Soutenance de thèse de Sabine Ichikawa, 30 novembre 2012 : « La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

Soutenance de thèse

Sabine Ichikawa soutiendra le vendredi 30 novembre à 14 h 30 sa thèse de
doctorat d’histoire préparée sous la direction de  Patrick Fridenson :

« La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

La soutenance aura lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, au 2e étage, dans la salle de séminaire du Centre d’Etudes Africaines.

Résumé:

L’émergence de l’industrie de la mode en Chine prend une ampleur grandissante. Depuis l’ouverture économique des années 1980 le pays n’a eu de cesse de rattraper son retard, et a décidé de passer du « Made in China » au « Designed in China ». Le contexte et les étapes décisives de ce processus sont analysés d’un point de vue historique ainsi que les conséquences, les facteurs d’influence et les freins.  Notre hypothèse est que l’apport du Japon dans l’évolution de la mode en Chine diffère de celui des pays occidentaux du fait de sa proximité géographique et culturelle, et de son expérience de pionnier dans le lancement d’une mode d’origine asiatique dans les années 1970-80. La première partie présente les échanges triangulaires entre le Japon, la Chine et l’Occident depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. La deuxième partie analyse les tournants et les étapes du « système de mode » naissant en Chine après 1978 selon la chaîne de valeur du textile-habillement, dans la production, la distribution, et la communication, au travers de monographies d’entreprises. Ce système comprend des acteurs privés et publics, des instituts de formation, ainsi que des associations professionnelles. La troisième partie place la mode chinoise dans le contexte des industries créatives. La recherche met en lumière que les transferts du Japon vers la Chine se sont dématérialisés, que le potentiel de développement d’une mode chinoise créative est important, ainsi qu’au sein de la diaspora en Occident. Néanmoins la difficulté d’émergence d’un système de mode créatif en Chine continentale s’explique par des raisons historiques et culturelles, par l’interventionnisme de l’Etat, et par le manque de recours au patrimoine culturel local.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.