Un article original à lire: « La Renaissance de L’Inhumaine » par Céline Arzatian

©LOBSTER
©LOBSTER

Lundi 30 mars 2015, le Théâtre du Châtelet proposait au public, L’Inhumaine, film emblématique du cinéaste Marcel L’Herbier, réalisé en 1925. Cette projection unique était accompagnée d’une création musicale originale dans le cadre de la restauration entreprise tout récemment par la société LOBSTER FILMS[1] en association avec Marie Ange L’Herbier, la fille du cinéaste et avec le soutien de la direction du patrimoine du CNC qui détient les négatifs originaux du film.

Mardi 5 mai, Arte diffusait à son tour le film restauré sur son antenne. Depuis 1994, chaque année, la chaîne franco-allemande propose aux téléspectateurs plusieurs films muets marquants de l’histoire du cinéma. Une programmation qui s’inscrit dans une volonté de transmettre aux jeunes générations le patrimoine du cinéma mondial.

 Avant de présenter les conditions de la restauration de ce film, il nous faut revenir sur sa genèse.

L’Inhumaine est un film majeur dans la filmographie des années vingt et marquant dans celle de Marcel L’Herbier.

Le « travail décoratif [2]», entrepris par le cinéaste dès 1923 sur le film ainsi que la dimension futuriste qui le compose, désignent Marcel L’Herbier comme un « représentant qualifié[3] » pour l’exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes qui doit se tenir entre les mois d’avril et octobre 1925 à Paris. Le réalisateur y expose et organise un stand de présentations photographiques où est présentée sa production. Il réserve naturellement à L’Inhumaine une place de choix.

En 1967, dans un entretien accordé à Jean-André Fieschi[4], Marcel L’Herbier répondait à la question du mélange de styles que l’on retrouvait déjà dans son précédent film, Don Juan et Faust en 1922 où il tentait « l’expérience plastique qui consistait à mélanger, à travers deux mythes, des éléments contradictoires, Velasquez et le gothique »[5]. Quant à L’Inhumaine, le film s’approchait « d’une sorte de résumé (provisoire) de tout ce qu’était la recherche plastique en France, deux ans avant l’Exposition Universelle »[6]. « Une sorte de miscellanées d’un Art neuf »[7]disait-il.

Cependant pour le cinéaste, l’histoire n’y était pas « très prestigieuse »[8], il s’agissait « d’un pur prétexte »[9] : un jeune ingénieur, Einar Norsen interprété par Jaque Catelain est amoureux d’une célèbre cantatrice Claire Lescot, jouée par Georgette Leblanc. Surnommée L’Inhumaine, elle est courtisée par de nombreux hommes, mais ne prête attention à aucun d’eux. Pour attirer son attention, Norsen feint un suicide en précipitant son auto d’une falaise, espérant obtenir ainsi la preuve de son amour. Claire Lescot est attendue chez lui afin de reconnaitre le corps. Il lui dévoile par une mise en scène macabre, la supercherie qu’il a mise en place et lui propose de découvrir son laboratoire futuriste. Quelques temps après, Claire Lescot est la victime d’un soupirant éconduit. Elle meurt dans les bras de Norsen mais grâce à la machine expérimentale de l’ingénieur « merveille d’une science qui se confond avec l’art dans le plus pur esprit moderniste »[10], elle est ramenée à la vie et « guérie de son inhumanité »[11]

Pour la réalisation de son film, Marcel L’Herbier s’entoure d’une part, de nombreux artistes de l’avant-garde artistique du début des années vingt. Lorsque l’architecte Mallet-Stevens crée les volumes extérieurs de la villa et du laboratoire, les décorateurs Alberto Cavalcanti et Claude Autant-Lara décorent les parties intérieures. Le peintre Fernand Léger s’occupe quant à lui de l’intérieur du laboratoire. On trouve également des créateurs de meubles tels Pierre Chareau ou l’atelier Martine du couturier Paul Poiret. Des créateurs de bijoux et de verrerie sont aussi présents sur ce film, tels Raymond Templier, René Lalique ou Jean Luce. Les robes de l’actrice principale Georgette Leblanc sont réalisées par Paul Poiret et les costumes Yose sont portés par Jaque Catelain. Les Ballets Suédois de Rolf de Maré apparaissent au générique et la musique originale est composée par Darius Milhaud, pour deux séquences majeures[12].

En cette période d’expérimentation, d’audaces visuelles pour des cinéastes comme Gance ou Epstein, L’Herbier fait un travail de recherche formelle comparable à celui entrepris sur El Dorado en 1921, utilisant notamment des flous et des déformations optiques, il choisit aussi de tourner L’Inhumaine avec de la pellicule teintée ou virée pour obtenir des effets visuels et rythmiques.

A ce titre, le cinéaste expliquait plus tard à Jean-André Fieschi quel avait été le travail entrepris dans la scène finale, lors de la réanimation de la cantatrice :

« Il s’agissait d’une scène chorégraphique […] nous avions cherché là une musique de mouvements équivalente à la musique de Milhaud, mais ce qu’on ne voit plus dans les copies d’aujourd’hui, c’est que non seulement la pellicule était teintée en rouge, mais encore, à certains moments d’éclatement, j’avais supprimé complétement l’image et j’avais intercalé des fragments de pellicule de différentes couleurs, si bien que tout à coup, on recevait dans les yeux des éclairs de blancs pur, et deux secondes après, des éclairs de rouge, ou de bleu, et l’image réapparaissait »[13].

L’herbier explore les possibilités du montage. Un montage très rapide comme lors de la séquence finale fait « de suites de plans qui épuisent l’espace du décor »[14] apparaissant dans la scène où Claire Lescot découvre le cadavre d’Einar Norsen. Une telle démarche est encore inhabituelle à ce moment-là, amenant ainsi le cinéaste à concevoir « le découpage moderne »[15].

La réception du film par le public parisien, durant ce mois de décembre 1924, est désastreuse : « Dans l’histoire du cinéma, jamais aucune œuvre n’a provoqué semblable bataille ! A  chaque séance, les spectateurs s’insultent, il y a autant de partisans frénétiques que d’adversaires acharnés. C’est dans un véritable vacarme que passent sur l’écran, […] les images multicolores et syncopées sur lesquelles se terminent le film ».[16]

Puis le temps passe…Dans les années soixante, la dernière copie nitrate teintée du film disparaît dans l’incendie d’un stock de la Cinémathèque Française. « La fragilité, l’instabilité des supports cinématographiques, la dégradation de l’émulsion exigent des conditions particulières de stockage, de température et d’hygrométrie. […]. Ainsi, tôt ou tard, les bobines en nitrates sont condamnées à se transformer en un magma gélatineux à l’odeur aigre avant de tomber en poussière ».[17]

Alors, pour palier ce processus de décomposition, on copie les images sur pellicule polyester plus stable et moins dangereuse que le nitrate de cellulose d’origine. Mais « le retirage ne suffit pas toujours à garantir une sauvegarde de qualité. Il est alors nécessaire d’effectuer un travail de restauration »[18].

Restaurer un film implique un important travail préparatoire. On s’attache tout d’abord à définir « l’état physico-chimique du film »[19]. Il faut choisir pour cela les meilleurs éléments existant ou reconstruire le film à partir de différentes copies[20]. La pellicule est alors réparée manuellement, notamment en renforçant et en reconstruisant des collures. Elle est ensuite « essuyée » c’est-à-dire nettoyée.

C’est ainsi que plusieurs sauvegardes et reconstructions de L’Inhumaine ont été effectuées. Une restauration en couleur a été entreprise en 1986. Les couleurs ont été recréées d’après les souvenirs du cinéaste Jean Dréville, présent lors du tournage et de la sortie du film en 1924. Les procédés techniques de l’époque (coloration par filtres, tirage argentique sur négatif couleur) sont peu convaincants. Les inserts de fragments de pellicule de différentes couleurs n’ont semble-t-il pas été réintroduits et le cadre de l’image a été modifié afin d’ajouter une bande-son. La lecture des intertitres devient alors difficile.[21]

 

La restauration récente de L’Inhumaine entreprise par LOBSTER repart des éléments originaux, pour la première fois, en utilisant les dernières technologies numériques.

Ce sont les images du négatif original qui ont été scannées par immersion aux laboratoires ECLAIR, à l’aide du Nitroscan, ce qui permet dans un premier temps de gommer certains défauts.

L’étape suivante effectuée chez LOBSTER, a consisté à stabiliser l’image, atténuer les déchirures, supprimer rayures et poussières sur la plateforme numérique Phoenix (Digital Vision).

L’étalonnage effectué ensuite a consisté à équilibrer les lumières et les couleurs à l’intérieur du plan et d’un plan à l’autre. Il a permis d’appliquer les teintes là où Marcel l’Herbier l’indiquait sur la pellicule d’origine. Les fragments de pellicules de différentes couleurs ont pu être reconstituées numériquement et insérés dans la continuité filmique. Il a fallu s’approcher au plus près « des indications de teintage »[22] laissées par le cinéaste, quatre-vingt-dix ans plus tôt. L’art du restaurateur de film se situe là, entre technicité, sensibilité et respect de l’œuvre originale.[23]

C’est ainsi que cette nouvelle restauration a permis aux spectateurs du XXIème siècle de voir ce film pratiquement tel que le cinéaste l’avait conçu en 1924.

Les éléments originaux de L’Inhumaine scannés par la direction du patrimoine du CNC permettront d’envisager dans plusieurs années peut-être, une nouvelle restauration, avec des outils numériques qui seront alors, plus sophistiqués. Quant aux images de cette restauration 2015, elles ont été reportées sur pellicule, c’est-à-dire fixées sur un support « safety » (polyster)  car aujourd’hui la pellicule est encore considérée comme le meilleur support pour conserver les films sur une longue durée.

C’est dans le bel écrin du théâtre du Châtelet qu’eut lieu la projection de la copie restaurée. Toutefois une projection aux Théâtre des Champs-Elysées aurait été plus appropriée[24] puisqu’une scène importante du film se déroule sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées. Claire Lescot commence son récital de chant dans un chahut digne de la bataille qui eut lieu sur cette même scène, quelques dix ans plus tôt pour Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky interprété par Les Ballets Russes de Diaghilev, faisant là aussi écho à la bataille qui se déroula lors de la projection de L’Inhumaine par ce même public parisien.

Céline ARZATIAN, Paris III – IRCAV, CIFRE / LOBSTER

 Thèse : « Les rapports de la mode et du cinéma en France dans les années vingt ».

 

 

[1] LOBSTER FILMS a été créée en 1985 par Serge Bromberg. La société s’est fait connaître par sa collection d’images anciennes, ses découvertes de films « disparus » et ses restaurations de grands classiques comme de films moins connus du répertoire mondial.

[2] Marcel L’Herbier, La tête qui tourne, Paris: Belfond, 1979, p.126.

[3] Ibid. p. 126.

[4] Marcel L’Herbier accordait à Jean-André Fieschi et Jacques Siclier en septembre 1967, un entretien à l’occasion d’une émission de la série Cinéastes de notre temps qui lui fut consacrée. Ce texte est paru dans le numéro 202 des Cahiers du Cinéma et repris dans l’ouvrage de Noël Burch, Marcel L’Herbier, Paris : Edition Seghers, 1973.

[5] Noël Burch, Marcel L’Herbier, Paris : Edition Seghers, 1973, p.79.

[6] Ibid. p.84.

[7] Marcel L’Herbier, La tête qui tourne, Paris : Belfond, 1979, p.102.

[8] Noël Burch, Marcel L’Herbier, Paris : Edition Seghers, 1973, p.85.

[9] Ibid. p.84.

[10] Ibid. p.208

[11] Laurent Véray, Marcel L’Herbier, Paris : Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2007, p. 208.

[12]  Programme du Châtelet. Document interne – LOBSTER FILMS.

[13] Noël Burch, Marcel L’Herbier, Paris : Edition Seghers, 1973, p.87.

[14] Ibid. p.90.

[15] Ibid. p.90.

[16] Jaque Catelain, présente M. L’Herbier, Paris : Jacques Vautrain, 1950.

[17] Laurent Véray, Les Images d’Archives face à l’histoire : de la conservation à la création, Futuroscope : SCEREN-CNDP, 2011. p.79.

[18] Ibid. p.80.

[19] Ibid p.80.

[20] Dans le cas de L’Inhumaine, le travail a été effectué à partir du négatif image.

[21] Document interne – LOBSTER FILMS.

[22] Document interne : le négatif original d’un film, s’il existe encore, provient de la pellicule originale du film et devient ainsi l’élément de réserve à partir duquel on peut tirer de nouveaux négatifs.

[23] Entretiens avec les restauratrices Chrystelle Bonne et Lucie Fourmont – LOBSTER FILMS.

[24] Malheureusement la proposition faite par LOBSTER à la direction du théâtre n’a pas été acceptée. Cette projection n’entrait pas dans les choix de programmation du théâtre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.