N°5 Culture Chanel ou les codes artistiques imaginaires de Mlle Chanel

L’exposition décrypte le parfum éponyme en rendant       visibles les liens qui le rattachent à son époque, les années 20 et à ses courants d’avant-garde.

 Et pourtant point de senteur dans cette exposition !

Elle s’appelait Gabrielle et elle allait, par ses audaces créatrices, révolutionner l’allure des femmes. Surnommée plus tard Mademoiselle Chanel, elle est Coco au temps de  la création du N°5 et croise la route d’illustres figures de la vie artistique des années d’après-guerre : Diaghilev, Stravinsky, Picasso, Picabia, Erik Satie ou encore Cocteau. Les photographies, archives, œuvres d’art (deux acryliques d’Andy Warhol), ainsi que les objets exposés dans plus de 100 vitrines en Plexiglas, rendent compte des multiples inspirations qui ont nourri son univers et son imaginaire.

« Chanel a été la première à réunir la femme, le vêtement et le parfum  dans la même magie » a écrit un reporter dans les années 20. Mais c’est en 1924 avec la création des Parfums Chanel que Gabrielle Chanel institue le métier de couturier parfumeur. En donnant sa griffe au parfum N°5,  Coco Chanel a été la première à relier le parfum à la haute couture.

Ce serait le grand-duc Dimitri Pavlovitch, petit-fils du tsar Alexandre II, qui aurait proposé l’idée d’un parfum à Mademoiselle Chanel en lui faisant  rencontrer Ernest Beaux, un parfumeur français né en Russie et venu s’installer à Grasse. 

 

La légende veut que ce soit le grand-duc qui dessine le flacon du parfum sur le modèle des flasques à vodka de la garde impériale. La ligne graphique de ce flacon, rectangulaire, dépouillé, aux angles nets, avec son bouchon taillé en émeraude est en total contraste avec les exubérances des objets de parfumerie des Années folles. Au cours des années, le flacon s’est réinventé en gardant la simplicité de son design qui constitue un contraste avec les présentations élaborées des années 1910-1920.  « Ce qui est à l’intérieur est beaucoup plus important que le flacon » disait-elle.

 

Le choix d’un numéro riche en symbole, pour le nom de ce parfum, est une audace. Le nom échappe aux modes orientalistes (« Mitsouko » de Guerlain, en  1919), ainsi qu’aux évocations amoureuses (« N’aimez que moi » de Caron,  en 1916), ou à la botanique (« Quelques fleurs » d’Houbigant,  en 1912, « Tilleul » d’Orsay en 1911). 

Elle veut promouvoir sa marque. A l’époque on connaît un parfum par son nom, sans en connaître le créateur.  La renommée doit lui revenir, à elle et à sa Maison, ce sera donc Chanel N°5.

 

Dans une série de neuf peintures acryliques, en 1985, Warhol immortalise le flacon tel un archétype du XXe siècle. On peut voir deux de ces lithographies originales dans l’exposition

On raconte que lorsqu’elle  rencontra Ernest Beaux, elle lui demanda de créer un parfum qui rendrait jaloux les autres parfumeurs, un parfum comme on n’en a jamais fait, un parfum tenace qui soit aussi universel que ses robes. Chanel ne voulait pas de soliflore, caractéristique de la parfumerie du XIXe, parfum d’une seule odeur immédiatement identifiable (muguet, lilas, rose…) telles les senteurs de l’époque, mais un parfum abstrait, construit, comme une robe. Sobre et chic. Son idée était de créer un parfum qui coûte très cher pour qu’il soit inimitable : Ernest Beaux utilisa les plus beaux produits, la rose de mai, le jasmin de Grasse, une qualité spéciale d’ylang-ylang des Comores, du santal de Mysore et du vétiver Bourbon, auxquels il ajouta une surdose d’aldéhydes, corps chimiques de synthèse, dérivés des hydrocarbures. Découverts au tout début du XXe siècle, ils étaient peu utilisés jusque-là car très difficiles à doser et peu de parfumeurs n’avait encore eu assez de temps pour explorer leur potentiel olfactif.  Coco n’est pas parfumeur, mais elle sait repérer d’instinct l’odeur qui sera un succès.

 

 

 

 

 

 

L’étui du N°5 lui-même est dans la veine de l’époque, un collage, tels ceux des cubistes. Ce sera un étui de papier gros grain, collé et surligné de noir, véritable audace dans la parfumerie des années 20. Plusieurs de ces emballages peuvent être examinés sous toutes les coutures dans l’exposition : du premier exemplaire, à l’état brut, aux packaging noir et blanc, plus proches de nous, toujours minimalistes et en papier gros grain. Consécration ! En 1959, le packaging du N° 5 entre dans les collections permanentes du Museum of Modern Art (MoMA) de New York. Le parfum N° 5, dit familièrement 5 de Chanel,  est devenu au fil du temps l’emblème de la Maison. Lancé le 5 mai 1921, la Maison de la rue Cambon lui rend hommage en débutant son exposition un 5 mai, 92 ans jour pour jour après sa  naissance.

                  Eléonore Testa (juin 2013)

                                                                                                                                                                                                                             

  • Premier flacon de parfum N°5, 1921  – Verre, cordonnet de coton, cachet de cire, 8.3 x 6.2 x 2.2 cm
  • Ernest Beaux, créateur du N°5,  vers 1910 – Photographie,
  • Gabrielle Chanel et le Grand-duc Dimitri Pavlovitch – 1920 – Photographie
  •  Evolution du flacon Chanel N°5 depuis 1921
  • Etiquette du flacon de parfum N°5, Chanel – papier grainé gaufré
  • Andy Warhol, 1985, Chanel (D) – acrylic & silkscreen enamel on canvas – 55.8 x 55.8 cm
  • Etui pour le flacon de parfum N°5, Chanel – 1921 – carton, papier

 


Une réflexion sur « N°5 Culture Chanel ou les codes artistiques imaginaires de Mlle Chanel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *