Archives de catégorie : Programmation du séminaire

“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”. Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties”, Marie McLoughin, compte-rendu journée d’étude du 15 juin 2012


“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”(Hodgkin 1932). Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties.”

by Dr. MARIE McLOUGHLIN, University of Brighton 

1930 was an important year for fashion education. In September of that year the École Superièure de la Couture, the school of the Chambre Syndicale de la Couture  was opened.[1] A few months later the Royal College of Art in London awarded its first diploma in fashion design to a young woman, Muriel Pemberton, who was to go on, in 1931, to lay the foundations for the Fashion Department at St Martin’s School of Art, which is still the one of the largest and most successful Fashion Schools in the world.

This paper will examine and compare the various ways a prospective fashion designer in the 1930s could learn the trade. It will look at the curriculum of the Chambre Syndicale as set out in a 1931 prospectus held in the Brighton design archive; the RCA curriculum written by Pemberton who graduated in 1931, a curriculum she later introduced at St Martin’s; The various private schools advertised in Vogue at that time, one of which Pemberton attended; and the review of all fashion education in London produced by the British Board of Education in 1936. All of this will be compared with the traditional apprenticeship in fashion design, undertaken in the 1930s by that Parisian Englishman Charles Creed, whose family had had a couture house in both Paris and London since the nineteenth century.

London County Council had funded trade schools from the beginning of the twentieth century. These specialist schools, usually found in working class areas, took children from 13+ and taught them the skills needed for the workshop or workroom; For boys furniture or the leather trades and for girls dressmaking, embroidery, millinery or similar trades. There was no college funded by the industry itself, as in France. Before 1930 designers would have come either from within the industry, like Creed, or from the middle and upper classes, like Lucile, Lady Duff Gordon, and Hartnell, one of a group of Cambridge aesthetes which included Cecil Beaton. All were people of ‘taste’ and their friends and peers were also their customers. There was no possibility of making the transition from the trade school, via the workroom, to the design studio.

Local art schools also took children from 13 but, unlike trade schools, they also had classes for older children and exceptional students could gain a scholarship at 18 to the ‘National’ school, the Royal College of Art in London. Here social mobility was a real possibility. When Pemberton got there in 1927, a graduate of the Wedgwood Institute in Burslem, part of Britain’s industrial heartland, it had talented students from all over the country irrespective of class or wealth. However it did not teach fashion design. This paper will discuss how she was able to change this, forging links with such upper class strongholds as court dressmaker, Reville and Rositer and the private fashion academy of Katinka, whose principal had trained with Lelong.

This paper will look at the similarities of Pemberton’s RCA, and subsequent St Martin’s, curriculum of drawing, cutting and historical studies and compare it to that outlined in the prospectus of the École Superièure de la Couture in Paris. The education that Charles Creed undertook before he was allowed to design for the family firm, one which took him to Vienna and New York, provides a fascinating counterpoint to these early exercises in fashion education.


[1] This is the date given in an English report written in the 1940s. The website of the École Superièure de la Couture cites 1927 as the date of its creation.

Bibliography

Books

Ashwin, Clive. Art Education. Documents and Policies 1768-1975. London: Society for Research into Higher Education, 1975.

Bell, Quentin. The Schools of Design. London: Routledge & Kegan Paul Ltd 1963.

Breward, Christopher, Edwina Ehrman, and Caroline Evans. The London Look : Fashion from Street to Catwalk  London, New Haven: Yale University Press, 2005.

Creed, Charles. Maid to Measure.London: Jarrolds, 1961.

Hodgkin, Eliot. Fashion Drawing. London: Chapman & Hall Ltd., 1932.

Reynolds, Helen. Couture or Trade. An Early Pictorial Record of the London College of Fashion. London: Phillimore & Co. Ltd. Copyright London Institute 1997.

Journal Articles, magazines and newspapers

Grosvenor, Ian. “ ‘The Art of Seeing’: Promoting Design in Education in 1930s England.” Paedagogica Historica Vol. 41, Nos 4 & 5, August 2005. Pp 507-534.

UK Vogue 1920s-1930s

Archives  

Brighton Design Archive

Box 78: File 357. Training, miscellaneous. Contains the 1931 syllabus of École Superièure de la Couture, the school of the Chambre Syndicale de la Couture. The school opened on 15th September 1930.

Central St Martin’s (Museum) Archive

Prospectuses.

St Martin’s School of Art, Committee of Managers Minute Book 1922-1937

The National Archive. Kew                                                                                        

Board of Trade papers.

BT 57/13/218

Dress Committee 1938. Council for Art and Industry. This file contains a copy of the report together with the evidence assembled in its preparation. There is also a (rare) copy in the University of Brighton Design Archive.

BT 57/15/259

Includes Discussion on Dress Design. Some discussion, pre 1938, following letter from Lennox Lee Calico printers in response to suggestion from Frank Pick at CoAI, on inviting designers from Paris to set up businesses in the UK.

Board of Education papers.

ED 46/151

This file contains a response to the proposed Board of Trade Report on the Dress Industry.

It has a review of all London art school classes for designers and all trade school classes for workroom hands.

Board of Education minute dated 23rd May 1936. The subsequent Board of Education Report was dated 29th June 1936.

RCA Library

Cunliffe-Charlesworth, Hilary. « The RCA: Its Influence in Education, Art and Design 1900-1950. » Unpublished PhD Thesis. Royal College of Art, 1991.

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres » Thierry Maillet, Compte-rendu journée d’étude 15 juin 2012

THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 

« En 1840, Monsieur Bilbille allait de Paris à Leipzig en passant par Mulhouse et Saint-Gall et à chaque fois il vendait et achetait des échantillons de tissus. »

 Au XIXe siècle, le commerce indépendant d’échantillons de tissus a commencé à s’organiser entre Paris, réceptacle et émettrice des modes, les villes de production, Mulhouse et Saint-Gall et la principale ville de foire est-européenne, Leipzig. Un siècle plus tard une économie de l’échantillonnage s’est développée : Paris est son centre (son antre pourrions nous-dire), les acteurs restent peu nombreux mais toujours aussi peu connus des historiens qu’ils le furent de leurs contemporains.

La première société d’échantillonnage, Jean Claude Frères a été fondée par un nommé Jean Claude. Vosgien d’origine il est dessinateur textile à Paris et il répond à des commandes d’un fabricant alsacien : lui adresser des échantillons de nouveautés qu’il sélectionne à Paris. De nouveaux acteurs vont s’établir durant le XIXe siècle et au lendemain de la première guerre mondiale nous connaissons quatre maisons : Jean Claude Frères, Bilbille, la Société des Nouveautés Textiles, Homo & Cie (Héritiers de Gerlioz). Leur activité est d’adresser à une fréquence régulière des échantillons de tissus, classés par catégorie de produits (laine, coton, zéphyr, soie, cravates). Si nous disposons de peu d’informations sur leurs conditions de travail nous savons qu’elles étaient toutes établies dans les quartiers centraux parisiens pour être à proximité des magasins de dépôt des fabricants provinciaux, des grossistes parisiens (rue du IV septembre) voire des couturiers. Leurs caractéristiques sont communes : elles ont toutes été fondées par des hommes, ce sont des petites structures indépendantes et elles n’ont pas cherché à se rapprocher pour atteindre taille critique et économie d’échelle.

A partir des années 1920 ces entreprises sont contemporaines de deux journalistes américaines installées à Paris qui envoyaient des informations sur la mode ou la couleur à leurs clients d’outre-Atlantique (Blaszczyk, 2007, p. 23, Stewart, 2008, p.112). A partir de 1931 l’activité évolue dans trois directions : le contenu s’enrichit de commentaires, la création esthétique est recherchée et enfin de nouveaux acteurs arrivent. Des commentaires prédictifs en quatre langues (français, anglais, allemand, espagnol) sont joints aux échantillons.

« Les idées généralement admises comme devant inspirer la mode de l’été prochain se ressentent toutes du changement se préparant dans la forme des robes souples qui vont s’élargissant vers la jupe cloche, et nécessiteront ainsi l’emploi de tissus souples et légers (…) » (Livre d’échantillon Q, Fonds Archive Carlin International).

Le livre d’échantillon devient le support de créations élaborées inspirées par des expositions artistiques. (Textile-Argus en 1935).  Enfin le fils d’une famille de soyeux lyonnais s’établit à Paris où il développe à partir de 1937 une activité de conseil en création textile (Maillet, 2009). A la veille de la seconde guerre mondiale une activité de conseil en style a émergé à Paris. Si ses acteurs n’en n’ont pas le nom (Bureau de Style) ils ont posé les bases de ce qui sera une importante contribution future à l’émergence du prêt-à-porter

Programme journée d’étude du 15 juin 2012, « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres: regards croisés franco-anglais » de 9h à 17h30, IHTP

Le 15 juin 2012, comme nous vous l’avions annoncé, le séminaire sur l’histoire de la mode de l’Institut du temps présent organise une journée d’étude franco-anglaise « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres » de 9h à 17h30.

Cette journée entend porter un regard croisé sur cette période particulière dans l’histoire des femmes et de la mode, marquée durablement de l’empreinte de la Première Guerre mondiale. En effet, le conflit imprime une double rupture sociale et familiale qui retentit sur le comportement des masses. Tandis que les hommes sont les premiers à subir  le traumatisme de la guerre au front, les femmes délaissent l’espace privé pour envahir l’espace  public en raison de leurs nouvelles responsabilités. Par leurs vêtements, elles acquièrent un autre statut et se « masculinisent ». Chefs de famille elles sont partout, deviennent ouvrières d’usines, munitionnettes, infirmières ou chefs d’exploitations agricoles. Bousculée par les changements intervenus dès le début du conflit et les nouvelles contraintes liées (travail des femmes, pénurie de tissus, vie chère), la mode féminine se simplifie devient pratique et rationnelle.

Dès novembre 1918, les femmes sont priées de reprendre la fonction qu’elles occupaient avant-guerre. Le repeuplement de la France est une priorité. L’image prépondérante véhiculée par les journaux féminins de l’époque est celle de la mère au foyer. L’émancipation féminine s’exprime, seule, à travers la mode. La période de l’entre-deux-guerres voit ainsi apparaître la figure de la garçonne qui contribue grandement à redéfinir la question de la beauté. Elle implique aussi un style de vie entièrement nouveau et conduit les femmes à appréhender autrement leur corps.

La journée s’interrogera sur cette période en questionnant à la fois les dispositifs de création et de représentations des modes du point de vue français et anglais. Concernant la création de mode, nous aborderons notamment le travail des couturiers Norman Hartnell et Madeleine Vionnet, et nous nous poserons aussi des questions plus spécifiques sur les modalités de fabrication des tendances et sur l’apparition des écoles de création de mode telles que la Chambre syndicale de la couture notamment. La notion de représentation sera, quant à elle, appréhendée à travers les questions du corps, des textiles et de la presse féminine principalement.

 Programme de la journée

 9h: accueil des participants

Session du matin 

9h30: Introduction de la journée par Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS

 9h40-10h: JENNY ROBERTS – MA dissertation

« Ghosts of Garments Past; a biography of the Trousered Uniform of the Munition Women Workers during World War I»

10h05-10h25: SOPHIE KURKDJIAN – doctorante, chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France

« De la gazette au magazine de mode : approche de la nouvelle féminité dite « moderne » de l’entre-deux-guerres à travers le prisme de l’évolution des journaux de mode de luxe»

 Pause

 10h40-11h: SOPHIE COURET – doctorante, fondation Yves Saint Laurent

« Corps, matières, volumes au début des années trente »

11h05-11h25: FLORENCE BRACHET-CHAMPSAUR – doctorante, responsable des archives et du patrimoine du groupe Galeries Lafayette

« Madeleine Vionnet et les Galeries Lafayette. Le mariage improbable d’une maison de couture française et d’un grand magasin parisien, 1922-1939

11h30-11h50: JANE HATTRICK- PhD research

I simply refuse to make the very short skirt”: from the Romantic robe de style to the Victorian revival, the fashion design work of the London couturier Norman Hartnell, 1921-1939”

 12h-12h30: discussion

 12h30-14h: Déjeuner

 Session de l’après-midi

14h-14h20: THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 14h25-14h45: Dr. MARIE McLOUGHLIN 

“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”(Hodgkin 1932). Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties.”

 Pause

 14h55-15h15: CHERYL ROBERTS – PhD research

“A Price for Fashion? A Young Working Class Woman’s Wardrobe in 1930s London”

 15h20-15h40: Dr. CHARLOTTE NICKLAS

“Fame, Fashion, and Fiction: Dress and the Bright Young People in Interwar Novels”

 15h45-16h05: FARID CHENOUNE – historien de la mode

« La Mode rêvée » de Marcel l’Herbier

 16h10-16h30 : discussion

 16h30: Conclusion de la journée par par Lou Taylor, Professor, University of Brighton

En raison du nombre limité de places disponibles, il est recommandé de vous inscrire en envoyant un mail à : seminairehistoiredemode@gmail.com

 Informations pratiques :

 Institut d’histoire du temps présent

59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris

Métro ligne 13 (Brochant ou Guy Môquet)

Bus 66 (arrêt Jonquière)

 

Coordination scientifique:

Sophie Kurkdjian et Eléonore Testa

Contacts :

seminairehistoiredemode@gmail.com

 

 


 

Annonce d’une journée d’étude, 15 juin 2012, « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres : regards croisés franco-anglais »

Journée d’étude organisée par le séminaire de l’histoire de la mode de l’Institut d’histoire du temps présent

 « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres :

regards croisés franco-anglais»

 

Vendredi 15 juin 2012

Institut d’histoire du temps présent

59/61 Rue Pouchet,

75017 Paris

Métro ligne 13 (Brochant ou Guy Môquet)

Bus 66 (arrêt Jonquières)

En raison de la limite des places disponibles, il est recommandé de vous inscrire en nous envoyant un mail à : seminairehistoiredemode@gmail.com

Contact : seminairehistoiredemode@gmail.com

Institut d’histoire du temps présent

CNRS – UPR 301

59-61 rue Pouchet 75849 Paris cedex 17