“Fashion Inside and Out, une exposition de Judith Clark”, by Géraldine-Julie Sommier

Judith Clark se définit comme “exhibition maker”, littéralement “faiseuse d’exposition”. Elle a le talent, rare, d’associer les compétences de scénographe et de commissaire d’expositions de mode. A travers celles-ci, Judith Clark se plaît à manifester son intérêt pour l’architecture (sa formation initiale), tissant des liens inédits entre les espaces intérieurs ou extérieurs d’un bâtiment et l’architecture d’un vêtement (coupe, secrets de fabrication, entoilages invisibles…).  

Jouer avec les formes et les concepts, suivre librement des associations d’idées, s’en amuser et livrer des traductions inattendues sont sa signature. Pour son exposition “Chloé. Attitudes” au Palais de Tokyo en 2012, elle fait reproduire un des bas-reliefs d’Alfred Janiot ornant la façade de l’édifice, qu’elle place dans le fond d’une vitrine montrant des robes de Chloé par Stella McCartney aux motifs appliqués de chevaux cabrés. Ou encore dans la même exposition, elle cite un célèbre tableau de Giorgio de Chirico, L’Incertitude du poète (1913), par la juxtaposition d’une banane géante photographiée sur un carton d’invitation et d’une robe brodée d’un trompe l’œil de chiton et péplos, vêtements de l’antiquité grecque…

Vues de l’exposition Chloé. Attitudes, Palais de Tokyo, Paris, 2012
Vues de l’exposition Chloé. Attitudes, Palais de Tokyo, Paris, 2012

Sa dernière exposition “Fashion Inside and Out” au sein des expositions Homo Faber atteste de son talent pour les associations d’idées surprenantes et réjouissantes. Organisée par la Michelangelo Foundation for Craftmenship, l’exposition qui se tient à Venise sur l’île San Giorgio Maggiore jusqu’au 30 septembre, a pour objectif de nous révéler ce que l’homme fait mieux que la machine. Au sein de 11 espaces d’exposition de ce vaste projet alliant design, ateliers de restauration et de démonstration de savoir-faire artisanaux, la section mode s’est vue attribuer un espace d’exposition difficile : une piscine hors d’usage des années 50 aux larges baies vitrées donnant sur la lagune. Mais Judith relève le défi, jouant des contraintes du lieu. En clin d’œil à Venise, elle créée ainsi une déambulation sur pontons et pilotis au milieu du bassin, où crawlent trois mannequins coiffés par Stephen Jones de chapeaux en plastique transparent en forme d’éclaboussures… Comme son titre l’indique, “Fashion inside and out”, s’amuse de la confusion entre l’espace intérieur et extérieur du vêtement, entre matières textiles nobles et détournements inusités. Ici nous sont révélés les talents de créateurs qui, à partir de matériaux pauvres, telle la toile jute, font de la haute couture, ou a contrario un imperméable de John Galliano s’avère être en organza de soie effilé. Là où l’on parle mode et métiers d’art, on s’attendrait à voir des broderies scintillantes de cristaux Swarovski. Mais Judith Clark montre l’inattendu : un ensemble Schiaparelli constitué de 25000 nœuds minuscules, ou encore une veste en marqueterie de bois Chanel par Karl Lagerfeld assortie d’une jupe entièrement brodée de sequins imitant du liège. 

Vues de l’exposition Homo Faber, Venise, 2018
Vues de l’exposition Homo Faber, Venise, 2018
Vues de l’exposition Homo Faber, Venise, 2018

Autour du bassin, la collaboration entre Natacha Ramsay-Levi et Rithika Merchant est révélée. Judith montre le processus créatif depuis l’inspiration initiale : deux robes Chloé par Karl Lagerfeld aux larges motifs peints à la main, des essais de motifs qui ne seront finalement pas retenus, les toiles de l’atelier, et de délicates petites poupées en papier créées au moment où les illustrations bidimensionnelles de Rithika ont été placées sur les patrons pour les transformer en robes, en sculptures mouvantes… Le public découvre ainsi quelques-unes des nombreuses étapes, égarements et aboutissements qui se cachent derrière les quatre modèles qui finiront par défiler. “La main pense” et le vêtement en témoigne de l’une des façons la plus sensible et vivante qui soit.

Vues de l’exposition Homo Faber, Venise, 2018
Vues de l’exposition Homo Faber, Venise, 2018

 

Pour plus d’informations :

https://www.homofaberevent.com/

https://www.michelangelofoundation.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.