A lire, “Sanjay Subrahmanyam : « Briser les frontières »”, Le Monde des Livres, 16.04.2015

Par Claire Judde de Larivière

« Parfois, on me classe comme historien américain, mais je trouve ça très étrange », explique Sanjay Subrahmanyam, en coulisse d’une rencontre à la librairie Ombres blanches de Toulouse. Il n’est pas pour autant un « historien indien », même s’il s’amuse de l’expression américaine que l’on pourrait ainsi traduire : « On peut retirer l’homme de l’Inde, mais pas l’Inde de l’homme. » Son parcours intellectuel a été à l’image de l’histoire mobile et connectée qu’il pratique, et dont témoigne son nouveau livre, un recueil de textes d’origines diverses, Leçons indiennes. Après avoir été formé en Inde, puis avoir étudié et enseigné dans de nombreux pays, il partage désormais son temps ­entre les Etats-Unis, où il est professeur d’histoire moderne à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), et Paris, où il est professeur invité au Collège de France.

A la fin des années 1990, alors qu’il est sollicité pour participer à un colloque d’histoire comparée, Sanjay Subrahmanyam accepte l’invitation tout en écrivant, avec le goût de la controverse qui le caractérise, « une contre-proposition pour démontrer que l’organisation de ce colloque [est] absurde ». De là naîtront un article précurseur, « Connected Histories » (1997), et la formulation d’une démarche, l’histoire connectée, qui croise les préoccupations de nombreux historiens de l’époque : élargir les horizons géographiques en évitant l’européocentrisme, dépasser les cadres nationaux, penser une histoire du monde à partir des connexions et des relations – pacifiques ou violentes – au sein d’entités politiques ou économiques hétérogènes (des empires, des océans ou des compagnies commerciales, par exemple…) Ainsi Sanjay Subrahmanyam est-il devenu l’un des interlocuteurs essentiels du débat contemporain sur l’histoire globale, en particulier tel qu’il s’est dessiné en France.

Né en 1961, issu d’une famille de bureaucrates, l’historien grandit en Inde du Nord et fait ses études à la Delhi School of Economics. Il y prépare une thèse consacrée au commerce dans l’océan Indien au début de l’époque moderne. Aux archives de Goa, il rencontre l’historien britannique Geoffrey Parker, biographe de Philippe II d’Espagne et spécialiste d’histoire militaire : « Je pensais que, comme moi, il était thésard… mais il avait déjà publié cinq livres ! » De leurs conversations, il comprend vite que son intention de se concentrer sur les sources portugaises est trop exiguë et qu’il lui faut au contraire élargir ses compétences linguistiques pour pouvoir multiplier les fonds documentaires. Certes, l’éducation qu’il a reçue facilite les choses : « A l’âge de 5 ou 6 ans, je pratiquais trois langues : le tamoul, langue parlée à la maison, l’hindi, qu’on parlait avec les amis, et l’anglais, qu’on utilisait à l’école. »

La suite sur :  http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/04/16/sanjay-subrahmanyam-briser-les-frontieres_4616816_3260.html#jOVgLAhwERj6Y4uI.99

Exposition “Piaf”, BNF

Édith Piaf © Georges Dudognon / AdocPhotos
14 avril au 23 aout 2015

BNF François Mitterrand
Quai François Mauriac , 75013 Paris

À l’occasion du centenaire de sa naissance, la BnF consacre une grande exposition à Édith Piaf.

Réunissant des centaines de documents de toute nature – dont certains totalement inédits – qui évoquent son destin de chanteuse des rues devenue idole populaire et icône internationale, l’exposition permet au visiteur, équipé à l’entrée d’un audio guide universel, de voir et vivre une immersion dans le monde de PIAF à travers une scénographie spectaculaire et un riche parcours musicale et audiovisuel.

Les chansons d’Édith Piaf sont dans toutes les têtes ; quelques mesures, quelques mots suffisent à faire surgir la ritournelle. Sa voix, sa vie, son répertoire, tout contribue à transformer la petite chanteuse des rues en une vedette reconnue du music-hall, une des figures majeures de la culture populaire française célèbre dans le monde entier. La Bibliothèque nationale de France propose au public de venir découvrir ou redécouvrir les mélodies, les images, les textes qui ont fait d’Édith Piaf une légende, de les entendre et de les regarder pour leur puissance émotionnelle mais aussi pour leur place dans l’histoire culturelle et dans la mémoire collective.

  • Commissariat : Joël Huthwohl, commissaire général, directeur du département des Arts du spectacle, BnF et Bertrand Bonnieux, commissaire, conservateur au département de l’Audiovisuel, BnF
  • Coordination : Anne Manouvrier, chargée d’expositions, BnF, assistée d’Alexandrine Monnier
  • Scénographie et Graphisme : Je formule, Juliette Dupuy et Estelle Maugras

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.piaf.html

Exposition “Tresse en lacets”, du 12 mars au 31 aout

La technique patrimoniale de la tresse est toujours utilisée dans bien des domaines tant artistiques qu’industriels. La Maison des tresses et lacets musée atelier, dont la vocation est de soutenir la technique du tressage a sollicité le collectif TRAME DE SOI qui réunit des artistes maîtrisant des savoir-faire artisanaux ou industriels liés au textile. S’appropriant les productions sorties des métiers – tresses, lacets, croquets –  les artistes explorent les gestes de lacer et de tresser, se nourrissant des flux entre art, artisanat, design et industrie. Ils  donnent forme à des objets inédits, les interrogent, les manipulent, afin d’en  faire émerger les sens entremêlés.

L’exposition Tresses entre lacets figure au programme Off de la Biennale Internationale du Design de St Etienne dont le thème 2015 est Les sens du beau.

Avec la participation d’Alice Calm

Maison des tresses et lacets

119, route des moulins Moulins pinte

42 740 La Terrrasse-sur-Dorlay

A lire “Tentations muséales”, 17 avril 2015, Les Echos.fr

SANDRINE MERLE

Bell Jar Dress, 2009, Alexander McQueen.

Balenciaga à Calais, Jean Paul Gaultier au Grand Palais, Alexander McQueen au V&A ou Jeanne Lanvin à Galliera… Pourquoi les maisons de mode consacrées entrent-elles au musée ? Par

Il existe deux catégories d’expositions de mode. D’un côté, celles prenant le parti d’une thématique transversale, comme « Déboutonner la mode », au musée des Arts décoratifs, consacrée aux boutons ou « Fashion Mix », au Palais de la porte Dorée, retraçant l’apport des créateurs étrangers à la mode française. De l’autre, des expos-blockbusters consacrées entièrement à un couturier, comme celle de Jean Paul Gaultier, qui vient d’ouvrir au Grand Palais. Depuis sa création à Montréal, il y a quatre ans, elle totalise plus de 1,5 million de visiteurs. Quant à « Savage Beauty », qui met en lumière le travail d’Alexander McQueen, elle a attiré plus 660.000 visiteurs au Met, à New York, avant de débarquer au V&A, à Londres.

Conçues pour voyager dans le monde entier avec des moyens gigantesques et des gros sponsors comme Amazon ou Swarovski, ces expositions sont des spectacles aussi extraordinaires que les défilés. D’ailleurs, ce sont souvent les mêmes scénographes qui interviennent. Samantha Gainsbury, qui a imaginé les shows avec McQueen avant de travailler sur « Savage Beauty », a été aussi l’une des conceptrices de « Louis Vuitton-Marc Jacobs » au musée des Arts décoratifs, il y a deux ans. Sans limite de budget, les scénographes empruntent au théâtre, à l’art contemporain, à la vidéo. Ils jonglent avec la 3D, le numérique, les effets de lumière, les accumulations, créant ainsi un univers ludique et merveilleux. Les mannequins de Jean Paul Gaultier, plus vrais que nature, clignent des yeux et parlent grâce à des projections numériques. En off, on entend la voix de Catherine Deneuve et une installation permet de revêtir les habits du couturier.

Suite sur :  http://www.lesechos.fr/week-end/styles/0204283478180-tentations-museales-1112212.php

Exposition “Armures, hennins et crinolines. Costumes de scène” 15 avril au 18 octobre 2015

Château de Pierrefonds
Rue Viollet le Duc , 60350 Pierrefonds

Découvrez l’exposition « Armures, hennins et crinolines, costumes de scène » du 15 avril au 18 octobre 2015 au château de Pierrefonds.
Ne manquez pas cette exposition qui permettra aux visiteurs de découvrir cet univers féérique dans la célèbre salle des Preuses, ainsi que dans les deux grandes salles du donjon nouvellement restaurées. Le 2e étage, habituellement inaccessible, sera ouvert à cette occasion, permettant de découvrir des espaces inédits du château.

Chaque année, à l’automne, l’empereur Napoléon III, l’impératrice Eugénie et leurs invités, séjournent à Compiègne et font de l’excursion à Pierrefonds un incontournable. Le soir, la Cour s’adonne aux plaisirs du spectacle amateur, sous la régie de Viollet-le-Duc et des artistes invités.
C’est cette folie du théâtre, touchant à l’époque tous les milieux, que recrée le CMN dans cette exposition, mettant face à face le monde du Second Empire et ses étonnantes crinolines, et celui de la scène et son Moyen-Age fantasmé.
Sous le commissariat de Martine Kahane et de Noëlle Giret, elle bénéficie de prestigieux partenariats, avec le Centre national du costume de scène (CNCS) de Moulins et laMédiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. La scénographie est signée Alain Batifoulier et Simon de Tovar.
Confrontation entre le patrimoine scénique et le patrimoine artistique du château, « Armures, hennins et crinolines » présente trente costumes et des accessoires de théâtre historique, prêtés par les plus grandes institutions françaises telles que l’Opéra national de Paris le Théâtre du Capitole de Toulouse ainsi que l’Opéra national de Bordeaux.
Ils seront présentés dans trois salles du château sur des radeaux ornementés. À chacune de leur extrémité, des écrans diffusent images, textes et musique. Une riche iconographie accompagnera les œuvres : reproductions de croquis de tableaux vivants par Eugène Viollet-le-Duc, dessins de décors et de costumes, documents d’inspiration, estampes, photographies…
L’occasion de replonger dans l’univers enchanteur du château de Pierrefonds créé par le célèbre architecte au XIXème siècle.

Partagez vos émotions sur cette exposition avec le hashtag#ExpoPierrefonds en citant le compte @leCMN.

L’exposition sera ensuite reprise sous une forme adaptée auPalais du tau à Reims à partir de novembre.

INFORMATIONS PRATIQUES
Ouverture au public du 15 avril au 18 octobre 2015
Dates et horaires
Ouvert :  Du 2 mai au 4 septembre, tous les jours, 9h30 à 18h
Du 5 septembre au 30 avril, tous les jours sauf le lundi, 10h à 13h et 14h à 17h30
Dernier accès 45 mn avant la fermeture
Tarifs : droit d’entrée habituel du monument

http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/2282/-armures-hennins-et-crinolines-costumes-de-scene-//

Carnet de séminaire