond mené pour réaliser le catalogue raisonné de l’exposition.

Séance du séminaire au Palais Galliera, 29 mai 2015 avec Sophie Grossiord ©SemMode

Le fonds Lanvin du Palais Galliera est très riche. En effet, ce ne sont rien moins que 200 pièces de costumes (femme et enfant) ; 40 pièces d’accessoires, ainsi que des pièces « homme » mais non encore étudiées et inventoriées, qui y sont conservées. Le travail de recherche mené pour l’exposition a été effectué en partenariat avec le patrimoine Lanvin qui possède lui aussi un fonds très important (Sophie Grossiord a d’ailleurs insisté sur la grande complémentarité entre les collections de Galliera et celles du patrimoine Lanvin).

Continuer la lecture de « « Quand les archives murmurent à l’oreille des chercheurs », résumé de la séance du 29 mai autour de l’exposition Jeanne Lanvin »

Reprise du séminaire sur la mode de l’IHTP, vendredi 18 octobre 2013, 14h

Séminaire sur la mode de l’IHTP, 2013-2014

 “Les intermédiaires de la mode”

 Vogue (Paris)

Intitulée « Regards croisés France-Italie sur le rôle des organisations professionnelles dans l’économie de la mode », la première séance aura lieu le vendredi 18 octobre 2013exceptionnellement à 14h.

 

 Nous aurons le plaisir de recevoir :

– M. Marco Belfanti, Professeur à l’Université de Brescia :

« 1951, naissance de la mode italienne »

 – M. David Zajtmann, Coordinateur pédagogique Programme Postgraduate de Management Mode, Design et Luxe, Institut Français de la Mode :

 « Les institutions dans la mode en France et le rôle de la Fédération de la Couture dans l’économie de la mode depuis 1973 ».

 Merci de nous confirmer par mail (seminairehistoiredemode@gmail.com) votre présence à cette séance.

 Au plaisir de vous voir nombreux le 18 octobre.

Anne Jourdain, “Les stratégies entrepreneuriales des artisans d’art aujourd’hui”, résumé de communication, séance du 14 juin

Portraits de chercheurs

“Mode et entrepreneuriat”

Anne Jourdain, 

Docteure en Sociologie

Université de Picardie Jules Verne (Amiens)/CURAPP)

Les stratégies entrepreneuriales des artisans d’art aujourd’hui

Résumé de communication (séance du 14 juin 2013) 

Définir les artisans d’art comme des entrepreneurs ne va pas de soi. Les céramistes, ébénistes, modistes, plumassiers, etc., refusent en effet le plus souvent d’être qualifiés d’« entrepreneurs », ce terme renvoyant à une activité purement lucrative. Les sociologues ayant étudié l’artisanat dans les années 1980 – notamment F. Gresle et B. Zarca – se sont eux-mêmes efforcés de distinguer les artisans des entrepreneurs, en assimilant l’entrepreneuriat à l’esprit du capitalisme orienté, dans un sens wébérien, vers la maximisation rationnelle du profit monétaire. À maints égards, l’étude de domaines économiques et culturels comme celui de l’artisanat d’art gagne, selon nous, à distinguer deux notions qui ont été historiquement associées : celle d’« entrepreneuriat » et celle de « capitalisme ». En nous inspirant des travaux de l’économiste néo-autrichien I. Kirzner, nous définissons l’entrepreneuriat comme l’exploitation d’un écart de prix sur le marché en vue d’en tirer un profit monétaire. Notre thèse est alors la suivante : si les artisans d’art ne gèrent pas leur entreprise selon une logique lucrative capitaliste, ils sont néanmoins contraints de se faire entrepreneurs et de s’investir dans des actions à vocation lucrative pour vivre de leur métier. Deux stratégies entrepreneuriales sont présentées : la stratégie de singularisation et la stratégie de diversification de la production et des prix. La première vise à différencier les objets d’artisanat d’art des produits industriels et amateurs et à justifier auprès des consommateurs des prix de vente élevés ajustés aux importants coûts de production des artisans d’art. Elle consiste à présenter, à travers divers dispositifs (films valorisant le processus de fabrication, labels, etc.), les objets d’artisanat d’art comme des singularités (au sens de L. Karpik), c’est-à-dire comme des produits dont l’évaluation relève moins du prix que d’un jugement sur la qualité. La seconde stratégie entrepreneuriale consiste, pour les artisans d’art les moins établis, à produire des objets plus petits et moins chers que leurs pièces habituelles pour les vendre plus facilement sur le marché. En fabriquant ainsi des bols, breloques, petits bijoux, etc., les artisans d’art jouent sur des écarts de prix pour rentabiliser l’ensemble de leur activité. Même les univers culturels (non subventionnés) comme celui de l’artisanat d’art ne sont ainsi pas exempts de jeux sur les prix.

Histoire de Mode

Ce carnet sera le support principal du séminaire de recherche sur l’histoire de la mode qui se tient mensuellement à l’Institut d’histoire du temps présent et qui est destiné aux universitaires, aux étudiants en master, aux doctorants et aux professionnels de la mode.

Créé en 1999 par l’historienne Dominique Veillon, directrice de recherche au CNRS, ce séminaire de recherche regroupe des acteurs d’horizons différents ayant en commun un intérêt pour la mode.

Les objectifs poursuivis par ce groupe de recherche et donc par ce futur carnet sont multiples : ils visent à décloisonner la mode et à en faire un objet d’histoire. Il s’agit d’appréhender scientifiquement cet objet d’étude, en proposant différents niveaux d’explications et en fournissant des jeux d’échelles multidiscplinaires, en mobilisant diverses ressources, telles que celles de la philosophie, l’anthropologie, la sémiologie, la psychanalyse, la sociologie et l’économie.

– objectifs que valorisera ce carnet –