“Costume Culture”, Marie-Charlotte Calafat (MUCEM), 21 avril à 18h

 

Cette intervention propose une présentation historique de  l’approche ethnographique conduite sur les costumes régionaux par le musée national des Arts et Traditions populaires (Mnatp) et le musée de l’Homme. Seront ainsi questionnées la constitution des collections de costumes régionaux et traditionnels et leur exposition au regard de la création contemporaine qui décode les langages liés aux vêtements et s’en inspire. Les dialogues entre costume régional au musée et haute couture sont rares et peuvent sembler être fondés sur une triple contradiction : le costume serait le fait d’un groupe, là où la haute couture serait celui d’individualités créatrices ; symbole de permanence, pensé comme le garant immuable d’une culture donnée, il s’oppose à un secteur professionnel adossé à des principes comme l’éphémère et le renouvellement ; il est enfin systématiquement associé à un territoire, face à un phénomène globalisé.

 

Conservatrice du patrimoine, Marie-Charlotte Calafat est responsable du département des collections et des ressources documentaire au Centre de Conservation et de Ressources du Mucem. Elle assure au sein de l’équipe scientifique une responsabilité sur le pôle « Histoire du musée ». Après avoir été en charge de la coordination des chantiers des collections du musée en vue de leur transfert à Marseille, elle a contribué à l’élaboration des nouvelles réserves qui les abritent. Elle a assuré plusieurs commissariats d’expositions au Mucem : Document bilingue, Roman-Photo, Georges-Henri Rivière Voir c’est comprendre, Folklore, Je signe donc je suis. Continuer la lecture de « “Costume Culture”, Marie-Charlotte Calafat (MUCEM), 21 avril à 18h »

Présentation du séminaire Cultures et Histoires de Mode | Edition 2022-2023

Édition 2022/2023 :

Déconstruire l’histoire de la mode parisienne: vers un récit déhiérarchisé

 

L’histoire de la mode écrite jusqu’à aujourd’hui est principalement une histoire de la haute couture, de la créativité et du « génie » de quelques individus, de produits exclusifs et extraordinaires, de photographies publiées sur papier glacé et de la figure, devenue mythe, de La Parisienne. La mode a été largement promue par les médias, la publicité et le tourisme comme un élément essentiel de la modernité occidentale, trouvant ses racines dans la capitale française. Les discours promotionnels et culturels développés autour de Paris « capitale mondiale de la mode » – aussi séduisants et économiquement attrayants qu’ils aient pu être et soient encore – ont eu des retombées culturelles, économiques, culturelles et politiques importantes sur les autres pays et sociétés qui n’ont pas été suffisamment analysées et qui bénéficieraient d’études critiques transdisciplinaires.

S’appuyant sur les travaux fondateurs des chercheurs nous ayant précédés, e séminaire vise à déconstruire les récits dominants autour de la « mode parisienne », à contribuer à la réécriture d’histoires de mode déhiérarchisées et décentralisées.

Le séminaire propose de réorienter les recherches vers : Continuer la lecture de « Présentation du séminaire Cultures et Histoires de Mode | Edition 2022-2023 »

[Appel à articles] Dossier “Mode et Relations internationales”. A paraître dans le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, Paris 1 Sorbonne, à l’automne 2021.

http://www.pantheonsorbonne.fr/autres-structures-de-recherche/ipr/les-revues/bulletin/

Coordination du dossier :

Véronique Hébrard (Pr, Université Lille),

Sophie Kurkdjian (chercheur invitée IHTP),

Diana Ospina (Université Paris 1)

Appel à contributions

En proposant ce dossier sur la mode, le projet initial est de donner à voir ce champ relativement nouveau en histoire. En effet, l’histoire de la mode a acquis ces dernières années un dynamisme important comme en témoignent le séminaire d’Histoire et Mode animé par Sophie Kurkdjian et Maude Bass-Krueger à l’IHTP-CNRS, le réseau de recherche Culture(s) de Mode, soutenu par le Ministère de la Culture, mais aussi la revue Modes pratiques lancée par Manuel Charpy (CNRS).

A l’intérieur de ce champ, celui de la mode dans sa dimension circulatoire, consubstantiel à la notion même de mode, n’a fait l’objet de travaux en histoire que très récemment.

Ce numéro thématique sur la mode vise donc à analyser les différentes facettes et dynamiques des circulations affectant la mode en proposant des articles portant non seulement sur la façon dont la mode, historiquement et socio-culturellement ancrée, est à la fois l’objet d’appropriations comme vecteur d’identités individuelles et collectives, sociales et raciales, mais aussi de réappropriations et rejets pour ce qu’elle représente, dans l’espace et le temps.

Il s’agira également de proposer des analyses sur la circulation des modèles et les différents types d’emprunts auxquels la mode et ses produits peuvent donner lieu (depuis les différents registres de la mode civile en passant par les modèles d’uniformes rattachés à un type d’armée), sur la resignification de la valeur des textiles ou des pièces, le contournement des usages. Toutes dynamiques qui permettent d’observer ce que les individus et les groupes, mais aussi les élites gouvernantes projettent à travers le vêtement pour correspondre à des identités extérieures, à un modèle de « civilisation », comme ce fut tout particulièrement le cas dans les nations issues des processus de désintégration impériales de la fin du 18ème et début du 19ème siècle dans les Amériques où s’habiller à la mode européenne est une façon de contribuer à l’accession de la nation au rang des nations civilisées. La mode en tant qu’outil au service de la diplomatie des Etats est au cœur de cette réflexion, et sera l’occasion de questionner à nouveaux frais la notion de « capitale de la mode » attribuée à Paris en interrogeant ce que cette renommée, plus ou moins fondée, a pu susciter en termes de circulation des créateurs de tous horizons et de diffractions, mais aussi les autres lieux qui sont autant de creuset d’internationalisation comme les salons, magazine et revues…

Un autre axe sera consacré aux travaux sur les échanges de savoirs et de savoir-faire, et sur les vecteurs de ces circulations dès lors que de nombreux métiers liés à la mode et la fabrication sont marqués par la présence d’une forte main-d’œuvre étrangère, mobile par principe et qui ont été aussi des vecteurs de ces transferts de savoir-faire et d’usages.

On sera également attentif à la dimension épistémologique de ce champ de la recherche en mettant également en valeur les sources à même de traiter ces différents aspects et les corpus et fonds qui peuvent permettre d’ouvrir de nouvelles recherches.

Les propositions et articles seront à envoyer aux trois adresses suivantes :

veronique.hebrard@univ-lille.fr

sokurkdjian@gmail.com

Diana.Ospina@univ-paris1.fr

Dates limites :

15 décembre 2019 : proposition d’un titre et résumé.

15 février 2020 : réponse acceptation des propositions.

15 septembre 2020 : réception des articles pour 1ère lecture

15 novembre 2020 : retour des articles relus

15 mars 2021 : réception des articles pour lecture par comité de lecture de la Revue

Automne 2021 : parution du numéro

SemMode – Mode et écologie, IHTP-CNRS, 18 janvier, 14h30

Le prochain #SemMode a lieu le 18 janvier à 14h30 au 59/61 rue Pouchet, 75017 Paris.

Nous aborderons la problématique de la mode et de l’écologie.

Nous aurons le plaisir de recevoir:

– Edwina Ehrman, Curator of Textiles and Fashion, Victoria and Albert Museum.
– Aurélie Mossé, Co-directrice du groupe de recherche Soft Matters, Ensadlab

L’inscription est obligatoire via le lien ci-dessous. Merci!

INSCRIVEZ-VOUS