“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”. Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties”, Marie McLoughin, compte-rendu journée d’étude du 15 juin 2012


“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”(Hodgkin 1932). Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties.”

by Dr. MARIE McLOUGHLIN, University of Brighton 

1930 was an important year for fashion education. In September of that year the École Superièure de la Couture, the school of the Chambre Syndicale de la Couture  was opened.[1] A few months later the Royal College of Art in London awarded its first diploma in fashion design to a young woman, Muriel Pemberton, who was to go on, in 1931, to lay the foundations for the Fashion Department at St Martin’s School of Art, which is still the one of the largest and most successful Fashion Schools in the world.

This paper will examine and compare the various ways a prospective fashion designer in the 1930s could learn the trade. It will look at the curriculum of the Chambre Syndicale as set out in a 1931 prospectus held in the Brighton design archive; the RCA curriculum written by Pemberton who graduated in 1931, a curriculum she later introduced at St Martin’s; The various private schools advertised in Vogue at that time, one of which Pemberton attended; and the review of all fashion education in London produced by the British Board of Education in 1936. All of this will be compared with the traditional apprenticeship in fashion design, undertaken in the 1930s by that Parisian Englishman Charles Creed, whose family had had a couture house in both Paris and London since the nineteenth century.

London County Council had funded trade schools from the beginning of the twentieth century. These specialist schools, usually found in working class areas, took children from 13+ and taught them the skills needed for the workshop or workroom; For boys furniture or the leather trades and for girls dressmaking, embroidery, millinery or similar trades. There was no college funded by the industry itself, as in France. Before 1930 designers would have come either from within the industry, like Creed, or from the middle and upper classes, like Lucile, Lady Duff Gordon, and Hartnell, one of a group of Cambridge aesthetes which included Cecil Beaton. All were people of ‘taste’ and their friends and peers were also their customers. There was no possibility of making the transition from the trade school, via the workroom, to the design studio.

Local art schools also took children from 13 but, unlike trade schools, they also had classes for older children and exceptional students could gain a scholarship at 18 to the ‘National’ school, the Royal College of Art in London. Here social mobility was a real possibility. When Pemberton got there in 1927, a graduate of the Wedgwood Institute in Burslem, part of Britain’s industrial heartland, it had talented students from all over the country irrespective of class or wealth. However it did not teach fashion design. This paper will discuss how she was able to change this, forging links with such upper class strongholds as court dressmaker, Reville and Rositer and the private fashion academy of Katinka, whose principal had trained with Lelong.

This paper will look at the similarities of Pemberton’s RCA, and subsequent St Martin’s, curriculum of drawing, cutting and historical studies and compare it to that outlined in the prospectus of the École Superièure de la Couture in Paris. The education that Charles Creed undertook before he was allowed to design for the family firm, one which took him to Vienna and New York, provides a fascinating counterpoint to these early exercises in fashion education.


[1] This is the date given in an English report written in the 1940s. The website of the École Superièure de la Couture cites 1927 as the date of its creation.

Bibliography

Books

Ashwin, Clive. Art Education. Documents and Policies 1768-1975. London: Society for Research into Higher Education, 1975.

Bell, Quentin. The Schools of Design. London: Routledge & Kegan Paul Ltd 1963.

Breward, Christopher, Edwina Ehrman, and Caroline Evans. The London Look : Fashion from Street to Catwalk  London, New Haven: Yale University Press, 2005.

Creed, Charles. Maid to Measure.London: Jarrolds, 1961.

Hodgkin, Eliot. Fashion Drawing. London: Chapman & Hall Ltd., 1932.

Reynolds, Helen. Couture or Trade. An Early Pictorial Record of the London College of Fashion. London: Phillimore & Co. Ltd. Copyright London Institute 1997.

Journal Articles, magazines and newspapers

Grosvenor, Ian. “ ‘The Art of Seeing’: Promoting Design in Education in 1930s England.” Paedagogica Historica Vol. 41, Nos 4 & 5, August 2005. Pp 507-534.

UK Vogue 1920s-1930s

Archives  

Brighton Design Archive

Box 78: File 357. Training, miscellaneous. Contains the 1931 syllabus of École Superièure de la Couture, the school of the Chambre Syndicale de la Couture. The school opened on 15th September 1930.

Central St Martin’s (Museum) Archive

Prospectuses.

St Martin’s School of Art, Committee of Managers Minute Book 1922-1937

The National Archive. Kew                                                                                        

Board of Trade papers.

BT 57/13/218

Dress Committee 1938. Council for Art and Industry. This file contains a copy of the report together with the evidence assembled in its preparation. There is also a (rare) copy in the University of Brighton Design Archive.

BT 57/15/259

Includes Discussion on Dress Design. Some discussion, pre 1938, following letter from Lennox Lee Calico printers in response to suggestion from Frank Pick at CoAI, on inviting designers from Paris to set up businesses in the UK.

Board of Education papers.

ED 46/151

This file contains a response to the proposed Board of Trade Report on the Dress Industry.

It has a review of all London art school classes for designers and all trade school classes for workroom hands.

Board of Education minute dated 23rd May 1936. The subsequent Board of Education Report was dated 29th June 1936.

RCA Library

Cunliffe-Charlesworth, Hilary. « The RCA: Its Influence in Education, Art and Design 1900-1950. » Unpublished PhD Thesis. Royal College of Art, 1991.

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres » Thierry Maillet, Compte-rendu journée d’étude 15 juin 2012

THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 

« En 1840, Monsieur Bilbille allait de Paris à Leipzig en passant par Mulhouse et Saint-Gall et à chaque fois il vendait et achetait des échantillons de tissus. »

 Au XIXe siècle, le commerce indépendant d’échantillons de tissus a commencé à s’organiser entre Paris, réceptacle et émettrice des modes, les villes de production, Mulhouse et Saint-Gall et la principale ville de foire est-européenne, Leipzig. Un siècle plus tard une économie de l’échantillonnage s’est développée : Paris est son centre (son antre pourrions nous-dire), les acteurs restent peu nombreux mais toujours aussi peu connus des historiens qu’ils le furent de leurs contemporains.

La première société d’échantillonnage, Jean Claude Frères a été fondée par un nommé Jean Claude. Vosgien d’origine il est dessinateur textile à Paris et il répond à des commandes d’un fabricant alsacien : lui adresser des échantillons de nouveautés qu’il sélectionne à Paris. De nouveaux acteurs vont s’établir durant le XIXe siècle et au lendemain de la première guerre mondiale nous connaissons quatre maisons : Jean Claude Frères, Bilbille, la Société des Nouveautés Textiles, Homo & Cie (Héritiers de Gerlioz). Leur activité est d’adresser à une fréquence régulière des échantillons de tissus, classés par catégorie de produits (laine, coton, zéphyr, soie, cravates). Si nous disposons de peu d’informations sur leurs conditions de travail nous savons qu’elles étaient toutes établies dans les quartiers centraux parisiens pour être à proximité des magasins de dépôt des fabricants provinciaux, des grossistes parisiens (rue du IV septembre) voire des couturiers. Leurs caractéristiques sont communes : elles ont toutes été fondées par des hommes, ce sont des petites structures indépendantes et elles n’ont pas cherché à se rapprocher pour atteindre taille critique et économie d’échelle.

A partir des années 1920 ces entreprises sont contemporaines de deux journalistes américaines installées à Paris qui envoyaient des informations sur la mode ou la couleur à leurs clients d’outre-Atlantique (Blaszczyk, 2007, p. 23, Stewart, 2008, p.112). A partir de 1931 l’activité évolue dans trois directions : le contenu s’enrichit de commentaires, la création esthétique est recherchée et enfin de nouveaux acteurs arrivent. Des commentaires prédictifs en quatre langues (français, anglais, allemand, espagnol) sont joints aux échantillons.

« Les idées généralement admises comme devant inspirer la mode de l’été prochain se ressentent toutes du changement se préparant dans la forme des robes souples qui vont s’élargissant vers la jupe cloche, et nécessiteront ainsi l’emploi de tissus souples et légers (…) » (Livre d’échantillon Q, Fonds Archive Carlin International).

Le livre d’échantillon devient le support de créations élaborées inspirées par des expositions artistiques. (Textile-Argus en 1935).  Enfin le fils d’une famille de soyeux lyonnais s’établit à Paris où il développe à partir de 1937 une activité de conseil en création textile (Maillet, 2009). A la veille de la seconde guerre mondiale une activité de conseil en style a émergé à Paris. Si ses acteurs n’en n’ont pas le nom (Bureau de Style) ils ont posé les bases de ce qui sera une importante contribution future à l’émergence du prêt-à-porter

Appel à contribution: « Imaginaire de la mode et tendances pour demain », 10 septembre 2012

« Imaginaire de la mode et tendances pour demain »,

Appel à contribution, Calenda, publié le lundi 18 juin 2012

 

Le Gemode lance un appel à communication pour son cycle de séance « Imaginaires de la mode et tendances pour demain » qui aura lieu à la rentrée 2012-2013. Dans le cadre du GEMODE, doctorants, chercheurs et professionnels se réunissent et engagent des pistes de réflexion permettant de saisir et de décrypter ce terreau mouvant des imaginaires de la mode postmoderne. Du hip hop au street fashion de luxe, entre rites initiatiques et aura numérique, quelle mode pour demain ?

Présentation

Le Gemode lance un appel à communication pour son cycle de séance « Imaginaires de la mode et tendances pour demain » qui aura lieu à la rentrée 2012-2013. Le champ de la mode est en ébullition. Des maisons de couture aux bureaux de styles, des nouveaux créateurs à la tribu des modeuses 2.0, l’effervescence et les métamorphoses sont de mise, recomposant dès lors les définitions, la temporalité et les lieux de la mode.

Si les podiums des défilés, institutions ancestrales de l’industrie de la mode, continuent de donner le « la » des tendances chaque saison, ils composent désormais avec les multiples évènements en marge, des collections capsules aux festivals et autres journées de la mode, et surtout avec les intarissables sources de créations indépendantes et d’inspiration rendues visibles par l’explosion d’Internet et les mises en scènes personnelles dans le théâtre de la rue.

En étroite relation depuis quelques décennies avec les champs du design, de l’art, de la musique et du cinéma, la création de mode contemporaine s’inspire aujourd’hui des styles façonnés par tout un chacun dans un va et vient permanent entre l’affirmation du Soi et les multiples appartenances tribales.

Dans le cadre du GEMODE, doctorants, chercheurs et professionnels se réunissent et engagent des pistes de réflexion permettant de saisir et de décrypter ce terreau mouvant des imaginaires de la mode postmoderne. Du hip hop au street fashion de luxe, entre rites initiatiques et aura numérique, quelle mode pour demain ?

Participation

Vos propositions de communications (titre + résumé 15 lignes) sont à envoyer par mail à Emilie Coutant (gemode@ceaq-sorbonne.org), qui sélectionnera les communications avant le 10 septembre 2012

Contact:

Emilie Coutant: gemode@ceaq-sorbonne.org


 

Appel à contribution: Les matières premières et l’Art nouveau (17 septembre 2012)

Les matières premières et l’Art nouveau

Appel à contribution, Calenda, publié le jeudi 21 juin 2012

 

Le Réseau Art Nouveau Network, réseau de villes visant à préserver, étudier et promouvoir l’Art nouveau à l’échelle européenne, organise un colloque d’une journée le 26 janvier 2013 sur Les matières premières et l’Art nouveau. Dans le cadre du projet Art nouveau & écologie supporté par le programme Culture 2007-2013 de la Commission européenne, une série de cinq laboratoires historiques et un colloque international sont planifiés et organisés par 14 villes et régions européennes: Ålesund (NO), Aveiro (PT), Bad Nauheim (DE), Barcelona (ES), Bruxelles-Brussel (BE), Glasgow (UK), Helsinki (FI), La Chaux-de-Fonds (CH), La Havane (CU), Ljubljana (SL), Nancy (FR), Regione Lombardia (IT), Rīga (LV) et Terrassa (ES).

Présentation

Les trois premiers laboratoires ainsi que le colloque ont déjà étudié les thèmes suivants:

  • L’herbier Art nouveau, juin 2010 au Museu Nacional de la Ciència i la Tècnica de Catalunya à Terrassa
  • La Perception de l’Art nouveau, décembre 2010 aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles-Bruxelles
  • Le Tourisme et la préservation du patrimoine Art nouveau : une source de financement… une source de problèmes?, juin 2011 à la CX La Pedrera à Barcelone
  • Nature, Créativité et Production au temps de l’Art nouveau, novembre 2011 au Palazzo Lombardia à Milan

Veuillez trouver toutes les informations sur ces conférences sur le site Internet : www.artnouveau-net.eu, section ‘réseau-colloques’

Argumentaire pour le Laboratoire historique 4

Le quatrième laboratoire organisé par le Réseau Art Nouveau Network et la Ville d’Aveiro dans le cadre du projet Art nouveau & écologie

  • Date: samedi 26 janvier 2013
  • Lieu: Aveiro, Portugal
  • Thème : Titre: Les matières premières et l’Art nouveau

Sujet:

L’idéal de beauté et de modernité qui anime l’Art nouveau, associé à des préoccupations sociales, à une recherche de confort et de meilleure hygiène, conduit les architectes de cette époque à recourir à des matériaux et techniques de mise en œuvre très divers. Bois, verre, céramique, pierre, métal et autres matériaux spécifiques sont choisis et associés entre eux pour leurs caractéristiques techniques, mais aussi en fonction de leur apport esthétique : couleur, irisation, transparence, brillance, etc.

Plusieurs de ces matériaux, qu’ils aient été employés en construction ou finition, n’existent plus actuellement ou sont rares, frappés soit d’interdiction d’exploitation commerciale (bois exotiques, ivoire, etc.), soit tout simplement disparus (marbres ou bois spécifiques, etc.). La restauration de ces matériaux délicats et rares de l’Art nouveau contraint les restaurateurs d’aujourd’hui à de lourds dilemmes : comment préserver l’authenticité de cet art sans tomber dans la copie grossière ou le « fac-similé » ?

1. Quelle utilisation était faite des matières premières disponibles à cette époque ?

  • dans :
    • la construction des bâtiments ;
    • le décor et le mobilier ;
    • les objets quotidiens, les bijoux, etc.
  • Comment s’effectuait la mise en œuvre de ces matériaux ?
  • Quelles techniques spécifiques ont été développées ?
  • Quel rôle était laissé à l’artisanat ?
  • Comment ces matériaux ont-ils été utilisés pour leur qualités esthétiques (mosaïque, briques colorées, vitraux, marqueterie, etc.) ?

2. Comment restaurer au mieux ces matériaux devenus rares ou fragiles ?

  • Comment restaurer ou remplacer des matériaux détériorés ou érodés par le temps ?
  • Comment préserver l’authenticité de ces matériaux et la patine que leur a donné le temps ?

Détails pratiques

Vos propositions de communications, en français ou en anglais, devront être rédigées sous forme d’abstrait de 20 lignes maximum par proposition, avec un titre et 5 images au maximum, vos coordonnées complètes (nom, prénom, institution et adresse email), ainsi que quelques éléments biographiques et bibliographiques.

La date butoir pour l’appel à communications est fixée au 17 septembre 2012

Les communications doivent être envoyées au bureau de coordination par email à info@artnouveau-net.eu.

N.B: toutes les conférences peuvent être liées au patrimoine local ou s’ouvrir à une plus grande échelle.

  • Le comité de sélection sélectionnera un conférencier d’honneur qui ajoutera son point de vue européen sur le sujet en mentionnant différents exemples venant de toute l’Europe.
  • Le 3 octobre 2012, le comité de sélection compose des partenaires d’Aveiro, Ljubljana et Bruxelles sélectionneront les 10 lectures qui seront présentées.
  • Les participants recevront une notification de leur participation au Laboratoire au plus tard le 15 octobre 2012.
  • Chaque conférence durera entre 20 et 30 minutes. La durée exacte de chaque conférence sera annoncée pour le 15 octobre, ainsi que les instructions pour la publication des actes, à la fois sur le site Internet et dans une publication imprimée ultérieurement.
  • Le texte complet de la conférence devra être envoyé le 31 décembre 2012 et les présentations Powerpoint pour le 7 janvier 2012.
  • Les conférenciers sélectionnés seront invites avec les partenaires du réseau à participer à la journée de visites Art nouveau organisée par la Ville d’Aveiro le dimanche 27 janvier 2013 (à déterminer).
  • Les conférences seront données en français, anglais ou portugais.
  • Une traduction simultanée (français, anglais et portugais) sera disponible.

Pour toute information supplémentaire sur cet appel, sur le Laboratoire historique 4 et les actions du réseau: info@artnouveau-net.eu ou www.artnouveau-net.eu.

Comité scientifique

  • Françoise Aubry, Conservatrice du Musée Horta – Bruxelles, Belgique
  • Guy Conde-Reis, Ministère de la Région Bruxelles-Capitale, Direction des Monuments et Sites, Belgique

Breda Mihelic, Directrice Urban Planning Institute of Republic of Slovenia, Slovénie

 

Contact

Anne-Sophie Rifaud info@artnouveau-net.eu

Anne-Lise Alleaume info@artnouveau-net.eu

Colloque: Le commerce du luxe – le luxe du commerce, 21-23 novembre 2012, Lyon

Le commerce du luxe – le luxe du commerce

Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours

Colloque, Calenda, publié le mardi 26 juin 2012,

 

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Le colloque développera trois approches spécifiques : la circulation spatiale du luxe (marchands et marchandises), l’économie du luxe (concevoir, produire, vendre), les circulations sociales du luxe (luxe et demi-luxe).

 

Mercredi 21 novembre 2012

I – Marchands et marchandises. la circulation spatiale du luxe

9h30 Accueil

10h Discours introductifs

Présidence de séance : Bruno Blondé, Université d’Anvers

  • 10h30-11h Ingrid Houssaye Michienzi, FRAMESPA-UMR 5136 (Toulouse Le Mirail), De l’Afrique subsaharienne aux marchés européens : les compagnies marchandes florentines et le commerce des plumes d’autruche (fin xive – début xve siècle)
  • 11h-11h30 Wilfried Zeisler, Université Paris IV, De new york à Saint-Pétersbourg, le commerce international du luxe à la belle-époque
  • 11h30-12h Lavinia Maddaluno, Université de Cambridge, Scenarios of trade: eighteenth-century british watches, clocks, telescopes, and the two ‘easts’

12h-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Marco Belfanti, Université de Brescia

  • 14h30-15h Diego Davide, Université de Naples Suor Orsolo Benincasa, Production, circulation and consumption of gold and silver in the xviiie century in the kingdom of naples
  • 15h-15h30 Anne Montenach, Aix-Marseille Université, Vendre le luxe en province : circuits officiels et réseaux parallèles dans le Dauphiné du XVIIIe siècle
  • 15h30-15h45 Pause
  • 15h45-16h15 Federica Veratelli, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, Les marchés du luxe et leurs réseaux à la Renaissance. Le cas des hommes d’affaires italiens dans les Flandres (1477-1530)
  • 16h15-16h45 Nadia Matringe, European University Institute, Le commerce du luxe à Lyon au milieu du XVIe siècle : un monopole italien ?

16h45-18h Discussion

jeudi 22 novembre 2012

II – L’économie du luxe : concevoir, produire, vendre

8h30 Accueil

Présidence de séance : Jean-Claude Daumas, Université de Franche-Comté

  • 9h-9h30 Eugénie Briot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, La parfumerie parisienne du XIXe siècle : fabrique d’une industrie de luxe
  • 9h30-10h Florence Charpigny, Université Lyon 2, Luxe en images, images du luxe : les soieries f. Ducharne dans l’officiel de la couture et de la mode (1921-1972)
  • 10h-10h30 Ekaterina Bulgakova, Université d’État de Moscou Lomonossov, Le commerce de luxe français a Moscou et Saint-Pétersbourg du XIXe siècle : topographie, exposition, perception
  • 10h30-10h45 Pause
  • 10h45-11h15 Stéphane Lembré, Université d’Artois-IUFM Nord-Pas de Calais, Former les ouvriers du luxe. La société d’encouragement à l’art et à l’industrie au service du savoir-faire (1889-1973)
  • 11h15-11h45 Anne Perrin-Khelissa, Université catholique de l’Ouest (Angers), De l’agrément au goût. Justifier les manufactures d’État sous la Révolution (Sèvres, Gobelins, savonnerie)

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Stéphane Castelluccio, CNRS, Centre André Chastel (Paris)

  • 14h30-15h Sophie Raux, Université Lille 3, François Verbeelen : un entrepreneur exceptionnel de loteries d’oeuvres d’art et d’objets de luxe dans les Flandres à fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle
  • 15h-15h30 Barbara Furlotti, The Warburg Institute (Londres), Mapping the market for Antiquities in early modern Italy: networks and practices
  • 15h30-16h Maud Villeret, Université de Nantes, Les confiseurs au XVIIIe siècle : les stratégies de vente d’un luxe sucré
  • 16h-16h15 Pause
  • 16h15-16h45 Anne Wegener-Sleeswijk, Université Paris I, Corruption, vice et vin. La lutte pour un marché de luxe traditionnel aux provinces-unies (XVIIIe siècle)
  • 16h45-17h15 Philippe Meyzie, Université Bordeaux 3, Produits des terroirs et marché du luxe alimentaire XVIIIe-début XIXe siècle

17h15-18h30 Discussion

Vendredi 23 novembre 2012

III – Luxe et demi-luxe. les circulations sociales du luxe

8h30 Accueil

Présidence de séance : France Nerlich, Université de Tours

  • 9h-9h30 Manuel Charpy, CNRS-IRHIS (Lille 3), La rareté partagée. Commerces et consommations des Antiquités et des curiosités au XIXe siècle (Paris, Londres et New York)
  • 9h30-10h Sabine Pasdelou, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Le japonisme popularisé des manufactures de céramique : la diffusion du demi-luxe en France entre 1880 et 1950
  • 10h-10h30 Marcia Pointon, Université de Manchester, The diamond engagement ring and the relativity of luxury
  • 10h30-10h45 Pause
  • 10h45-11h15 Audrey Gléonec, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, La démocratisation du meuble de style au XIXe siècle
  • 11h15-11h45 Camille Mestdagh, Université Paris IV, Curiosités et luxe dans l’ameublement du XIXe siècle : le commerce et l’œuvre des Beurdeley

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Nadège Sougy, Université de Neuchâtel

  • 14h30-15h Katie Scott, The Courtauld Institute of Art (Londres), Hannah Williams, St John’s College (Oxford), Everyday lives and luxury objects: François Boucher’s shells and Charles-Antoine Coypel’s watch
  • 15h-15h30 Jon Stobart, Université de Northampton, The luxury of learning: books, knowledge and display in the English country house, c.1730-1800
  • 15h30-15h45 Pause
  • 15h45-16h15 Amanda Phillips, Institute of Iranian Studies, University of St Andrews, Scotland, The sincerest form of flattery: Ottoman furnishing velvets and their imitators, 1600-1800
  • 16h15-16h45 George Lazar, Institut d’Histoire N. Iorga (Bucarest), les marchands de luxe, le luxe des marchands dans l’europe orientale (XVIIe-XVIIIe siècles)

16h45-18h Discussion

 

Contacts:

Natacha Coquery: natacha.coquery@wanadoo.fr

LARHRA – UMR CNRS 5190   ISH, 14 avenue Berthelot, 69363 Lyon Cedex 07

Bonnet Alain : alainjeanclaudebonnet@gmail.com