Deuxième séance du séminaire Transfopress, qui aura pour sujet : « La presse en anglais publiée hors de l’aire anglophone (XIXe-XXe siècles) : réflexion sur ses promoteurs et son rayonnement »

Dates :
Le mardi 28 octobre de 9h30 à 18h

Lieu :
Bibliothèque nationale de France
Petit auditorium 70
Avenue de France
75013 Paris

Organisateurs du séminaire :
Diana Cooper-Richet, CHCSC/UVSQ
Bénédicte Deschamps, LARCA/Paris VII,
Géraldine Poels, CHCSC/UVSQ
Michel Rapoport, CHCSC/UVSQ 

Informations complémentaires :

Le séminaire Transfopress-Europe est animé par des chercheurs du CHCSC (EA 2448, UVSQ) et du LARCA (UMR 8225, Paris Diderot), accueilli par la Bibliothèque nationale de France et financé par le LabEx Patrima et la CASQY (Communauté d’agglomérations de St-Quentin en Yvelines).

Contact : Géraldine Poels geraldine.poels@uvsq.fr

Présentation du séminaire :

Le réseau international de chercheurs « Transfopress » se fixe pour objet la promotion d’un objet patrimonial matériel totalement délaissé, tant en France que dans quasiment tous les autres pays du monde : la presse publiée dans des langues autres que la ou les langues nationales. Il propose, ainsi, de renouveler l’écriture de l’histoire de la presse, mais également celle de la construction des identités et des cultures nationales.

Le séminaire « Transfopress-Europe 2014-2015 » entend être un lieu d’échanges et de mise en commun des travaux des chercheurs européens. Organisé comme un « séminaire/atelier », il permet aux chercheurs de se retrouver deux fois par an afin de confronter les résultats, de définir des axes de travail communs et de présenter leurs résultats au public.

Le séminaire abordera successivement quatre grandes aires linguistiques au XIX° et au XX° siècle selon le programme suivant :

Séance 1 : La presse en français (Michel Rapoport, UVSQ)
Séance 2 : La presse en anglais (Diana Cooper-Richet, UVSQ)
Séance 3 : La presse en italien (Bénédicte Deschamps, Paris VII)
Séance 4 : La presse en espagnol (Géraldine Poels, UVSQ)

Programme

9h30: Ouverture par Pascal Sanz, directeur du Département Droit, économie, politique (BnF)
9h45-10h : « La presse en anglais, publiée en France, dans les collections de la BnF », Philippe Mezzasalma (Chef du service de la Presse, BnF)
10h-10h30 : « Introduction à l’étude de la presse en anglais dans le monde », Diana Cooper-Richet (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
10h30-11h : « Histoire et évolution de la presse en anglais en Italie au XIXe siècle », Isabelle Richet (Larca, Université Paris-Diderot)
11h30-12h: « English-language newspapers of Fin-de-Siècle Paris », Colette Colligan (Université Simon Frazer, Vancouver, Canada)
12h-12h30 : « La presse en langue anglaise en Anatolie ottomane et la presse en langue anglaise des exilés anatoliens: regards croisés (1821-1923) », Stéphanie Prévost (Larca, Université Paris-Diderot)

13h-14h30 : Déjeuner

14h 30-15h : « Du Palestine Post au Jerusalem Post (1922-2014) », Ouzi Elyada (Université de Haïfa)
15h30-16h: « The English press in nineteenth-century Rio de Janeiro: present findings and future challenges », Sandra Vasconcelos (Université de São Paulo)
16h-16h30: Pause
16h30-17h: « The English language press in Latin-America: a historical perspective », Oliver Marshall, (King’s College, Londres)
17h-17h30: « Journalists and readers of the English language press on the Costa del Sol », Laura López, Juan Antonio GarcíaGalindo et Genoveva Novas (Université de Malaga)
17h30-18h : Discussion et projet de publication.

Télécharger le programme complet [PDF - 115 Ko]

« Faire l’histoire des industries culturelles au temps de leur dématérialisation », cours inaugural de Christophe Gauthier, à l’École des chartes, 4 novembre, 17h

Christophe Gauthier, qui succède à Mme Élisabeth Parinet à la chaire d’histoire de l’édition et des médias à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles), donne son cours inaugural intitulé « Faire l’histoire des industries culturelles  au temps de leur dématérialisation ».
Le mardi 4 novembre 2014, à 17 heures, à l’École, au 65, rue de Richelieu, 75002 Paris (salle Léopold-Delisle).

S’inscrire au cours

Présentation
La chaire d’histoire de l’édition et des médias à l’époque contemporaine procède d’une tradition bien établie à l’École nationale des chartes. Ses enseignements y associent désormais non seulement l’histoire du livre, mais aussi celle de la presse et des médias sous toutes leurs formes, ainsi que l’histoire de la photographie et du cinéma, en somme la plus grande part des industries culturelles des deux derniers siècles. Au moment où triomphe non point tant le numérique que la dématérialisation des supports, l’histoire de ces objets culturels, qui sont aussi des biens de consommation, se trouve investie d’enjeux convergents. En premier lieu, le terme d’industries culturelles est bien un dénominateur commun qui tend à inscrire dans un processus d’industrialisation et de massification des agents (inventeurs, fabricants, producteurs), des objets et des usages, dont la photographie, le journal, le roman et le cinéma sont à l’orée du XXe siècle partie prenante. Cent ans plus tard, la disparition progressive du support – ou plutôt sa contingence – affecte l’ensemble des objets qui dominent le champ des industries culturelles. Alors que le siècle précédent avait vu triompher la représentation publique et le spectacle de masse, cet effacement a pour corrélat la dissémination des écrans, une proximité nouvelle avec des images désormais omniprésentes et inscrites dans un environnement domestique qui révolutionne les pratiques culturelles et leur appréhension. Enfin, la dématérialisation des industries culturelles pose la question de leur collecte et de leur conservation ; elle contribue à l’édification de nouveaux objets patrimoniaux qui, par contrecoup, interrogent la notion même de patrimoine.
Biographie
Archiviste paléographe (prom. 1997), Christophe Gauthier a poursuivi sa formation à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB). Conservateur à la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales, puis au département des arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France, il a été nommé conservateur de la Cinémathèque de Toulouse en 2006. Avant d’être élu directeur d’études à l’École nationale des chartes, Christophe Gauthier a dirigé pendant deux ans le département de l’audiovisuel de la BnF. Il a soutenu en 2007 un doctorat d’histoire, sous la direction de Pascal Ory, intitulé Une composition française. La mémoire du cinéma en France des origines à la Seconde Guerre mondiale.
Prochaines conférences
  • 25 novembre : Yves-Marie Bercé, “Le roi caché : un mythe politique qui traverse les âges” → Lire la suite
  • 2 décembre : Alice Thomine, Baltard, architecte de Paris, avec Carmen Popescu → Lire la suite
  • 16 décembre : « “f m s b w t ö z ä u”. Raoul Hausmann, les archives d’un dadaïste» avec Annabelle Ténèze → Lire la suite

A lire “Le discours de la meta-mode”, Clément Ghys, 27 OCTOBRE 2014, Libération

Extrait:

PRÊT-À-PENSER

A Marseille, la Semaine de la pop philosophie a discuté corps et robes ce week-end.

«Le but de la philo n’est-il pas d’oser penser des objets rétifs à la typologie classique du travail intellectuel ?» La phrase, lancée par l’universitaire belge Marie-Aude Baronian, servait d’introduction à la journée «Mode et philosophie», cycle de conférences organisé ce week-end, dans le cadre de la Semaine de la pop philosophieà la Vieille Charité et au MaMo de Marseille.

Dire que la pensée a non seulement le droit, mais le devoir, de s’occuper de choses qui, a priori, ne la concernent pas n’est pas anodin. Le défi synthétise, en plus de l’esprit de l’événement marseillais, une ouverture du champ théorique, une nécessité de se confronter à des sujets «impurs», parce qu’insérés dans une logique mercantile (au passage, comme si le cinéma ou l’art contemporain échappaient à ce système). Sujet du jour : la mode veut-elle dire quelque chose ?

Evidemment, oui, comme à peu près tout. Mais comment trouver une articulation qui permettrait d’en dégager son fonctionnement ou sa signification ? C’est à ce défi que s’est collé l’organisateur Jacques Serrano. «L’objet “mode” est constitué intrinsèquement de questionnements philosophiques», a estimé Marie-Aude Baronian, tordant le cou à l’idée, assez glam et très répandue, du copier-coller de concepts sur les fringues.

Biotope. Penser la mode, c’est se retrouver face à un foisonnement d’interrogations : sur le corps, l’apparence, le mimétisme, l’esthétique elle-même… Pourquoi ce florilège ? Parce que la mode ne veut rien dire : c’est une industrie, une posture, un symbole de l’époque ou un biotope très particulier. Et c’est sans doute cette définition multiple qui explique la réticence du milieu académique à son encontre. Pourtant, on assiste depuis quelques années à un attrait de l’un vers l’autre, l’événement marseillais en étant le symptôme. Cet intérêt se matérialise par des numéros spéciaux de revues, par des interventions de penseurs dans des cercles plus fashion. Et ceci vient curieusement combler le vide d’un moment où le discours sur le sujet dans la presse perd toute sa force critique, les annonceurs influant sur les avis des journalistes.

La suite sur http://next.liberation.fr/mode/2014/10/27/le-discours-de-la-meta-mode_1130631

“L’AVIATION MILITAIRE ET LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE”, 6 novembre 2014, 18h30

par Luc Fournier, Chargé de mission pour le patrimoine technique au Ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des Patrimoines)
Lorsqu’au mois d’août 1914 se déclenche la Première Guerre mondiale, la technique aéronautique a beaucoup évolué depuis l’époque des pionniers. Pourtant, la mission que les belligérants assignent à leur aviation, soumise aux impératifs des armées terrestres, est essentiellement la reconnaissance, comme 120 ans plus tôt  à Fleurus. Au cours de la Première guerre mondiale l’arme aérienne, par la diversification des missions qui vont lui être progressivement  assignées (chasse, bombardement, reconnaissance), acquiert sa pleine dimension tactique. Sur le plan humain, se constitue le corps des aviateurs, venus d’horizons très divers et, en son sein, cette nouvelle chevalerie des temps modernes qu’on surnommera “les as”. La fin du conflit voit apparaître le bombardement stratégique et les premiers balbutiements de l’aéronavale, deux concepts emblématiques d’un second conflit que nul, pourtant, n’ose imaginer à la fin de l’année 1918.
Musée Français de la Carte à Jouer
& Galerie d’Histoire de la Ville
16 rue Auguste-Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux

1ère séance, Atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées, 4 novembre, 14h

L’Atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées tiendra sa séance inaugurale à Paris le mardi 4 novembre à partir de 14h. A cette occasion il sera accueilli par la Fondation Jérôme Seydoux Pathé, ce qui permettra de présenter les enjeux de ce groupe de réflexion in situ. Outre un parcours dans l’exposition permanente et une discussion avec ses concepteurs, nous discuterons aussi des projets de l’atelier. La séance est ouverte à tous ceux qui le souhaitent: vous pouvez donc largement diffuser ce message autour de vous! Pour une meilleure préparation, il convient toutefois que les participants s’inscrivent  avant le 1er novembre en écrivant à l’adresse suivante : carnetappia@gmail.com.
Pour plus d’information sur les activités de l’APPIA, vous pourrez nous suivre grâce à notre carnet Hypothèses: ici (http://appia.hypotheses.org/). Vous trouverez notamment dans les billets récents, la présentation des quatre séances d’atelier prévues à Paris cette année, en lien avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS).

 

Élaboration du programme de l’atelier : Stéphanie-Emmanuelle LOUIS, postdoctorante Institut d’histoire du temps présent UPR 301 CNRS et Vincent Auzas, chercheur, Institut d’histoire du temps présent UPR 301 CNRS

Carnet de séminaire


Carnets de recherche