Colloque "From battlefield to drawing room: textile and (military) fashion around 1815", June 2015

The congress will broach following themes, all related to the period just prior or posterior to the Battle of Waterloo:

  1. Mutual influences between European armies regarding uniforms and equipment
  2. Stylistic developments in fashion and interior decoration, before and after the
    battle of Waterloo   
  3. Technical innovations in the applied arts under Napoleon and after the battle of Waterloo: (military)architecture, interiors and decorations    
  4. The revival of the textile industry under Napoleon in Europe during and after the battle of Waterloo: cotton, wool, damask cotton, braid, lace, metal embroidery, textile dyes
  5. Archaeological finds: influence of archaeological finds on textile aesthetics, around 1815
  6. Multidisciplinary approaches (military history, art history, anthropology, economics)

Target public

This congress is aimed at researchers, curators, heritage experts, textile and costume historians, managing and/or studying collections from the 1815 era. Contributions by post-graduate students are most welcome. We also hope to reach re-enactment groups interested in the Napoleonic period.

Scientific committee

  • Willem Elias PhD, president of the Royal Flemish Academy of Belgium of sciences & arts and professor of cultural agogics at the VUB, university Brussels
  • Ilse Bogaerts, curator section Uniforms, Royal Military Museum, Brussels
  • Luc François PhD, honorary professor of contemporary history, Ghent university

All questions regarding the congress are to be put to Ilse Bogaerts: (+32) (0)2-737 79 18

See link for more information and registration and thank you to help distribute our call for papersRoyal Museum of the Army and of Military History, Brussels - Belgium

A two-day workshop dedicated to modern retail history. Paris, 24-25 September 2015.

Open to researchers from any discipline and any country, as long as their paper is related to historical dynamics of retail trades in the twentieth century.

Professors and recognized scholars will supervise the different sessions.

 Deadline for proposals : January 31st 2015

 (Accomodation and meals will be met by the organizers)

 CALL FOR PAPERS

 Evolution of the retail trade in the 20th century.

 Social, economic and political perspectives.

 Doctoral and Post-Doctoral Workshop, 24-25 September 2015, Paris

 Thomas Buckley - Tristan Jacques - Olivier Londeix

 Henley Business School, Reading - Paris I Panthéon-Sorbonne - Paris Ouest Nanterre la Défense

  At a time of unprecedented change in retail sectors across the globe, with the existence of conventional retailing models now being challenged, examining long-term patterns and the drivers of retail change has never been more pertinent. Historical studies of retail, however, are a work in progress: some foundations have been laid, further advances are now required. If the department stores of the 19th century have largely attracted the attention of historians, the evolution of the retail industry in the 20th century, including the diffusion of self-service, the growth of discount and box stores, and the availability of access to consumer credit have, in contrast, been relatively neglected.

 In response to the necessity for further research, we propose to hold a two-day workshop concentrating on the historical dynamics of the retail trades. Inspired by seminars held at the University of Wolverhampton1 and by the pioneering work of Jessen and Langer2 on retail innovation and knowledge transfer, we hope to enable researchers from different national contexts to expand on existing knowledge by exploring a range of economic and socio political aspects focused on the retail industry. The workshop aims to augment the historical perspective of research pursued by geographers and economists3. Despite the wish to promote historical perspectives, the study of such a vast theme is naturally inclined toward inter-disciplinarily contributions. We thus encourage contributions from sociologists, geographers, jurists and economists. Moreover, although attention will be primarily focused on Europe, no regional boundaries are imposed and papers on other regions are welcomed.

  The workshop will focus on three principal topics of investigation

 First, we want to review the evolution of retail structures and practices in the 20th century by exploring, in a number of national contexts, the diffusion of new retail methods and of different retail organizations. We aim to pinpoint different periods of retail changes in the twentieth century, notably by examining the profile of retail entrepreneurs, the changing role of consumers and how macroeconomic developments affected the retail industry.

 Second, we want to question the economic and business consequences of the changes that occurred in retail structures and practices over the 20th Century. This topic explores efficiency improvements, changes in prices and costs, the extent and implications of market concentration, and the retail strategies and systems of entrepreneurs and retail firms.

 The final topic assesses the socio-political aspects of change in the retail industry. This encompasses research examining the decline of small shops and subsequent problems it caused, on the desertion of rural areas and city centers, and the changing relationship between producers and retailers or, alternatively, the management of these issues by authorities, at both the local and national level.

 Dinner on Thursday, breakfast and lunch on Friday, and accommodation for Thursday night will be met by the organizers. Participants must fund their own transportation costs.

 We hope and aspire to see all contributions to the workshop published in a collected volume or a special edition.

 If you are interested, send a proposal (1 page max.) and a brief c.v., by January 31st, 2015

 Thomas Buckley, T.Buckley@pgr.reading.ac.uk & Tristan Jacques, jacques.tristan@gmail.com

  (1) Center for the History of Retailing and Distribution (CHORD), University of Wolverhampton.

 (2) Jessen, Ralph, Langer, Lydia, Transformations of retailing in Europe after 1945. Ashgate, 2012, 203 p.

 (3) Ex. Davies, Ross L., Retail planning policies in Western Europe. New-York : Routledge, 1995, 298 pages.

 Colla, Enrico [dir.], Réglementation et commerce en Europe : les effets de la réglementation sur les stratégies

Publication : Nos meilleurs ennemis : L’entente culturelle franco-britannique revisitée

sous la direction de Diana Cooper-Richet et Michel Rapoport

Les cultures française et britannique entretiennent depuis le début du XIXème siècle un étonant jeu de tennis, fait de rivalités, d'imitation et de démarquage, à travers des domaines aussi variés que le sport, les arts ou les lettres.

Les formes de passage comme la traduction, les expatriations, les expositions universelles puis les grandes expositions sont étudiées au même titre que l'évolution des clichés, caricatures et stéréotypes. L'histoire des mentalités que ce croisement permanent dessine dresse une surprenante image de complémentarité entre Paris et Londres.

Avec une préface de Sir Peter Ricketts, ambassadeur du Royaume-Uni à Paris.

Ed. Atlande • coll. « Savoirs Et Curiosité » • ISBN : 978-2-35030-231-7 • 192 p. • décembre 2014

Contact éditeur :
Éditions Atlande
edition@atlande.eu

A lire "Le costumier, ou la mémoire dans la fibre"

Les costumes fastueux de François Barbeau dans Christine, la reine-garçon de Michel Marc Bouchard

Photo: Théâtre du Nouveau Monde
Les costumes fastueux de François Barbeau dans Christine, la reine-garçon de Michel Marc Bouchard

Extrait:

La fermeture du costumier de Radio-Canada et la levée de boucliers qui a suivi ont mis en exergue l’importance du costume dans l’imaginaire culturel. En trois textes, Le Devoir fait le point sur ce grand négligé — longtemps sous-estimé, encore dispersé — qui cherche sa place dans nos mémoires muséales.​

De ses débuts à « la roulotte » de Paul Buissonneau aux Chroniques de Saint-Léonardprochainement à l’affiche chez Duceppe en passant par ses collaborations avec Claude Jutra et, récemment, Xavier Dolan, le concepteur de costumes François Barbeau s’impose comme une référence. Cumulant 60 années d’expérience tant à la scène qu’à l’écran, il est le guide idéal pour plonger dans cet univers de couleurs et de textures.

 On débouche devant son atelier après avoir erré dans un dédale de couloirs d’un vaste immeuble industriel du Plateau Mont-Royal, à Montréal. Le contraste avec le labyrinthe impersonnel précédent est saisissant tant on a soudain l’impression de pénétrer dans une caverne d’Ali Baba. On retrouve François Barbeau, le maître de céans, alors qu’il vient de montrer des esquisses préliminaires de costumes au metteur en scène Serge Denoncourt en prévision de la pièce Les trois mousquetaires. L’allure de Milady De Winters captive déjà…

 « C’est primordial de bien comprendre le metteur en scène, d’arriver à cerner sa vision, ce qui n’est pas toujours évident, précise François Barbeau en riant. Serge arrive préparé. Il me présente la charte de couleurs à partir de laquelle je vais travailler ainsi que des exemples de ce que j’ai fait auparavant, pour m’indiquer des trucs qui lui plaisent. »

 Dans le cas des costumes pour Les trois mousquetaires, à l’affiche l’été prochain sur les planches du TNM, sans trop en dévoiler, on peut d’ores et déjà prévoir une Milady De Winters tout d’écarlate vêtue. « Le rouge est une couleur importante pour moi. Il symbolise la force vitale, l’amour, mais aussi le danger, le sang. Graduellement, le personnage ira vers des tenues plus foncées, jusqu’au noir. » Comme la mort.

 De fait, un costume n’est jamais uniquement « rien qu’un costume ». Il est bien plus que cela. Il est ce qui informe d’emblée le spectateur sur le personnage, avant même que l’acteur ait ouvert la bouche. Enveloppé dans la soie ou bardé de cuir, en clair ou en foncé, l’acteur « trouve » souvent le personnage en enfilant son costume pour la première fois.

 « J’aime rencontrer les comédiens le plus tôt possible dans le processus, note François Barbeau. Tous n’habitent pas leur corps de la même manière — tous n’habitent pas leur corps, point — et de ce fait, certaines propositions de costumes ne fonctionnent tout simplement pas. À cet égard, j’ai beaucoup appris au contact de Louis Malle sur le film Atlantic City. Il a passé des après-midi entiers avec moi à faire des tests pour “créer” le personnage de Burt Lancaster en choisissant les vêtements qu’il porterait. C’est habituellement l’inverse qui se produit : on cherche les costumes qui traduisent le personnage tel qu’il a été défini au préalable. Au premier complet qu’a plus tard enfilé Burt Lancaster, ça y était, tout de suite. »

La suite: http://www.ledevoir.com/culture/cinema/426498/la-memoire-dans-la-fibre

 

Exposition "Costumes for Cinema from Tirelli Atelier" (article de Marie Bladt)

Dolce & Gabbana célèbre le travail de l'Atelier Tirelli

 Dolce & Gabbana célèbre le travail de l'Atelier Tirelli

Au mois de juin prochain, l'Atelier Tirelli exposera ses plus belles créations pour le 7ème art au fil de l'exposition. L'occasion pour la maison italienne et LaFondazioneNY de célébrer cet événement autour d’un gala de charité à New York.

De Marie Antoinette de Sofia Coppola à Age of Innocence de Martin Scorsese... Depuis 1964, l'Atelier Tirelli habille les plus grandes stars de cinéma avec ses costumes uniques et artisanaux, créés depuis son studio romain. Au mois de juin prochain, l'exposition Costumes for Cinema from Tirelli Atelier mettra en lumière à New York ce travail de petites mains qui fait la beauté du cinéma, en rassemblant ses costumes les plus emblématiques. L'occasion pour Domenico Dolce et Stefano Gabbana, qui ont toujours été inspirés par le 7ème art et particulièrement par le néoréalisme italien (caractérisé par des scénarios bruts et honnêtes), et l'association LaFondazioneNY de tenir un gala de charité au MoMI (Museum of Moving Image) à New York. Une soirée de prestige, qui avait lieu le 8 décembre dernier et dévoilait en avant-première quelques costumes de l'exposition de l'Atelier Tirelli, ainsi que 24 tenues issues des collections passées de la maison italienne Dolce & Gabbana. Une œuvre de charité en faveur de LaFondazioneNY, pour mettre en lumière les talents italiens dans le paysage culturel américain, et qui en a profité pour remettre le prix defashion innovators au duo créatif de la maison italienne.

 Par Marie Bladt

Carnet de séminaire