« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres » Thierry Maillet, Compte-rendu journée d’étude 15 juin 2012

THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 

« En 1840, Monsieur Bilbille allait de Paris à Leipzig en passant par Mulhouse et Saint-Gall et à chaque fois il vendait et achetait des échantillons de tissus. »

 Au XIXe siècle, le commerce indépendant d’échantillons de tissus a commencé à s’organiser entre Paris, réceptacle et émettrice des modes, les villes de production, Mulhouse et Saint-Gall et la principale ville de foire est-européenne, Leipzig. Un siècle plus tard une économie de l’échantillonnage s’est développée : Paris est son centre (son antre pourrions nous-dire), les acteurs restent peu nombreux mais toujours aussi peu connus des historiens qu’ils le furent de leurs contemporains.

La première société d’échantillonnage, Jean Claude Frères a été fondée par un nommé Jean Claude. Vosgien d’origine il est dessinateur textile à Paris et il répond à des commandes d’un fabricant alsacien : lui adresser des échantillons de nouveautés qu’il sélectionne à Paris. De nouveaux acteurs vont s’établir durant le XIXe siècle et au lendemain de la première guerre mondiale nous connaissons quatre maisons : Jean Claude Frères, Bilbille, la Société des Nouveautés Textiles, Homo & Cie (Héritiers de Gerlioz). Leur activité est d’adresser à une fréquence régulière des échantillons de tissus, classés par catégorie de produits (laine, coton, zéphyr, soie, cravates). Si nous disposons de peu d’informations sur leurs conditions de travail nous savons qu’elles étaient toutes établies dans les quartiers centraux parisiens pour être à proximité des magasins de dépôt des fabricants provinciaux, des grossistes parisiens (rue du IV septembre) voire des couturiers. Leurs caractéristiques sont communes : elles ont toutes été fondées par des hommes, ce sont des petites structures indépendantes et elles n’ont pas cherché à se rapprocher pour atteindre taille critique et économie d’échelle.

A partir des années 1920 ces entreprises sont contemporaines de deux journalistes américaines installées à Paris qui envoyaient des informations sur la mode ou la couleur à leurs clients d’outre-Atlantique (Blaszczyk, 2007, p. 23, Stewart, 2008, p.112). A partir de 1931 l’activité évolue dans trois directions : le contenu s’enrichit de commentaires, la création esthétique est recherchée et enfin de nouveaux acteurs arrivent. Des commentaires prédictifs en quatre langues (français, anglais, allemand, espagnol) sont joints aux échantillons.

« Les idées généralement admises comme devant inspirer la mode de l’été prochain se ressentent toutes du changement se préparant dans la forme des robes souples qui vont s’élargissant vers la jupe cloche, et nécessiteront ainsi l’emploi de tissus souples et légers (…) » (Livre d’échantillon Q, Fonds Archive Carlin International).

Le livre d’échantillon devient le support de créations élaborées inspirées par des expositions artistiques. (Textile-Argus en 1935).  Enfin le fils d’une famille de soyeux lyonnais s’établit à Paris où il développe à partir de 1937 une activité de conseil en création textile (Maillet, 2009). A la veille de la seconde guerre mondiale une activité de conseil en style a émergé à Paris. Si ses acteurs n’en n’ont pas le nom (Bureau de Style) ils ont posé les bases de ce qui sera une importante contribution future à l’émergence du prêt-à-porter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.