Colloque: Le commerce du luxe – le luxe du commerce, 21-23 novembre 2012, Lyon

Le commerce du luxe – le luxe du commerce

Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours

Colloque, Calenda, publié le mardi 26 juin 2012,

 

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Le colloque développera trois approches spécifiques : la circulation spatiale du luxe (marchands et marchandises), l’économie du luxe (concevoir, produire, vendre), les circulations sociales du luxe (luxe et demi-luxe).

 

Mercredi 21 novembre 2012

I – Marchands et marchandises. la circulation spatiale du luxe

9h30 Accueil

10h Discours introductifs

Présidence de séance : Bruno Blondé, Université d’Anvers

  • 10h30-11h Ingrid Houssaye Michienzi, FRAMESPA-UMR 5136 (Toulouse Le Mirail), De l’Afrique subsaharienne aux marchés européens : les compagnies marchandes florentines et le commerce des plumes d’autruche (fin xive – début xve siècle)
  • 11h-11h30 Wilfried Zeisler, Université Paris IV, De new york à Saint-Pétersbourg, le commerce international du luxe à la belle-époque
  • 11h30-12h Lavinia Maddaluno, Université de Cambridge, Scenarios of trade: eighteenth-century british watches, clocks, telescopes, and the two ‘easts’

12h-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Marco Belfanti, Université de Brescia

  • 14h30-15h Diego Davide, Université de Naples Suor Orsolo Benincasa, Production, circulation and consumption of gold and silver in the xviiie century in the kingdom of naples
  • 15h-15h30 Anne Montenach, Aix-Marseille Université, Vendre le luxe en province : circuits officiels et réseaux parallèles dans le Dauphiné du XVIIIe siècle
  • 15h30-15h45 Pause
  • 15h45-16h15 Federica Veratelli, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, Les marchés du luxe et leurs réseaux à la Renaissance. Le cas des hommes d’affaires italiens dans les Flandres (1477-1530)
  • 16h15-16h45 Nadia Matringe, European University Institute, Le commerce du luxe à Lyon au milieu du XVIe siècle : un monopole italien ?

16h45-18h Discussion

jeudi 22 novembre 2012

II – L’économie du luxe : concevoir, produire, vendre

8h30 Accueil

Présidence de séance : Jean-Claude Daumas, Université de Franche-Comté

  • 9h-9h30 Eugénie Briot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, La parfumerie parisienne du XIXe siècle : fabrique d’une industrie de luxe
  • 9h30-10h Florence Charpigny, Université Lyon 2, Luxe en images, images du luxe : les soieries f. Ducharne dans l’officiel de la couture et de la mode (1921-1972)
  • 10h-10h30 Ekaterina Bulgakova, Université d’État de Moscou Lomonossov, Le commerce de luxe français a Moscou et Saint-Pétersbourg du XIXe siècle : topographie, exposition, perception
  • 10h30-10h45 Pause
  • 10h45-11h15 Stéphane Lembré, Université d’Artois-IUFM Nord-Pas de Calais, Former les ouvriers du luxe. La société d’encouragement à l’art et à l’industrie au service du savoir-faire (1889-1973)
  • 11h15-11h45 Anne Perrin-Khelissa, Université catholique de l’Ouest (Angers), De l’agrément au goût. Justifier les manufactures d’État sous la Révolution (Sèvres, Gobelins, savonnerie)

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Stéphane Castelluccio, CNRS, Centre André Chastel (Paris)

  • 14h30-15h Sophie Raux, Université Lille 3, François Verbeelen : un entrepreneur exceptionnel de loteries d’oeuvres d’art et d’objets de luxe dans les Flandres à fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle
  • 15h-15h30 Barbara Furlotti, The Warburg Institute (Londres), Mapping the market for Antiquities in early modern Italy: networks and practices
  • 15h30-16h Maud Villeret, Université de Nantes, Les confiseurs au XVIIIe siècle : les stratégies de vente d’un luxe sucré
  • 16h-16h15 Pause
  • 16h15-16h45 Anne Wegener-Sleeswijk, Université Paris I, Corruption, vice et vin. La lutte pour un marché de luxe traditionnel aux provinces-unies (XVIIIe siècle)
  • 16h45-17h15 Philippe Meyzie, Université Bordeaux 3, Produits des terroirs et marché du luxe alimentaire XVIIIe-début XIXe siècle

17h15-18h30 Discussion

Vendredi 23 novembre 2012

III – Luxe et demi-luxe. les circulations sociales du luxe

8h30 Accueil

Présidence de séance : France Nerlich, Université de Tours

  • 9h-9h30 Manuel Charpy, CNRS-IRHIS (Lille 3), La rareté partagée. Commerces et consommations des Antiquités et des curiosités au XIXe siècle (Paris, Londres et New York)
  • 9h30-10h Sabine Pasdelou, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Le japonisme popularisé des manufactures de céramique : la diffusion du demi-luxe en France entre 1880 et 1950
  • 10h-10h30 Marcia Pointon, Université de Manchester, The diamond engagement ring and the relativity of luxury
  • 10h30-10h45 Pause
  • 10h45-11h15 Audrey Gléonec, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, La démocratisation du meuble de style au XIXe siècle
  • 11h15-11h45 Camille Mestdagh, Université Paris IV, Curiosités et luxe dans l’ameublement du XIXe siècle : le commerce et l’œuvre des Beurdeley

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Nadège Sougy, Université de Neuchâtel

  • 14h30-15h Katie Scott, The Courtauld Institute of Art (Londres), Hannah Williams, St John’s College (Oxford), Everyday lives and luxury objects: François Boucher’s shells and Charles-Antoine Coypel’s watch
  • 15h-15h30 Jon Stobart, Université de Northampton, The luxury of learning: books, knowledge and display in the English country house, c.1730-1800
  • 15h30-15h45 Pause
  • 15h45-16h15 Amanda Phillips, Institute of Iranian Studies, University of St Andrews, Scotland, The sincerest form of flattery: Ottoman furnishing velvets and their imitators, 1600-1800
  • 16h15-16h45 George Lazar, Institut d’Histoire N. Iorga (Bucarest), les marchands de luxe, le luxe des marchands dans l’europe orientale (XVIIe-XVIIIe siècles)

16h45-18h Discussion

 

Contacts:

Natacha Coquery: natacha.coquery@wanadoo.fr

LARHRA – UMR CNRS 5190   ISH, 14 avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07

Bonnet Alain : alainjeanclaudebonnet@gmail.com

COMME des GARÇONS White Drama

COMME des GARÇONS White Drama
Du 13 avril au 7 octobre 2012 – 34 quai d’Austerlitz – 75013 Paris

© Comme des Garçons / Jean-François José

Installation du défilé Comme des Garçons, Printemps-Eté 2012 conçu par Rei Kawakubo. On peut y voir les vêtements au plus près, comme si l’on assistait à un défilé. Présentation de modèles quasi monochromes (« White », couleur qui illustre les étapes de la vie : naissance, mariage…)

 

Lien: http://www.paris.fr

Cristóbal Balenciaga, collectionneur de modes

Cristóbal Balenciaga, collectionneur de modes
Du 13 avril au 7 octobre 2012 – 34 quai d’Austerlitz – 75013 Paris

Gauche : © Stéphane Piera / Galliera / Roger-Viollet. Droite : © Delphine Jaulhac / Galliera.

Gauche : © Stéphane Piera / Galliera / Roger-Viollet. Droite : © Delphine Jaulhac / Galliera.

En hommage au maître de la couture (1895-1972) et à l’occasion du 40e anniversaire de sa
disparition, Galliera dévoile, avec le soutien de la Maison Balenciaga, une collection de
modes assemblée par le couturier et généreusement donnée par sa famille au musée.
Plus de soixante-dix costumes et éléments de vêtements, une quarantaine de robes et de
manteaux haute couture créés entre 1937 et 1968, des accessoires (étoles en cachemire,
mantilles en dentelle), échantillons de broderie et de passementerie, photos, croquis, ainsi que des ouvrages sur l’art et le costume.

Éléonore Testa

Lien: http://www.paris.fr

Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée

Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée 

Musée des arts décoratifs (107 Rue de Rivoli, Paris 1er) du 9 mars au 16 septembre 2012

 

Cette exposition présente l’histoire de deux personnalités, Louis Vuitton (fondateur de la dynastie) et Marc Jacobs (directeur artistique de la Maison), et met en évidence leurs contributions à l’univers de la mode, sous le Second Empire pour le fondateur de la marque, et à son entrée dans le XXIe siècle pour Marc Jacobs..

L’exposition consacre un étage à chacun des créateurs dans une scénographie originale.
En janvier 1997, partir de rien, tel a été le défi de Marc Jacobs, engagé par Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire de la Maison Vuitton depuis 1990 : assurer la création du prêt-à-porter, des chaussures et des sacs. En 1835, Louis Vuitton, âgé de 14 ans, quitte son Jura natal pour se rendre dans la capitale.
Parti de rien, il est le fondateur d’une Maison. En route, il découvre les essences des forêts, il complète sa connaissance du bois, il apprend à travailler le peuplier, le châtaigner, des bois qu’il utilisera pour fabriquer ses malles.

En 1854, il décide de monter sa propre affaire et de fabriquer des objets durables, des malles pratiques et esthétiques, que les familles fortunées pourront réutiliser. Les malles présentées permettent de bien suivre la créativité et surtout l’ingéniosité de Louis Vuitton. Nous sommes dans le Paris du Second Empire, en pleine transformation sous l’autorité du préfet Hausmann. L’impératrice Eugénie, dont il est « l’emballeur » personnel, se veut l’ambassadrice de la couture. Pour un déplacement à Saint Cloud ou Fontainebleau, dix malles sont nécessaires dans lesquelles les robes à crinoline et tous les accessoires doivent être emballées avec la plus grande méticulosité.

Curieux, inventif, attentionné à son temps, Louis Vuitton hume l’air de l’époque et s’en
inspire : à la gare Saint Lazare, il observe les voyageurs ; ami de Worth, il crée de nouvelles
malles mieux adaptées aux nouvelles formes de robes de l’inventeur de la haute couture :
malle plate, plus légères, recouvertes d’une toile imperméable « gris Trianon », malles à
casiers, à chapeaux, à chemises, malles étanches en zinc pour les expéditions coloniales.
Aux Expositions universelles il propose toujours des nouveautés et obtient des médailles.
C’est lui que l’explorateur Savorgnan de Brazza vient voir en 1877 avant de repartir en
Afrique conquérir le Congo…avant les Belges ! Il connaît l’ingéniosité de Louis Vuitton qui
lui fabrique une malle-lit (que l’on peut admirer dans l’exposition).

Intuitif, le créateur n’a pas oublié de déposer des brevets car il est copié par ses concurrents français, anglais et américains : brevet pour la toile rayée de plusieurs couleurs en 1877, le damier avec son nom dans le motif en 1888, mais c’est son fils Georges qui imposera le célèbre Monogram en 1896.

Au deuxième étage, une sélection des modèles les plus emblématiques créés par Marc Jacobs, depuis son entrée chez Louis Vuitton en janvier 1997, ses collaborations depuis 2001 avec le monde de l’art : Julie Verhoeven, Stephen Sprouse, Takashi Murakami et Richard Prince dont on retrouve les customisations à chacune des collections.

Lien: http://www.lesartsdecoratifs.fr

Éléonore Testa