Archives de catégorie : Expositions

« Balenciaga: l’oeuvre au noir », par César Imbert

Organiser une exposition de mode au Musée Bourdelle six ans après l’immense succès de la rétrospective consacrée à Madame Grès était une gageure. Le Palais Galliera relève le défi du 8 mars au 16 juillet avec une exposition consacrée à l’œuvre noir du couturier espagnol Cristòbal Balenciaga.

Moins évidente que pour Madame Grès qui déclarait travailler le tissu comme la pierre, la présence de Balenciaga dans un musée de sculpture n’est pas pour autant illégitime. Dès le milieu des années 1960, les similitudes entre sa pratique et la statuaire étaient mises en avant par des écrivains comme Violette Leduc qui déclarait : « Balenciaga sculpte, peint et écrit en faisant des robes. C’est la raison pour laquelle il est au-dessus des autres. (…) Balenciaga m’a appris que ses merveilleuses robes durent aussi longtemps qu’une statue de marbre »[1]. L’aspect sculptural des œuvres de Balenciaga est évident lorsque l’on observe des modèles comme le « Chou Noir » créé à la fin des années 1960. La cape qui compose cette toilette semble comme fossilisée par le tissu employé par le maître : un Gazar de soie, dur et cassant, créé spécialement pour Balenciaga par la société textile suisse Abraham. Le noir, sujet principal de cette exposition, ne fait que renforcer cette impression.

@Musée Bourdelle

Le rapprochement entre Balenciaga et Bourdelle est d’autant plus limpide si on compare le parcours des deux hommes. Maîtres absolus et incontestés de leurs techniques, ils ont atteint, à force de travail et d’expérimentation, une synthèse de leur art. Tous deux mirent en œuvre des formes pures et nettes, sans ambages ni fioritures.  Ainsi, la mise en regard du portrait de Madeleine Charnaux sculpté par Bourdelle en 1917 avec une robe de 1967 se passe de commentaire. La simplicité des lignes qui dessinent le visage de la jeune fille répond à la clarté du volume souhaité par Balenciaga pour cette robe conique qui flotte autour du mannequin. D’aucuns diront que Balenciaga, au moment de fermer sa maison, sculptait le tissu avec autant d’intransigeance que Bourdelle travaillait la pierre à la fin de sa vie.

La dernière partie de l’exposition, en faisant dialoguer les modèles noirs de Balenciaga avec les bronzes de Bourdelle, est le parachèvement de cette rencontre. Les jeux de lumières à l’œuvre sur les bronzes entrent en harmonie avec les reflets vibrant sur les tissus choisis par le couturier. Plus qu’un seul noir, c’est l’infinité du noir que cette exposition nous propose de découvrir.

@Musée Bourdelle

Joyau du musée, l’atelier de Bourdelle est l’une des étapes le plus marquantes du parcours. Malheureusement, le tailleur qui y est présenté semble étranger à cet espace hors du temps, contrairement aux robes de Madame Grès exposées en 2011. La magie qui transportait alors le spectateur s’est étiolée. Car il est vrai qu’en reprenant certains partis pris explorés auparavant, cette nouvelle exposition soumet le spectateur à une impression de déjà-vu. Ce choix est d’autant plus surprenant lorsque l’on connaît l’attrait du Palais Galliera pour les innovations scénographiques. Seule nouveauté, les deux toiles noires exposées sur des structures en métal de plusieurs mètres de haut qui rivalisent avec les plâtres de Bourdelle au début de l’exposition.

Le spectateur aura cependant le plaisir de découvrir de nombreux chefs-d’œuvre de Balenciaga, comme la robe Baby-doll de 1957 qui constitue un tournant dans les recherches du couturier sur les volumes, annonçant l’abstraction des collections à venir. Même si la chronologie n’est pas respectée, on perçoit nettement l’émancipation de Balenciaga et le rôle que le noir joua dans ce processus. Les principaux thèmes développés par Balenciaga tout au long de sa carrière comme l’historicisme ou le folklore espagnol sont évoqués en filigrane. La dentelle noire, les madroños ainsi que les broderies de jais qui ponctuent nombre de ses créations sont autant de clins d’œil à sa terre natale qui ne cessa de l’inspirer.

@Musée Bourdelle

Le Palais Galliera offre une lecture nouvelle et originale de l’œuvre de Balenciaga, mêlant l’expérience esthétique à la compréhension du processus créatif du couturier. Sous le regard d’Antoine Bourdelle, les vêtements entrent en résonnnce avec les marbres, bronzes et plâtres du sculpteur qui demeure, malgré tout, le véritable maître des lieux.

[1] Cité par Miren Arzalluz, « Iconoclastic visions of the silhouette : Cristòbal Balenciaga », dans Karen Van Godtsenhoven, Miren Arzalluz et Kaat Debo, Fashion Game Changers : Reinventig the 20th-century silhouette, London, Bloomsbury publishing, 2016, p.33.

L’exposition « Bjork Digital » (Somerset House), vue par Maxime Laprade

Bjork Digital – Où est l’exposition ?

185898

Somerset House à Londres a ouvert sa toute dernière exposition: Bjork Digital. Après la grande rétrospective à New York en 2015, c’est ici un projet bien différent que la chanteuse nous présente. Le principe est une mise en scène de son dernier album, Biophilia.

Continuer la lecture de L’exposition « Bjork Digital » (Somerset House), vue par Maxime Laprade