« Quand les archives murmurent à l’oreille des chercheurs », résumé de la séance du 29 mai autour de l’exposition Jeanne Lanvin

Sophie Grossiord, conservateur général au Palais Galliera, nous a fait entrer dans les coulisses de l’exposition Jeanne Lanvin, en nous présentant le travail de fond mené pour réaliser le catalogue raisonné de l’exposition.

Séance du séminaire au Palais Galliera, 29 mai 2015 avec Sophie Grossiord ©SemMode

Le fonds Lanvin du Palais Galliera est très riche. En effet, ce ne sont rien moins que 200 pièces de costumes (femme et enfant) ; 40 pièces d’accessoires, ainsi que des pièces « homme » mais non encore étudiées et inventoriées, qui y sont conservées. Le travail de recherche mené pour l’exposition a été effectué en partenariat avec le patrimoine Lanvin qui possède lui aussi un fonds très important (Sophie Grossiord a d’ailleurs insisté sur la grande complémentarité entre les collections de Galliera et celles du patrimoine Lanvin).

Ce qui singularise le fonds Lanvin est donc sa richesse et sa diversité. En effet, toutes les étapes de l’histoire de la maison Lanvin, qui se déploie sur trois décennies, (département « Enfant-Jeune fille » en 1908, département « Femme » en 1909, département « Fourrure », « Mariée », « Sport », « Accessoires », « Lingerie »…), comme ses emplacement successifs par exemple (de la rue Boissy-d’Anglas au Faubourg Saint-Honoré) se lisent dans les archives (avec un sous-fonds « Enfant », « Jeune fille », « Femme », « Fourrure », « Robe de mariée », « Sport », « Robe de style », « Accessoires »; et des griffes avec des adresses d’emplacement de la maison différentes).

► Chaque série/thématique du fonds traduit ainsi un chapitre de l’histoire de la maison Lanvin.

Mais alors, comment appréhender ce fonds ? Comment le rendre intelligible ? Comment réaliser le catalogue raisonné selon un ordre chronologique ? En s’appuyant sur les griffes, les tampons apposés sur les griffes, les dates de dépôt, les dessins (du Patrimoine Lanvin), les factures des clientes, sur la presse aussi (mais cet aspect n’a pas été évoqué lors de la séance). Mais le travail n’est pas aussi simple car parfois un même modèle peut porter deux noms, tandis que les numéros de modèles ne se suivent pas ; ou alors ce sont les dates qui ne correspondent pas aux modèles ; ou bien les dessins qui ne coïncident avec le modèle car la cliente en a fait modifier la couleur. ►Il faut donc réaliser une véritable enquête dans les fonds, et s’armer de patience…

Petit état des lieux du travail mené par Sophie Grossiord et remarques autour des archives Jeanne Lanvin :

♦ Une des premières étapes du travail effectué par Sophie Grossiord a concerné l’identification des griffes dont l’évolution de forme, de couleur et d’emplacement révèle de manière très précise et originale l’histoire de la maison (ses débuts, son succès, sa lutte contre la copie…) :

1ère griffe utilisée par Jeanne Lanvin: inscription du 16 de la rue Boissy-d’Anglas (1889)  et signature de Jeanne Lanvin qui se déploie sur toute la griffe. Cette griffe, ivoire tissée jaune, est très rare (2 pièces dans les collections de Galliera).

Griffe "16 de la rue Boissy-d’Anglas"
Griffe “16 de la rue Boissy-d’Anglas”

2ème griffe (vers 1910-1921) : elle porte l’inscription du 22 de la rue du Faubourg Saint-Honoré (1893) et la signature de Jeanne Lanvin. La griffe est blanche tissée jaune.

Griffe "22 de la rue du Faubourg Saint-Honoré"
Griffe “22  Faubourg Saint-Honoré”

3ème griffe (1918): sans adresse car la maison est assez connue pour pouvoir s’en passer, elle ne fait apparaître que la signature de Jeanne Lanvin. Cette griffe est blanche tissée noir et rouge. A partir de 1919, la mention « Unis-France » (organisation de protection des modèles) est rajoutée sur la griffe

photo 2 (4)
photo 3 (4)                                            Griffe sans adresse

4ème griffe : le logo (créé en 1924 par Paul Iribe, il exprime le caractère fusionnel de la relation entre Jeanne Lanvin et sa fille Marguerite), qui se déploie dans un ovale, est intégré à la griffe : il est d’abord cousu sous la griffe (voir exemple du maillot « Vogue »), avant d’être complètement intégré à la griffe en 1925. La griffe comprend alors trois éléments : le logo+la signature de Jeanne Lanvin/Paris+ la mention « Unis-France ». Certaines griffes indiquent le numéro du modèle.

photo 1 (2)
Griffe avec le logo créé par Paul Iribe en 1924

↔Plusieurs types de griffes coexistent : celle sur les capes, vestes et manteaux, par exemple, est plus large, de forme carrée, noire, tissée or et argent, ou blanche tissée noir et rouge et fait apparaître le logo et le nom Jeanne Lanvin. Pour les blouses et corsages, la griffe est blanche tissée blanc, et sans adresse. La griffe pour les vêtements de sport, quant à elle, est blanche, tissée jaune, et porte l’adresse 15, Fbrg St Honoré. Celle des chapeaux est ornée de lettres jaunes. On trouve également des griffes blanches.

La seule constante : la signature de Jeanne Lanvin !

Griffe Lanvin Sport
Griffe Lanvin Sport
Griffe blanche
Griffe blanche

photo 4

♦ L’une des autres démarches de Sophie Grossiord a été de s’intéresser aux tampons, numéros, noms et dates apparaissant sur les griffes :

*En effet, après la Première Guerre mondiale, la date de la collection apparaît sur la griffe.

*A partir de 1919-1920, c’est un tampon, violet, noir ou rouge qui apparaît sur certaines pièces –majoritairement pour les années 1920 et 1930 car avant très peu de pièces ont été conservées- précisant l’année et la collection (été ou hiver). Pourquoi ce tampon n’apparait-il pas sur toutes les pièces ? Parce que certaines ont été déposées auprès du conseil de prud’hommes de la Seine et ont donc dû être datées ? Hypothèse à creuser…

*Enfin, un numéro inscrit à la main peut apparaître au dos de la griffe ou sur un bolduc. Notons cependant que cette numérotation, qui correspond au numéro de commande, n’est pas continue d’une année à l’autre.

*Le nom de la cliente et celui du modèle sont rarement marqués sur les griffes. Quant aux pièces qui portent une étiquette spéciale indiquant le titre du modèle, il s’agit sont sans doute de prototypes. (voir la robe « Mille et Une Nuits » ou le gilet « Hernani »)

Les titres des modèles sont également à prendre en compte pour comprendre l’histoire de la maison de couture. Tous les modèles de Lanvin portent des titres : certains s’inspirent de l’actualité (robe « Loin du front » en 1918 par exemple) ; de sa fille Marguerite née en 1897 (modèle « Marguerite de nuit » en 1927, « Ririte » par exemple) ; des couleurs, du bleu notamment (modèle « Azur » ; « Azuréa », “Lavande”, “Bleu nuit”…).

♦ Un travail sur les clientes de Jeanne Lanvin a également été mené : Comtesse Greffulhe, Mme Duval-Deschanel ; Alice Alleaume (Voir l’exposition au Musée Carnavalet sur “Le roman d’une garde-robe”, http://www.carnavalet.paris.fr/sites/default/files/dp_roman_dune_garde-robe_0.pdf)

♦ Par ailleurs, l’étude des dépôts de modèle a joué un rôle important dans l’élaboration du catalogue. Il a notamment permis à Sophie Grossiord de réattribuer à Jeanne Lanvin la robe « Pétrone » (1925) qui jusque là avait été allouée à Paul Poiret. La pièce était non griffée, tout un travail a été nécessaire pour retrouver la paternité de la pièce.

photo 2
Dessin robe “Pétrone”

photo 1

♦ Une analyse des factures et des reçus a aussi été essentielle.

♣ Modèle + Facture + Reçu : l’exemple de la robe du soir « Bocage », 1933 (la cliente a fait modifier le coloris du modèle originellement proposé en vert.

Robe "Boccage"
Robe “Bocage”
Facture
Facture
Reçu
Reçu

→Les bonnes surprises sont  apparues quand des croisements ont été rendus possibles entre modèle, facture, dessins, échantillon, et dépôt de modèle.

♣ Modèle + Dessin + facture : l’exemple de la blouse « Curieuse », 1930

Blouse "Curieuse"
Blouse “Curieuse”
Facture
Facture

→La travail autour d’une exposition (et la recherche en général) peut apporter son lot d’autres bonnes surprises...

… quand les dossiers sont complets avec le modèle, le dessin, l’échantillon brodé par exemple.

♣ Modèle + Dessin : l’exemple de la robe « Mille et Une Nuits », 1925

Robe “Mille et Une Nuits”

♣ Croquis préparatoire + Modèle + Dessin d’archive + échantillons de tissus + dépôt de modèle : l’exemple de la robe « Donatienne », hiver 1920-1921

Dessin Robe Donatienne
Dessin Robe “Donatienne”
Modèle Robe "Donatienne"
Modèle Robe “Donatienne”
Echantillons+Dessin
Échantillons+Dessin
Dépôt du modèle
Dépôt du modèle

♣ Modèle + Dessin  + Échantillon de broderie + Dépôt de modèles : l’exemple de la robe de style « Colombine », hiver 1924-1925

Robe "Colombine"
Robe “Colombine”
Dessin
Dessin
Echantillon brodé
Échantillon brodé
Dépôt du modèle
Dépôt du modèle

♣ Modèle + Dessin d’archive + Échantillon de broderies + Dépôt de modèle : l’exemple de l’ensemble « Lovelace », hiver 1924-1925

Modèle "Lovelace"
Modèle “Lovelace”
Dessin
Dessin
Echantillon brodé
Échantillon brodé
Dépôt du modèle
Dépôt du modèle

Que retirer de cette passionnante présentation de Sophie Grossiord?

⇒Retenir qu’au-delà de l’analyse stylistique des modèles de vêtements de Jeanne Lanvin, c’est une étude précise des pièces d’archives accompagnant le vêtement (littérature grise, dessins, facture, griffe, tampons) qui a été menée pour le catalogue… et que ce travail révèle très bien comment ces archives sont chargées de secrets, comment les vêtements, dans toute leur matérialité (griffe, tampon, numéro, couleur…) racontent des histoires, sont riches de renseignements sur les choix opérés par le couturier au sein de sa maison de couture.

Comme l’écrit Pierre Assouline dans Une question d’orgueil  à propos des archives relatives à un individu : « depuis des années, que je déplie mon héros, j’aperçois enfin ses pliures comme autant d’éclats de mémoire. » (Pierre Assouline, Une question d’orgueil, Paris, Gallimard, 2012, pp.266, p.154). Plus loin, il écrit que chacune des arêtes du carton d’archives « recèle une ombre portée riche de découvertes »…des mots que l’on pourrait, semble-t-il, appliquer aux archives Jeanne Lanvin…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.