Introduction de Dominique Veillon, journée d’étude du 15 juin 2012

 

Introduction du colloque 

 par Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS

               « Objet » de notre environnement quotidien, le vêtement est un sujet d’étude qui est tout sauf anodin ; il est avant tout le reflet d’une époque comme ici l’Entre –Deux Guerres, dont il épouse les mutations économiques et sociales. Les événements qui courent de la période de la guerre de 1914 jusqu’à la veille du conflit mondial de 1939-1945 le démontrent qui signent un bouleversement dans l’histoire des femmes tant en France qu’en Angleterre. Sous la pression des difficultés, les mentalités évoluent et l’on enregistre une double rupture dans la société et dans la famille qui se traduit dans la façon de s’habiller. Dès 1914, tandis que les hommes sont au front, les femmes sortent de l’espace privé où elles étaient confinées jusqu’alors pour occuper l’espace public où les appellent de nouvelles responsabilités. Ce sont elles qui font tourner l’économie tant bien que mal. Chefs de famille, elles sont partout, deviennent ouvrières, munitionnettes, infirmières…A cause des contraintes, elles se libèrent de leurs entraves à commencer par le corset qui se desserre. Dans les entreprises, quelques femmes n’hésitent pas à se couper les cheveux pour être plus à l’aise. En Angleterre, des travailleuses employées dans les usines portent le pantalon et les Françaises suivent le mouvement. Ces vêtements empruntés au vestiaire masculin les conduisent à acquérir un nouveau statut d’égalité tandis que leur allure se virilise. La mode devient plus rationnelle, le costume tailleur s’impose : si la jupe raccourcit légèrement, la veste rallonge, des poches et un système de fermeture plus pratique domine.

A la fin des hostilités en novembre 1918, les femmes sont priées de reprendre le cours de leurs occupations d’avant–guerre à savoir la tenue de la maison, l’éducation des enfants. Leur émancipation ne plaît guère aux hommes qui voient d’un mauvais œil leurs filles, leurs épouses travailler. Si le travail des jeunes filles modestes est recommandé en France comme en Angleterre, dans les deux pays l’image prépondérante est celle de la mère au foyer, l’expression « working mother » en Grande-Bretagne se substituant au travail salarié même si le nombre de femmes qui travaillent est en augmentation dans certains secteurs comme celui des industries métallurgiques. Rien ne sera plus jamais comme avant : la gent féminine a pris goût à la liberté. Influencée par la sortie de la Grande guerre, la mode évolue portée par des courants nouveaux. Les chignons disparaissent au profit des cheveux courts. Les jambes sont résolument découvertes. En Angleterre, la jeune femme libérée s’incarne dans la  flapper qui fréquente les dancings, s’initie aux danses modernes et surtout porte des jupes courtes. A la place des formes plantureuses, les silhouettes juvéniles et élancées, presque sans taille ni seins dominent en France. Comme l’héroïne de Victor Margueritte la garçonne, la jeune femme mène sa vie comme elle l’entend, elle fume, conduit sa voiture, joue au golf et au tennis. Le look qu’elle adopte délibérément androgyne atteint son paroxysme en 1925 au moment de l’Exposition des Arts déco. Les robes taille basse sont accompagnées de bas blanc ou de couleur chair. Le maquillage de jour comme de soir est accentué avec des lèvres écarlates, du fard à joues blanc, des sourcils épilés et des yeux que souligne un trait de kohl noir. Un chapeau cloche emboîtant la chevelure complète l’ensemble. En France et plus encore en en Angleterre où le démontre la garde–robe des jeunes filles au travail, les magazines de mode, le cinéma influencent les tenues. Les magasins de confection s’efforcent de répondre aux souhaits des acheteuses par leurs articles bon marché. Mais la peur de ne pas être semblable aux personnes de sa classe sociale vient se greffer et finit souvent par l’emporter. L’avis des autres comme le regard d’une amie sont importants. L’influence de  la littérature devient aussi prépondérante avec le mouvement du dandysme

A partir de la fin des années 20, de grandes nouveautés se font sentir dans le domaine de la mode. Dans les journaux et magazines, à côté des dessins de mode souvent esquissées par de véritables artistes (Georges Lepape, Georges Barbier, Benito, Pierre Brissaud, Pierre Mourgue…), les photographies sont nombreuses et occupent plus de place (Georges Hoyningen-Huene, Paul Horst, Doryvine, Schall…). De nouveaux acteurs apparaissent en France, telles que les sociétés d’échantillonnage qui envoient des informations sur la création artistique, la couleur à leurs clients d’Outre–Atlantique. Leur rôle ne cesse de grandir en importance. A la veille de la seconde guerre mondiale émerge à Paris une activité de conseil en textiles qui prendra de l’ampleur. La création en Angleterre est encouragée par l’apparition d’une Ecole supérieure de la couture dépendant de la Chambre syndicale de la couture. En 1930, pour la première fois une jeune fille est diplômée et les bases de Saint Martin’s School of Art sont posées. Avant cette date, apprendre les métiers de la mode se faisait à l’intérieur des ateliers de créateurs. L’un des couturiers les plus connus est Norman Hartnell qui ouvre sa maison en 1924 après avoir travaillé chez Madame Désirée puis chez Madame Lucile, la grande couturière du début du siècle. Il présente sa collection à Paris en 1927 avec succès, collection qui est accueillie favorablement à Paris. Il est aussi le premier à s’insurger contre les jupes courtes et  à avoir rallongé les robes. Norman Hartnell confirme son succès à Londres où il habille la reine Mary et la Duchesse de Gloucester pour lesquelles il confectionne de magnifiques robes du soir brodées ou enrichies de fourrure. En 1938, il est chargé de faire la garde-robe de la reine Elizabeth lors de son voyage en France, toilettes qu’il doit refaire entièrement en raison du deuil de la reine Mary. Il contournera le problème du deuil en habillant la reine Elizabeth de blanc.

Madeleine Vionnet apporte  du nouveau dans le domaine de l’architecture de la mode. Elle souhaite des formes souples, des lignes fluides qui ne brident pas le corps dont elle veut préserver les courbes naturelles.  Sa coupe en biais dans des tissus aux motifs géométriques est plébiscitée auprès de la clientèle privilégiée et annonce le tournant des années trente. En effet dès 1928, les formes du corps sont remises à leur place comme le montrent les reportages photographiques de l’époque et les modèle des couturiers. La femme  élégante sait mettre en valeur son corps. On revient à une silhouette sophistiquée et sculpturale où les nouvelles matières (fibres synthétiques, lurex) épousent parfaitement le galbe du corps. La taille remonte, les toilettes du soir découvrent le dos, la poitrine est à nouveau à sa place. La longueur à mi-mollet est remise à l’honneur pour la journée mais est inacceptable pour les toilettes du soir qui rallongent et où domine la technique de l’asymétrie. Soieries, mousselines de soie, satin, faille se plient aux  circonstances. Bientôt le lyrisme romantique en France comme en Angleterre influencera les robes du soir. Enfin il ne faudrait pas oublier qu’à cette époque le port de la gaine souple commence à se généraliser.

La grande nouveauté du moment est la percée du sport qui entraîne un autre rapport avec le corps. Apparue au cours des années 20, la mode sportive remporte un réel triomphe dans les années 30, accélérée par la pratique de la natation, du tennis, du ski…. Un  nouveau moyen de locomotion, l’automobile précipite les conditions du changement pour les vêtements de sport où la règle dominante est de rester correcte en toute circonstance. Même si elles ne font pas elles-mêmes de sport, les tenues décontractées plaisent aux femmes de la bourgeoisie qui veulent s’habiller de façon alerte et jeune. Beaucoup d’entre elles imitent la championne de tennis Suzanne Lenglen qui lance la mode du sportswear dont le mot est dû à Robert Lacoste. Dans les classes privilégiées, les vêtements de sport des couturiers Jean Patou et Coco Chanel qui ont fondé une partie de leur notoriété avec le développement d’un département consacré à ce style sont plébiscités. Une façon de s’habiller plus simple où domine la mode anglaise avec les sweaters et les  jumpers s’étend dans la mode de tous les jours qui emprunte au look sportif quelques modèles. Femme indépendante, Gabrielle Chanel s’engouffre dans l’essor du sportswear et utilise du jersey pour dessiner des tenues confortables inspirées du vestiaire masculin les vareuses, les pyjamas de plage et même les pantalons à pont comme les marins, (pantalons de yatching…). Sur la plage, comme le montrent de nombreuses publicités dans les journaux d’époque le maillot une pièce est adopté par les élégantes. En Normandie, Bretagne et sur la Côte d’Azur malgré quelques réserves, le short se répand qui deviendra bientôt l’emblème du Front populaire en 1936.  Dès les années 20 et plus encore à partir de 1930, le bronzage se répand et devient  un signe de mode dans la classe aisée qui utilise force produits pour se protéger.

Dans les années trente, Chanel lance aussi un style où domine la simplicité avec la petite robe noire qui remporte un immense succès.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la haute couture reste la vitrine de la France qui compte un grand nombre de couturiers. En 1939, N Hartnell souhaite conquérir la clientèle française qui l’avait plébiscité l’année précédente présente sa collection à l’hôtel Crillon. Un autre univers se met en place avec la parenthèse de la seconde guerre mondiale. Des deux côtés de la Manche, les femmes ont conquis une liberté d’allure qui ne se réalisera pleinement que dans deux décennies suivant en cela l’exemple des jeunes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search