A lire sur la sortie de Vanity Fair en France

L’arrivée de “Vanity Fair” en France inquiète la presse magazine

LE MONDE | 25.06.2013 à 10h17 • Xavier Ternisien

Extrait:
Première couverture de "Vanity Fair', lancé mercredi 26 juin.

 

Vanity Fair débarque en France et le marché de la presse magazine est en émoi. Non pas tant en raison des ventes en kiosques, qui ne devraient guère aller au-delà des 80 000 exemplaires, avec un prix de lancement de 2 euros, puis un prix de vente normal de 3,95 euros. Mais en raison de la concurrence que le mensuel va exercer dans un marché de la publicité orienté à la baisse : au premier trimestre, les recettes publicitaires dans la presse magazine ont baissé de 10,8 %. Le seul secteur qui se maintient est celui des annonceurs de mode et beauté (-2 %). Celui-là même que vise le mensuel du groupe Condé Nast. “Le marché s’affole parce qu’il voit débarquer un concurrent de poids dans une conjoncture difficile”, note Luciano Bosio, consultant médias. […]

Xavier Ternisien

  Lire la suite sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/06/25/l-arrivee-de-vanity-fair-en-france-inquiete-la-presse-magazine_3436027_3236.html

 

 

A voir aussi: 

“Sept choses à savoir sur Vanity Fair (l’original) avant d’envoyer son CV”

Pascal Riché, Rue89, 26 juin 2013

Extrait:

1. 

Il y a eu deux Vanity Fair


Vanity Fair, juin 1914

Vanity Fair fête cette année ses 100 ans, mais c’est une drôle de façon de présenter les choses. Ou alors, ce sont 100 ans avec une période de coma de 48 ans.

Le Vanity Fair en vente aux Etats-Unis a été lancé en 1983. Mais il a repris le titre d’un magazine qui a longtemps fait partie du paysage américain. Le premier Vanity Fair traitait avant-guerre de mode et de culture. Il avait été lancé par le groupe Condé Nast en 1913 sur les cendres d’un autre magazine, Dress, spécialisé dans la mode masculine. Il a vécu 23 ans.

Cette première formule de Vanity Fair attirait déjà à la fois les plus belles « réclames » et les plus grandes plumes. Le numéro de juillet 1923 contient ainsi des articles de Aldous Huxley, T.S. Eliot, Gertrude Stein, et Djuna Barnes !

Mais devenu déficitaire pendant la Grande dépression (terreau peu fertile pour la réclame), il a été absorbé par Vogue, autre publication phare de Condé Nast, en 1936. Et il faudra attendre 1983 pour que Condé Nast ose ressusciter son mythique mensuel. L’anglaise Tina Brown est vite nommée à sa tête et parvient à en faire un formidable magazine « glamour et mordant », avant d’être remplacée en 1994 par Edward Graydon Carter. […]

Pascal Riché

Lire la suite sur http://www.rue89.com/2013/06/26/sept-choses-a-savoir-vanity-fair-loriginal-avant-denvoyer-cv-243694


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.