2ème séance du séminaire sur la mode, “Mode, corps et apparences, 1920-1950, France-Brésil”, 20 février 2015, 14h30

La prochaine séance du séminaire de l’IHTP aura lieu le 20 février 2015 autour de la question du corps et des apparences :

Rosane CAMARGO, doctorante, Université de l’Etat de Rio de Janeiro

Corps habillés, corps dénudés : la mode à Rio de Janeiro dans les années 1920″

Tout au long de la première décennie du XXème siècle, Rio de Janeiro a subi d’importantes transformations urbaines pour pouvoir représenter la nation en tant que capitale de la République Fédérative du Brésil, inaugurée en 1889. La modernisation de la ville, mise en œuvre à partir de 1903, prenait pour modèle le projet haussmannien qui avait renouvelé Paris au XIXème siècle. Mais la modernisation s’effectua aussi dans la sphère de l’apparence : les habitudes de la bourgeoisie française influençaient les costumes des sections supérieure et moyenne de la population, qui, encouragées par les idées de civilisation, de modernité et de cosmopolitisme, portaient plus d’attention à la mode et aux comportements vestimentaires venus d’Europe.

Après la Première Guerre Mondiale beaucoup de choses ont changé, même si le Brésil n’avait pas été directement touché par le conflit. L’art, la culture et la mode suivaient une esthétique et une morale désormais fondées sur la valorisation du corps et de son bien-être. Les regards ne se dirigeaient plus seulement vers l’Europe, mais aussi aux États Unis, qui disséminaient un nouveau modèle de vie moderne, avec ses gratte-ciel, le jazz et le cinéma.

À Rio de Janeiro, le développement vers la côte sud a fait naître des nouveaux quartiers dans la zone littorale, comme Copacabana et Ipanema – aujourd’hui les plus valorisés de la ville. Les plages, très peu fréquentées jusqu’au XXème siècle, sont devenues à partir des années 1920, le plus grand espace de loisir et de sociabilité de la ville.

Les villes balnéaires – en Europe, aux États Unis ou au Brésil – se sont développées en fonction des idées de santé et de plaisir, associées à une ambiance festive, propice aux rencontres et aux interactions sociales. La mode du bronzage et des vêtements de plage qui de plus en plus dénudaient les corps, poussant les limites de la morale et de la pudeur, ont eu des conséquences importantes sur les logiques vestimentaires et les sensibilités des habitants de la ville, aussi bien que sur l’imaginaire de la ville, même si une partie considérable de la population n’était pas de baigneurs fréquents.

Quelles étaient les costumes introduits par la mode balnéaire et les transformations de sensibilité qu’ils ont déclenchées ? Les magazines illustrés constituent une source fondamentale pour cette recherche : les reportages, les charges, les caricatures et les photographies publiées dans la presse mettent en scène les idées qui ont contribué à la construction de l’imaginaire autour de Rio et de ses habitants, les cariocas.

Steven Zdatny, Professor, Université du Vermont

 “La révolution hygiénique en France dans les années 1950 “

 

Merci de vous inscrire à la séance en envoyant un mail à seminairehistoiredemode@gmail.com

Au plaisir de vous voir pour cette séance!


Une réponse sur “2ème séance du séminaire sur la mode, “Mode, corps et apparences, 1920-1950, France-Brésil”, 20 février 2015, 14h30”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.