Part II. Immersion dans les archives de la Couture – Yves Saint Laurent

Compte-rendu de la séance du #SemMode de l’IHTP du 25 septembre 2015

(Partie II)

Sandrine Tinturier, Responsable de la Conservation, Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent

Yves Saint Laurent et la valorisation patrimoniale, une évidence! En effet, YSL est le premier couturier à avoir eu, de son vivant, une exposition en son nom revenant sur sa carrière et ses créations. Celle-ci a été organisée en 1983 au MET de New York par Diana Vreeland. http://www.metmuseum.org/research/metpublications/Yves_Saint_Laurent

1. Le statut particulier des archives Yves Saint Laurent

Sandrine Tinturier, depuis six ans responsable de la Conservation au sein de la Fondation, a insisté sur le tournant vécu par la maison Yves Saint Laurent depuis le décès du couturier en 2008, qui se caractérise par une évolution de son statut :  de Maison de couture (avec des documents de travail utilisés lors de la création des collections, des documents que les employés de la maison manipulaient sans précaution particulière et jetaient lorsqu’ils avaient fini de les utiliser) à une Fondation (avec des documents devenus des objets patrimoniaux qu’il faut conserver, inventorier, valoriser, protéger); en somme de l’entreprise au musée, ou, en d’autres termes, de l’activité professionnelle quotidienne à la patrimonialisation / à la muséification.

Les objets des archives Yves Saint Laurent sont nombreux et divers (modèles, plateaux de boutons, casier avec  fils de soie couleurs, stockman aux mensurations des clientes, formes à chapeaux, à chaussures, croquis, photographies de défilé…) : ils formaient les matériaux de la maison de couture YSL lorsqu’elle était en activité ; jusqu’à récemment, ils n’étaient donc jamais pris en compte ou inventoriés car  ils étaient considérés comme du matériel et non comme du patrimoine.

bloc C (2) (Medium)bloc C (6) (Medium)

IMG_7449 (Large)bloc C (7) (Medium)

Livres clientes

Depuis 2008, l’un des principaux enjeux pour les équipes de la Fondation est donc le suivant: réussir à passer du document de travail à la pièce de patrimoine;  du quotidien et de l’éphémère d’une maison de couture à des archives pérennes;  d’objets consultés plusieurs fois à des objets protégés .

Le cas des photographies de défilé révèle combien cette démarche est difficile: les photographies étaient en album, reproduites en 10-15 exemplaires, et étaient souvent feuilletées (sans gant) de nombreuses fois. Le service patrimoine a donc dû alerter la direction en expliquant qu’il s’agissait d’objets patrimoniaux et non (plus) d’objets du quotidien ou de documents de travail. De même, les fiches de manutention circulaient entre plusieurs mains dans les ateliers et étaient souvent envoyées par la poste: riches d’informations, elles étaient utilisées comme des sources de renseignements sur les collections. Leur consultation entraînaient leur détérioration. Là aussi, il a donc fallu faire preuve de pédagogie au sein de la Fondation, et expliquer que ces documents étaient précieux, fragiles et nécessitaient d’être consultés avec soin.

2. La conservation des archives Yves Saint Laurent, une conservation sentimentale

Dans ce questionnement intervient aussi la question du sensible, de l’intime car la conservation des archives YSL est loin d’être uniquement une conservation muséale. Elle est une conservation à plusieurs facettes : elle est liée à un fonds d’archives d’une maison qui n’est plus en activité, à des œuvres qui ont marqué l’histoire de la mode, à des personnes/personnalités (Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, les petites main de la maison parties prenantes de son destin…), mais aussi à un lieu (le lieu même de la création YSL). Cette conservation est donc aussi – et peut-être avant tout – une conservation qui a beaucoup à voir avec le sentiment, une conservation sentimentale ; l’héritage du couturier dont l’ombre plane encore sur la Fondation, et qui semble encore chuchoter aux oreilles des responsables de la Fondation ce qu’il faudrait conserver, jeter, acheter…et ce que lui ferait comme choix patrimoniaux au sein de la Fondation.

Cette dimension sensible, intime se ressent également dans la manière dont les archives sont appréhendées/vécues par les employées de la maison YSL. Dans la Maison travaillaient et travaillent encore des anciennes collaboratrices d’YSL qui étaient là aux débuts de la maison, qui ont été partie prenante dans son destin, qui utilisaient fréquemment les objets qu’il faut aujourd’hui considérer comme des archives, et qui appellent des utilisations et usages différents. Comment convaincre une ancienne couturière de la maison de couture, par exemple, qu’une fiche de manutention doit être protégée au même titre qu’une pièce de musée car elle contient des informations essentielles sur l’histoire de la maison? Comment expliquer aussi qu’une robe des collections YSL doit être conservée en l’état et ne peut pas être retouchée comme l’était une robe lors des collections (ou du moins que si elle doit l’être, elle doit l’être par une restauratrice et non une ancienne petite main)?

Le plus difficile semble ainsi de faire saisir l’importance de la valeur du patrimoine YSL.

3. La richesse des archives de la Fondation Yves Saint Laurent

Au-delà de ces problématiques, les archives YSL se singularisent par leur richesse qui se perçoit dans le nombre des objets conservés autour d’un vêtement/d’une collection. Les documents sont en effet très nombreux et divers, permettant de reconstituer toute la genèse d’une collection, son contexte de création, et de diffusion.

Pour un modèle, la Fondation conserve :

(Toutes ces illustrations sont la propriété de la Fondation Yves Saint Laurent Pierre Bergé. Merci de ne pas les utiliser sans son autorisation.)

-Le modèle en lui-même (ici tailleur en soie imprimée, hiver 1986, portée par Kirat)

2 - HC1986E036. veste2 - HC1986E036. jupe

-Le croquis préparatoire original réalisé par YSL (avec parfois échantillon de tissu)

3 - Croquis original

-La fiche d’atelier (Bible): reproduction du croquis original sur feuille de papier quadrillée épinglée d’échantillons. Ce document permet de décrire l’accessoirisation du modèle. Il indique le numéro du modèle, du passage du mannequin; les tissus et matières utilisés, les couleurs; le nombre d’heures consacrées à ce modèle…Les plus anciennes datent de 1971.

-L’empreinte: document de travail destiné à la production des imprimés sur tissu.

-La planche de collection: planche qui réunit sur une même feuille tous les modèles d’une collection: croquis originaux de chaque modèle, nom des ateliers et mannequins, numéros des fiches d’atelier, numéros de passage, échantillons textiles, nom des fournisseurs (broderies, plumes…). Elle donne une vision d’ensemble de la collection (du vêtement du jour au vêtement du soir) et permet de l’ajuster.

Capture d’écran 2015-09-27 à 12.14.49

-La fiche de manutention conservée depuis 1968

Capture d’écran 2015-09-27 à 12.10.19

-Le polaroïd (avec choix du mannequin; pièce accrochée au vêtement)

-Le programme des collections

10 - Programme de collection

-Les photographies des défilés (images sous droit d’auteur)

-La griffe d’atelier avec nom du mannequin, plomb de douane parfois si le modèle a voyagé

14 - HC1986E036, griffe

-La liste des prix

15 - Prix

-La liste des clientes qui ont acheté ce modèle

-Le livre des griffes de la collection correspondant aux clientes (indiquant aussi les mensuration des clientes): permet de suivre les modèles qui sont proposés en vente aux enchères)

-Les publicités autour du modèle

Capture d’écran 2015-09-27 à 12.39.19
Hola, 1er janvier 1986
Capture d’écran 2015-09-27 à 12.39.42
Mme Figaro, 9 septembre 1986

20 - PubCapture d’écran 2015-09-27 à 12.40.55

-La photographie du modèle exposé lors d’exposition (ici au MoMu, robe panthère)

????????????????????????????????????

A noter: la Fondation a mis en lignes une certaine partie de ses archives : Paper dolls, croquis de mode, croquis de costumes et de décors pour le cinéma, le théâtre, le ballet et le music-hall,  affiches et bande dessinée : http://webmuseo.com/ws/archives-pb-ysl/app/collection/expo/1

Immersion dans les archives Sonia Rykiel: à suivre dans une troisième partie