Portrait de chercheur : Élise Urbain, “De la Suite d’estampes au Monument du Costume : étude d’un recueil gravé de la fin du XVIIIe siècle”

Portrait de chercheur

Élise Urbain,

M1 Recherche Histoire de l’art Université Lille III

“De la Suite d’estampes au Monument du Costume: étude d’un recueil gravé de la fin du XVIIIe siècle”

Les adieux. Moreau le jeune inv., De Launay le jeune sc. 1777
Taille douce, env. 22 x 27 cm pour l’image, 52 x 75 cm pour la page.
Paris, Musée Carnavalet

 

1. Pourquoi ce sujet de recherche?

Le très célèbre Monument du costume n’est pas un livre unique, mais une compilation d’estampes éditées auparavant en plusieurs livraisons, dont l’auteur et le sens donné changent avec le temps, et dont le succès a eu pour conséquence de nombreuses rééditions et contrefaçons. C’est donc un ouvrage très complexe, source de nombreuses confusions, y compris dans la littérature scientifique, et ce à toutes les époques.  La complexité de l’aventure éditoriale qui a abouti au Monument du Costume est donc une difficulté à surmonter, mais c’est aussi ce qui en fait sa richesse et son intérêt. C’est pourquoi j’ai choisi de m’intéresser aux étapes qui ont mené à l’ouvrage final, plutôt qu’à l’ouvrage lui-même qui est plus célèbre et a été très bien étudié.

 Je porte un grand intérêt, à la fois à l’histoire de la mode et à celle du dessin, et en particulier la mode et le vêtement vus à travers le prisme des œuvres d’art. L’étude du Monument du Costume me permet non seulement de concilier mes deux thèmes de prédilection, mais aussi de m’ouvrir à d’autres disciplines :

–              l’histoire de l’édition de livres et d’estampes,

–              l’étude des mœurs, en particulier l’intérêt inédit que la haute société du XVIII° siècle se porte à elle-même, et l’essor fulgurant   de la mode,

–              le rapport entre texte et image, d’autant plus intéressant qu’à de mêmes images ont été associés différents textes,

–             l’étude du cercle relationnel des artistes, en l’occurrence Freudeberg et Moreau le jeune, de leurs conditions de travail pour une commande.

Il s’agit donc d’un sujet d’études complet, transversal, qui a en outre l’avantage de présenter des estampes de grande qualité figurant un monde brillant et raffiné, celui des élégants de la fin du XVIII° siècle.

 2. Sources, archives et lieux d’archives

 Les exemplaires reliés avec texte des trois Suites d’estampes sont plutôt rares, mais on trouve les deux premières suites ainsi que le Monument du Costume en version numérisée sur le site gallica.bnf.fr. Les estampes étaient aussi vendues à l’unité, et ces exemplaires isolés sont plus fréquents, que ce soit sur le marché de l’art, ou dans les institutions (le musée Carnavalet possède deux des trois suites d’estampes). Par ailleurs, ces gravures à succès ont été l’objet de rééditions ou regravures au XIXe siècle, et ces éditions sont fréquentes dans diverses institutions et bibliothèques (par exemple à la bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs de Paris, ou à la bibliothèque municipale de Lyon).

3. Problématique(s) de votre travail

 J’ai abordé ce sujet de différents points de vue :

– sa matérialité : conditions de l’édition et du marché à cette époque

– l’image de mode : quel sens donne-t’on à ce terme au XVIIIe siècle ?

– la création : quelles ont été les sources d’inspiration des hommes qui ont participé au projet (commanditaire, dessinateurs) ?

Pour comprendre le sens de la démarche du commanditaire de l’ouvrage, il est important de bien connaître le contexte de sa publication, et tout particulièrement le sens du vocabulaire utilisé : que veut-on dire quand on parle de mode et de costume dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ?

Dans les années 1770, à l’époque de la publication des suites d’estampes, la mode ne fait pas encore l’objet de publications régulières. Les ouvrages qui emploient le terme le font souvent sur le mode de la critique, satirique ou humoristique (par exemple chez Hogarth avec le Marriage à la mode). Parfois le terme est employé dans un sens plus valorisant (les Tableaux de Mode de Jean-François de Troy, estampes de Saint-Aubin). Dans tous les cas ce terme est associé à la futilité et à l’inconstance des mœurs aussi bien que du vêtement, car il est alors établi que l’apparence extérieure est un reflet fidèle de la conduite et du mode de vie d’une personne. Les premiers périodiques de mode font leur apparition dans les années 1780 : la Galerie des modes, le Cabinet des modes.

La question du « costume » fait l’objet d’un vif débat au milieu du XVIIIe siècle. Jugé de peu d’intérêt par Diderot (1759) ou Cochin (1771), l’importance de la « vérité de costume » est défendue par Michel François Dandré-Bardon (Vocabulaire pittoresque ou expression des termes propres aux arts de peindre et de sculpter, 1769, et à partir de 1772 : le Costume des anciens peuples). Par ailleurs, la diffusion massive des livres illustrés, le changement de législation ainsi que la pratique de la souscription déterminent la forme et la diffusion des projets des éditeurs.

Dans ces suites d’estampes, j’ai été intriguée par le vocabulaire utilisé, notamment les changements de titre, et les annonces dans la presse qui reflètent des changements pas toujours volontaires dans le but donné à ces images.

En 1775 paraît la Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume. C’est le projet d’Eberts, marchand d’art strasbourgeois, amateur d’art lui-même. « Etranger » à Paris, il côtoie le beau monde (ses clients) et les artistes. Il souhaite publier un « code des modes et des manières », pour que les étrangers, les acteurs, les générations à venir puissent atteindre à cette fameuse « vérité de costume » en se basant sur un document fiable et précis. Un ton moralisateur d’après Rousseau traverse les textes et les images de la Deuxième Suite d’estampes parue en 1776, avec en même temps une tentative de mieux décrire modes actuelles et passées. La Troisième suite d’estampes pour servir à l’histoire des modes et du costume est terminée avec beaucoup de retard (1783) : il est devenu impossible de suivre la vitesse de changement des modes. En 1789 les gravures sont rééditées dans le Monument Du Costume physique et moral de la fin du XVIIIe siècle, avec une proposition de description rétrospective et une réutilisation comme illustration de scènes de mœurs uniquement.

 Il s’agit donc d’un bon exemple de ce qu’on peut faire dire à de mêmes images. Ces images, que donnent-elles à voir ? de la mode ? les mœurs ? Dans l’ensemble, elles reflètent leur temps, par exemple la création de la sphère de l’intime avec le mobilier et les vêtements qui lui sont associés. Finalement, les scènes des Suites d’estampes sont assez semblables aux images de mode de notre temps : il ne faut absolument pas les prendre pour ce qu’elles prétendent être, c’est-à-dire un reflet de la vie réelle, mais plutôt comme la représentation d’un idéal à atteindre, un rêve en images.


Une réponse sur “Portrait de chercheur : Élise Urbain, “De la Suite d’estampes au Monument du Costume : étude d’un recueil gravé de la fin du XVIIIe siècle””

  1. Bonjour,
    Je suis fasciné par les deux suites de Moreau depuis mon enfance et je ne veux pas ici entrer dans les détails. Ai découvert plus tard la suite de Freudenberger. Vous savez sans doute que les textes de Rétif sont des “illustrations” d’estampes ce qui est une démarche intéressante. Je découvre ce site et suis enchanté que quelqu’un de nos jours puisse encore travailler sur ces estampes. Bon courage et bravo. Si vous vouliez en débattre avec moi, piètre collectionneur “d’images” je serais fier et enchanté de devenir un de vos correspondant. Bien à vous. Charles Thiébaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.