Exposition « Germaine Krull. Un destin de photographe », Jeu de Paume, Paris

IMG_9058IMG_9057

« N’est ce pas votre méthode ? Vous êtes un miroir reformant. Vous et la chambre noire obtenez un monde neuf, un monde qui a traversé des mécanismes et une âme.  Cet individualisme de l’appareil offre un danger. Il est certain.

Déjà en 1912, j’envoyais le petit marchand japonais Takaïra prendre des kodaks de Versailles. Il emportait mon appareil. Il rapportait douze photographies japonaises du parc de Versailles. Ce phénomène nous vaut un déluge de photographes. Incapables de s’exprimer par le pinceau ou par la plume, une foule d’esthètes s’expriment par l’entremise de l’appareil de prise de vues. 

Il existe peu d’artistes nés sous le signe de la chambre noire, sous l’arc-en-ciel de la lentille, sous l’étoile de l’objectif. Vous êtes de cette petite troupe dont Man Ray ouvrait jadis la marche et dont le livre de Charles Peignot résume l’effort. »

.

Voici les mots que Jean Cocteau adresse à Germaine Krull dans sa « Lettre à Germaine Krull » (publiée dans Le Courrier littéraire, avril-juin 1920) pour lui expliquer toute l’admiration qu’il éprouve pour son travail, et la singularité de son « regard photographique ».

.

La photographie qui se développe considérablement à cette époque conduit, en effet, nombres « d’esthètes » à adopter l’appareil photographique pour exprimer leurs idées  alors même qu’ils n’ont pas le talent suffisant pour « bien voir » ou pour proposer un regard neuf sur leur environnement, selon Cocteau…Contrairement à eux, Germaine Krull, qu’on surnommait le « chien fou » durant ses études à Munich et dont la vie est un véritable roman, possédait elle, toujours selon Cocteau, l’œil pour capter le monde qui évoluait autour d’elle et s’ouvrait à la modernité, mais aussi pour comprendre son environnement, et le transmettre aux autres d’une manière personnelle et sensible.

Figure emblématique de la photographie des années de l’entre-deux-guerres, Germaine Krull (1897-1985) n’a cependant pas été beaucoup étudiée par les historiens en comparaison avec les photographes Man Ray et André Kertesz par exemple, principalement en raison de la brièveté de sa carrière (20 ans en France dont 5 ans seulement de grande productivité), de la dispersion de ses photographies, et de l’absence d’un fonds d’archives dédiés à son travail (et peut-être aussi car il s’agissait d’une femme photographe, à l’instar de Gerda Taro, dont l’œuvre a été minimisée par rapport à celle de son compagnon Robert Capa).

Engagée à gauche, l’aventurière, voyageuse et libre-penseuse Germaine Krull a vécu plusieurs vies :

  • Le 20 novembre 1897, naissance à Wilda (quartier de Poznan, Empire allemand). Mène une adolescence aux mœurs très libres.
  • En 1916, elle étudie la photographie à  l’Institut d’enseignement et de recherche sur la photographie de Munich, et produit plusieurs clichés de nus.
  • En 1919, elle épouse un anarchiste russe, Towia Axelrod et s’engage dans la révolution spartakiste (ce qui la conduit à être emprisonnée à Moscou en 1921).
  • En 1923, elle reprend la photographie de nus féminins à Berlin cette fois-ci, où elle ouvre un atelier de portraits tout en poursuivant ses activités politiques.
  • Elle s’enfuit ensuite aux Pays-bas avec le cinéaste Joris Ivens, et s’intéresse à la photographie d’architecture
  • En 1926, Germaine Krull s’installe à Paris et ouvre un studio de photographie de mode. Elle travaille essentiellement pour Sonia Delaunay.
Auto-portrait, 1927
Auto-portrait, 1927
  • En 1928, elle publie son fameux portfolio Métal, puis est engagée par Lucien Vogel au sein du magazine Vu. Elle réalise de nombreux reportages sociaux (fêtes foraines, marchés aux puces, bars, bals, les clochards…).
G.Krull dans son auto, Monte-Carlo, 1937
G.Krull dans son auto, Monte-Carlo, 1937
  • Durant la Seconde Guerre mondiale, Germaine Krull part au Brésil en 1940 comme Française libre. En 1942, elle est envoyée à Brazaville et fonde un service de propagande photographiques. En 1943, elle est à Alger en tant que reporter. Elle accompagne ensuite les Alliés lors du débarquement en Provence en août 1944, remonte en Alsace, et est témoin de la libération du camp de Vaihingen.
Portrait de Germaine Krul en tenue des Forces françaises libres, Alger, 1944
  • En 1946, elle est correspondante de guerre en Indochine avant de rejoindre Bangkok où elle continue sa carrière de reporter. Elle devient gérante d’un hôtel tout en photographiant le patrimoine religieux de Thaïlande et de Birmanie, avant de prendre fait et cause pour les Tibétains en exil dans les années 1960.
  • Elle rentre en Allemagne en 1983 où elle décède le 30 juillet 1985.

Durant sa carrière, Germaine Krull produit des clichés de reportage (axés sur le social, le politique, le culturel…), de mode, d’art…Elle s’intéresse aux grandes villes telles que Paris (grands magasins, fêtes foraines, quais, marché aux Puces, Tour Eiffel) et Marseille; et de manière générale, à la modernité urbaine (aux grues, aux ponts, aux ports, aux silos), mais également aux prouesses nouvelles de l’automobile et de la vitesse; aux voyages ; aux femmes ; au nu ; aux corps ; aux mains et, à la fin de sa vie, aux patrimoine religieux bouddhiste, aux Tibétains…

Germaine Krull publie majoritairement dans des revues : Vu d’abord, le magazine créé, en 1928, par Lucien Vogel, où elle publie 280 clichés de reportage ; Jazz ensuite (76 clichés), Variété, Art et Médecine, Voilà, l’Art vivant…Elle publie également des livres photographies/portfolios dont elle est l’unique auteur (Métal en 1928, 100x Paris, en 1929, Etudes de nu en 1930, Biarritz en 1931, ou encore La Folle d’Ittevile en 1931), ainsi que des livres sur Paris (Paris, en 1928, Visages de Paris, en 1930).

Planches issues du portfolio « Etudes de nu », 1930

Pour rendre hommage à la diversité de l’œuvre photographique de Germaine Krull, l’exposition, montée par Michel Frizot, « propose une nouvelle lecture de son œuvre en rééquilibrant une vision artistique intégrée à l’avant-garde et une fonction médiatique et illustrative […] ». L’objectif n’est pas tant de montrer comment Germaine Krull incarne l’esthétique photographique avant-gardiste de la Nouvelle Vision (même si l’exposition souligne les effets esthétiques des clichés de la photographe), mais davantage d’expliquer son engagement photographique marqué de l’empreinte du social (reportage sur les clochards de paris, les Puces, les ouvrières, les gitans, les quartiers populaires de Marseille…), sa volonté de capter son environnement proche, le quotidien, et le banal des grandes villes, ou encore sa grande proximité (sans aucun misérabilisme) avec les sujets et objets qu’elle photographie. N’accordant pas autant d’importance que d’autres photographes à l’époque aux revendications esthétiques du Bauhaus ou du surréalisme, Germaine Krull définissait son travail ainsi : « le vrai photographe c’est le témoin de tous les jours, c’est le reporter« . Néanmoins, privilégiant « le côté visuel des choses », jouant sur les contrastes, les effets de lumières et de cadrages, la photographe réussit à s’éloigner des reportages documentaires classiques pour faire jaillir de ses clichés une atmosphère ou une empathie inattendues. En, effet, souvent, elle porte sur l’objet photographié un regard volontairement décalé, insolite. Comme l’explique Carlo Rim, rédacteur en chef de Vu notamment, à cette époque, la photographie n’est pas une simple représentation de la réalité, mais confère « à telles ou telles formes connues […] une originalité mystérieuse ».

L’exposition au Jeu de Paume se concentre sur la période 1926-1933, période de grande productivité chez la photographe. L’approche chrono-thématique découpe le parcours ainsi :

  • Berlin et Paris, les débuts
  • 1928, « Mes fers » et Vu
  •  Reportages et magazines
  • Paris, paris !
  • L’auto, la route
  • Femmes
  • « Ma collection de mains »
  • Le Courrier littéraire, 1930
  • Esprit fantasque
  • La guerre
  • En Asie

Quelques photographies de Germaine Krull sur Sonia Delaunay et les grands magasins

Devant les grands magasins, vers 1929
Etude publicitaire pour Paul Poiret, 1926

IMG_9059

IMG_9064

Modèle de Sonia Delaunay, 1926

Modèle Sonia Delaunay
Modèle Sonia Delaunay
Modèle de Sonia Delaunay, 1926
Modèle de Sonia Delaunay, 1926
Lizica Codreano dans une robe Sonia Delaunay.
Lizica Codreano dans une robe Sonia Delaunay.
Mannequins dans une vitrine, 1930.

 

Publicité Gibbs, 1930
Publicité Gibbs, 1930
Étalages: les mannequins, 1928
Étalages: les mannequins, 1928
Semaine du blanc dans un grand magasin. Le Printemps, 1928
Semaine du blanc dans un grand magasin. Le Printemps, 1928
Madame Jacques Heim, 1928
Madame Jacques Heim, 1928

Exposition: « Germaine Krull (1897-1985) Un destin de photographe »

du 02 juin au 27 septembre 2015, Jeu de Paume, Paris
Autoportrait à l'Icarette
Autoportrait à l’Icarette Vers 1925 Germaine Krull
Germaine Krull (1897-1985) est une des photographes les plus connues de l’histoire de la photographie, pour sa participation aux avant-gardes des années 1920-1940, et l’une des femmes-photographes les plus célèbres. La publication de son portfolioMétal en 1928, sa présence à l’exposition « Film und Foto » en 1929 sont les événements le plus souvent rappelés, qui l’inscrivent de fait comme l’une des égéries de la « modernité » photographique.