Journée d’étude, “Les représentations des femmes dans la Seconde Guerre mondiale”, 6 mars 2015

Mémorial de Caen, Vendredi 6 mars 2015 de 10h00 à 17h00
Journée d’étude historique : “Les représentations des femmes dans la Seconde Guerre mondiale”
En partenariat avec l’association “Osez le féminisme” et “Mnémosyne, l’association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre”

Cette journée d’étude consacrée à la question des représentations des femmes dans l’historiographie de la seconde guerre mondiale fait suite à une réaction de l’association “Osez le Féminisme” contre l’œuvre de S. Johnson inspirée de la célèbre photo “le baiser de Time Square” prise en 1945. C’est l’occasion pour le Mémorial de Caen de réunir plusieurs spécialistes pour évoquer la place des femmes dans la Seconde Guerre mondiale et leurs représentations mémorielles depuis 1945.

Programme

10h – 10h15 : ouverture par Stéphane Grimaldi, directeur général du Mémorial de Caen

10h15 – 10h30 : “Construire l’égalité femmes-hommes” par Astrid Leray, présidente de l’association “Osez le féminisme ! 14″

10h30 – 11h15 : “Les femmes dans la guerre : 1939-1945″ par Claude Quétel, historien, directeur de recherche honoraire au CNRS.

11h15 – 12h : “Les violences sexuelles en temps de guerre” par Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS (UMR IRICE)

12h – 12h30 : questions

14h – 14h45 : “Les femmes dans la muséographie de la Seconde Guerre mondiale” par David Guillet, conservateur général du patrimoine du Musée de l’Armée – Invalides.

14h45 – 15h30 : “Amours, guerres et sexualités : une exposition” par François Rouquet, professeur d’histoire contemporaine à l’UCBN et Danièle Voldman, directrice de recherche émérite au CNRS-CHS.

15h30 – 16h : questions

16h00 – 16h45 : “La représentation de la femme dans le film de fiction de la Seconde Guerre mondiale” par Clothilde Mazau, médiatrice pédagogique au Mémorial de Caen, diplômée en études cinématographiques de l’UCBN.

16h45 – 17h : questions

Publication, “Denis de Rougemont. Les intellectuels et l’Europe au XXe siècle”, Nicolas Stenger, PUR

Les Presses universitaires de Rennes ont le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage
Denis de Rougemont

Les intellectuels et l’Europe au XXe siècle

2015
Nicolas Stenger

Denis de Rougemont, fondateur en 1950 à Genève du Centre européen de la culture, a tenté de construire une Europe de la coopération culturelle. L’exploitation d’archives inédites retrouvées dans cinq États est à l’origine de cet ouvrage qui analyse le cheminement militant et intellectuel, après la seconde guerre mondiale, de cet homme engagé. Désireux d’une union fédérale européenne, mais critique des réalisations des artisans officiels de la construction européenne, Denis de Rougemont apparaît à travers ce portrait comme une figure intellectuelle et politique marquante du XXe siècle.

ISBN : 978-2-7535-3616-6
Prix : 22 €

filet

Auteur(s) :

Docteur en histoire des universités de Genève et de Paris VIII, Nicolas Stenger est actuellement chargé d’enseignement à l’université de Genève.

A lire, “La parisienne, cette arlésienne”, Libération, 26 février 2015

par JOHANNA LUYSSEN

Extrait: 

E­­­­­lle fait du Vélib’ et fume en terrasse. Elle écrit au bistrot et cultive le chic sans effort. Elle vit avec un graphiste et dîne chez Clamato. Elle boit du vin corse et fait du 36. Elle aime le café cortado –elle en a bu d’excellents à Montréal. Elle déteste le XVe arrondissement et les vêtements Desigual… On pourrait gloser à l’infini sur la figure de «la Parisienne», cette version chic et libérée du bobo des années 2000. Mais­­­­­­­­­ c’est inutile car tout le monde le fait déjà.

L’écrivain Jean-Louis Bory avait beau dire que «la Parisienne est un animal légendaire. Comme la licorne. Sans que personne ne l’ait jamais vue, tout le monde la connaît», cela n’empêche pas les livres sur la question de s’écouler comme des petits pains. Le dernier en date s’intitule How to Be Parisian Wherever you are : Love, Style and Bad Habits (1), et comme les autres il surfe sur ce thème particulièrement vendeur – surtout à l’étranger – de la Parisienne stylée.

En 2010, déjà, Inès de la Fressange nous livrait ses conseils maison avec la Parisienne (plus d’un million d’exemplaires écoulés et une vingtaine de traductions, selon son éditeur Flammarion). Au fond, peu importe le flacon car ces livres racontent tous la même histoire: celle d’une femme naturellement élégante et mince, libérée et mutine, insolente et bavarde, intello et frivole. Une femme aux phrases définitives et aux passions éphémères. De Casque d’or à Sarah Bernhardt, de Cléo de Mérode à Colette, de Mistinguett à Joséphine Baker, de Simone de Beauvoir à Loulou de la Falaise, toutes correspondent à ce mythe, dont la puissance n’a pas d’équivalent dans le monde (même l’image, pourtant tenace, de la New-Yorkaise célibataire et workaholic ne lui arrive pas à la cheville).

UN MONARQUE EN CHAIR ET EN OS

Difficile d’attribuer une origine historique à un sociotype qui, par essence, existe depuis la formation de Lutèce. Mais il est tout de même possible de dater la naissance du mythe de la Parisienne. La plupart des historiens que la question intéresse le font remonter à la fin du XIXe, juste après une impressionnante vague de « Parisienne bashing », qui caractérisa l’époque de Balzac, Flaubert ou Maupassant (ce dernier écrivit, vipérin: «La Parisienne, c’est le triomphe élégant et effronté du faux»).

Suite:http://next.liberation.fr/mode/2015/02/26/la-parisienne-cette-arlesienne_1194100

“Masterpieces of Fashion Photography”, Galerie Lumas, 25 février 2015

Masterpieces of Fashion Photography

L’Art et la mode. Une relation ô combien passionnelle ! LUMAS consacre désormais à cette liaison pas comme les autres une série d’événements exclusifs ! Avec les avant-premières desMasterpieces of Fashion Photography – Chefs d’œuvre de la photographie de mode, LUMAS présente pour la première fois des chefs-d’œuvre encore inédits de photographes de mode légendaires tels que Horst P. Horst, Erwin Blumenfeld et Bert Stern.

Nos avant-premières exclusives vous attendent avec des œuvres issues de plus de cent ans de photographie de mode. Masterpieces of Fashion Photography – Chefs d’œuvre de la photographie de mode, dévoilera au public des mises en scène et des chefs-d’œuvre glamour mondialement célèbres d’une légèreté toute poétique. Avant leur publication officielle dans les 35 galeries LUMAS à travers le monde, ces monuments d’histoire de la photographie seront présentés dans des succursales choisies. Des œuvres d’Edward Steichen et de Cecil Beatonviendront compléter celles de précurseurs de la photographie moderne à l’instar d’Arthur Elgort. En tout dix nouvelles photographies inédites seront divulguées pour la première fois dans les sites sélectionnés.

LUMAS Paris – Saint-Germain
40, rue de Seine | 75006 Paris

http://fr.lumas.com/fashion/

Le 25 février 2015 | à partir de 18 heures

Exposition: “De Carmen à Mélisande”, 18 mars – 28 juin 2015, Petit Palais, Paris

petitpalais.paris.frNé en février 1715, à la fin du règne de Louis XIV, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales de France avec l’Opéra de Paris et la Comédie-Française. En 2015, son tricentenaire prendra place dans le calendrier des commémorations nationales et motivera une saison artistique exceptionnelle. Cette exposition évoquant les arts plastiques et la scène se concentrera sur la période la plus faste de l’institution au tournant du XIXe et du XXe siècle. Entre 1870 et 1914 sont créés de grands chefs-d’œuvre, toujours joués aujourd’hui dans le monde entier. Carmen, Les Contes d’Hoffmann, Lakmé, Manon, Louise, Pelléas et Mélisande : autant de titres qui démontrent que l’Opéra Comique est alors en France le rendez-vous des arts, des disciplines, des techniques et des esthétiques.


Comissariat général:

Jérôme Deschamps, directeur de l’Opéra Comique

Christophe Leribault, directeur du Petit Palais

Commissariat scientifique :

Agnès Terrier, dramaturge de l’Opéra Comique

Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la BnF

Exposition organisée par le Petit Palais et l’Opéra Comique avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

 Plus d’informations : http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/de-carmen-a-melisande-drames-a-lopera-comique

Carnet de séminaire