Parution: La fabrique de l’information visuelle Photographies et magazines d’actualité,

éditions Textuel
Voici une contribution essentielle à l’histoire de la photographie de presse, qui interroge les conditions de son apparition à la fin du XIXe siècle ainsi que ses usages. S’appuyant sur une iconographie passionnante, Thierry Gervais, avec la collaboration de Gaëlle Morel a analysé des milliers de magazines dans leur forme originale. Il décode ici les stratégies de séduction, les discours de légitimation développés par la profession et met en lumière la diversité des lignes éditoriales selon les différents supports.

Car la publication de photographies dans la presse relève de deux ambitions indissociables : diffuser de l’information et séduire le lectorat par l’image. Les photographies et leurs mises en pages répondent à cette double exigence qui structure les magazines illustrés. Au-delà des figures du journaliste et du photographe, le directeur artistique et le picture editor sollicitent les photographes, sélectionnent les clichés, produisant des séquences visuelles et développant une ligne éditoriale. Ces acteurs de l’ombre interviennent sur l’ensemble des paramètres, accordent le fond et la forme et organisent la fabrique de l’information visuelle.
L’analyse brillante de Thierry Gervais permet de mieux comprendre comment les images d’actualité ont contribué à la construction de notre mémoire visuelle collective.

Lire la suite Parution: La fabrique de l’information visuelle Photographies et magazines d’actualité,

Parution: “La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur. XVIe-XVIIIe siècle”, Roger Chartier, Première édition

Collection Folio histoire (n° 243), Gallimard

Parution : 19-03-2015
Tout comme l’histoire, la littérature est attachée à la résurrection des morts. Souffle inspiré de l’épopée, minutie narrative et descriptive du roman historique, ou bien réincarnation des acteurs de l’histoire sur la scène du théâtre – certaines œuvres de fiction donnent au passé une présence souvent plus forte que celle proposée par les livres des historiens.
Mais Roger Chartier nous met en garde : lorsqu’il les lit, l’historien ne doit jamais oublier l’historicité de ces œuvres et leur mode de circulation. Si le XVIIIe siècle fonde la littérature sur l’individualisation de l’écriture, l’originalité des œuvres et le sacre de l’écrivain, il n’en allait pas du tout de même auparavant : fréquence de l’écriture en collaboration, réemploi d’histoires déjà racontées, lieux communs partagés, formules répétées, ou encore, continuelles révisions et continuations de textes jamais clos.
C’est dans ce paradigme de l’écriture de fiction que Shakespeare a composé ses pièces et que Cervantès a écrit Don Quichotte, à une époque de faible reconnaissance de l’écrivain comme tel : ses manuscrits ne méritaient pas conservation, ses œuvres n’étaient pas sa propriété et ses livres, dans leur matérialité (ponctuation, divisions
internes, paragraphes, etc. qui en fixaient le sens), étaient d’abord l’œuvre des correcteurs, des typographes et de l’imprimeur. Lecteur des textes littéraires, l’historien se doit plus que jamais de savoir faire la part entre la main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur.

Publication: “Réalisme et égalité – Une histoire sociale des arts en République Démocratique Allemande (1949-1990)”, Jérôme Bazin

Jérôme Bazin Réalisme et égalité Une histoire sociale des arts en  République Démocratique Allemande (1949-1990)

Les presses du réel – domaine Histoire de l’art  – collection Œuvres en sociétés

Une histoire sociale de l’imagerie réaliste socialiste de l’ancienne Allemagne de l’Est, des imagesaujourd’hui presque invisibles, « sans qualité » mais pourtant complexes, actrices dans la construction d’une société égalitaire traversée de contradictions.

Ce livre cherche à rendre compte des images réalistes de l’ancienne Allemagne de l’Est socialiste. Il évoque les nombreuses archives où ces images sont mentionnées et commentées, faisant entendre les discussions dans les cellules du parti, dans les commissions autour des commandes, dans les maisons de la culture, dans les entreprises, dans les coopératives de ventes, au sein de l’union des artistes, etc. Dans chacune des situations, ressurgit régulièrement la question de l’égalité entre les groupes sociaux, grand projet du communisme sans cesse contredit par la survivance des anciens déséquilibres et l’apparition de nouvelles frontières sociales. Le réalisme apparaît comme l’un des terrains où la réalité de l’égalité est débattue, dans le cadre étriqué et surveillé de la dictature. Et, au cours de ces discussions, les images, derrière leur apparente simplicité et modestie, montrent leur propre complexité, actrices dans la construction d’une société égalitaire traversée de contradictions.

Informations:http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=2932&menu=

Carnet de séminaire