Pour les absents (qui n’ont pas toujours tort) et pour les curieux : résumé de la séance du 22 mai

Merci à tous nos intervenants et au public -venu très nombreux- pour la superbe séance de séminaire du 22 mai :

Petit récapitulatif en texte et en images :

 

1. Conservateur-restaurateur: un métier aux missions diverses: conserver, restaurer, conseiller, assister

Antoinette Villa (Conservation-Restauration textiles) a abordé les différentes problématiques liées au métier de conservateur-restaurateur textile :

-La formation : Master de l’INP, Master2Conservation – Restauration des biens culturels Paris I.

-La déontologie du métier : avec notamment comme idée structurante, le “respect de l’intégrité culturelle, esthétique, physique de l’oeuvre“.

-Les objectifs de la restauration-conservation : conserver l’objet, l’oeuvre mais pas le/la reconstituer : on cherche à démonter le moins possible.

-Les techniques

photo 1

-Les particularités du costume: objet tridimensionnel/objet composite/objet qui a vécu (=importance des problématiques des transformations).

photo

-Le statut de l’objet: approches différentes selon les musées, les maisons de couture et les particuliers.

→Les exemples à l’appui de la démonstration d’Antoinette Villa ont montré les difficultés à restaurer certains modèles de robes atypiques:

*Robe Lanvin (montrée dans l’exposition actuelle au Palais Galliera) était asymétrique car avait été réalisée pour des mannequins de vitrines et non pour des personnes, et portée lors de l’Exposition coloniale de 1937 par un mannequin en dur. 


photo 3

*Robe Apollon de Lanvin en 1925 (une bretelle était plus courte qu’une autre car une épaule plus basse que l’autre à l’origine. Comme la robe précédente, elle avait été réalisée à l’origine pour des mannequins de vitrines et non pour des personnes)

*Robe en raphia orange YSL, 1961

*Robe en organza brodée de rhodoïd, YSL, 1965

-On a terminé par une réflexion intéressante sur les choix de présentation des objets qui président lors des expositions:

Quel choix doit/devrait prévaloir et prévaut effectivement lors du montage des expositions : le choix du conservateur ou le choix du créateur? Le choix d’un professionnel de la restauration-conservation, qui a en tête les problématiques liées à toute manipulation d’objets (et de leur détérioration potentielle lors d’une exposition) et les contraintes liées au respect des “normes” physiques, esthétiques de l’époque, ou celui de l’esthète, créateur de mode contemporain qui souhaite montrer que les robes exposées sont encore portables, qu’elles sont “modernes” et reflètent une image “innovante” d’une maison de couture encore vivante ?

Selon Antoinette Villa, “on dit quelque chose avec le mannequinage qui n’est jamais anodin”. Le mannequinage choisi pour une exposition “est le regard porté, à un instant T, par un créateur ou un conservateur sur une pièce ancienne”.

photo 2

2. Vendre des vêtements aux Puces ou atteindre au plus près la réalité, la vérité d’un vêtement ancien

Jocelyne Milani, Vêtements et textils anciens aux Puces de Vanves

Toucher, manipuler des vêtements anciens…(corsage 1880’s; jupe 1920’s; ensemble 1950’s) ; découvrir l’emplacement des coutures, des baleines, des agrafes, des griffes…Appréhender la matérialité d’un vêtement porté et “habité” par des femmes et des hommes il y a plusieurs années… Si Lou Taylor pratique cela depuis plusieurs années à l’Université de Brighton, c’est nouveau pour nous à l’IHTP!

Permalien de l'image intégrée

3. Mode et cinéma, une symbiose frappante!

Lise Brisson, Dominique Revellino, Palais Galliera, quelques réflexions autour d’archives cinématographiques des années 1920

La mode, les sports, la Garçonne, les accessoires, la beauté, la danse; la présentation des collections des couturiers Paul Poiret, Jeanne Lanvin, Jean Patou, un sac en cuir qui fait office de siège de jardin, un poste de TSF utilisé lors d’une baignade….en images animées. Voilà ce que l’on a découvert à l’IHTP!

Des images passionnantes, vivantes et inédites colorisées (peintes au pochoir ou teintée dans la masse).

Quelques idées à retenir des archives filmées des années 1920:

*Influence de la peinture, de la photographie dans les actualités Gaumont et Pathé. Des documents de très haute qualité dont l’univers  et les caractéristiques rejoignent ceux du cinéma de l’époque.

*Des mouvements longs , souvent une alternance de plongée/contre-plongée : 1, 2 ou 3 personnes (des femmes principalement) déambulent lentement pour dévoiler les vêtements lors de la présentation des collections des couturiers. A la fin de la séquence, les femmes (modèles, mannequins, mais le plus souvent des actrices payées pour défiler) se retournent et sourient à la caméra (comportement qui perdure jusque dans les années 1950).  Souvent des gros plans sur la griffe du couturier.

⇒La question de l’allure et du geste serait à étudier plus précisément, notamment en confrontant les attitudes et gestuels des “mannequins” représentés sur les gravures de mode ; sur les photographies et au cinéma

⇒Autre piste : envisager ces documents selon l’angle de la sémiologie, en étudiant leurs signes verbaux et non-verbaux. Mener cette étude par époque car en général, une décennie  englobe tout un système de signes très identifiables.

*Des espaces intérieurs restreints: des intérieurs feutrés bourgeois; des maisons de couture très meublées (sculptures, colonnes, escaliers, meubles, cheminées, tapis, tissus…). Pérennité de ces lieux jusque dans les années 1950.

*Des extérieurs récurrents: Deauville où les “mannequins” déambulent sur les planches. Importance de Paris dans ces images (on découvre dans ces films une véritable “cartographie des lieux de tournage parisiens”): Bois de Boulogne, Parc de Vincennes, Parc du Vésinet. Importance également des lieux où se retrouvent l’aristocratie: les courses hippiques, les courses automobiles…

*Les commentaires sont dans des cartons ornementés comme les enluminures (voir influence des journaux; et encadrement typique des années 1900). Sur certaines images, utilisation de bulles/médaillons pour isoler la “mannequin” (ressemble alors à une photographie de famille)+ procédés empruntés au surréalisme (surimpressions notamment).

Rendez-vous le 19 juin prochain, même lieu, même heure!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.