Programme 2012-2013 : « Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

Programme 2012-2013

« Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

 

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avec l’apparition de la production en série, la question du rapport entre art et industrie émerge au 19ème siècle avant de trouver un prolongement dans les Expositions Universelles et dans la création de musées des arts décoratifs à l’initiative d’industriels désireux d’encourager « la réalisation du Beau dans l’Utile ». En outre, l’Exposition internationale des arts décoratifs industriels et modernes consacre, en 1925, la Mode comme un art et une industrie générant une activité diversifiée. Envisagée comme une industrie, entraînant dans son sillage de plus en plus de « médiateurs » et d’intermédiaires, la mode apparaît comme un process répondant à une succession d’étapes, structurant sa création (des matières premières textiles jusqu’au produit fini, le vêtement). En cela, elle acquiert une profondeur historique, économique et sociale.

Ainsi, pendant les cinq prochaines années, le séminaire revisitera cet objet familier et bien connu de nous qu’est la mode en lui appliquant une nouvelle grille de lecture afin de mettre en lumière ses dispositifs d’invention, de fabrication, de création, de diffusion puis de transmission. En envisageant ces différents dispositifs, le séminaire entend montrer comment ces derniers structurent et ordonnent la compréhension que l’on se fait de la mode et l’imposent comme un ordre « industriel » mais aussi « créatif ».

-Industriel, en étudiant notamment les savoir-faire artisanaux ancestraux qui contribuent au rayonnement d’une nation et au succès de ses créations vestimentaires et, en s’interessant aussi aux différents acteurs de cette industrie : les fabricants de tissu, les couturiers ou encore les journalistes.

-Créatif, en insistant sur la mode comme patrimoine. Ce patrimoine, constitué de vêtements, de textiles, d’accessoires, mais aussi d’objets et d’archives orales, confère à la mode une portée historique et symbolique dépassant ses propres frontières nationales. Étudier la constitution progressive du patrimoine de la mode et les politique culturelles qui lui sont appliquées depuis plusieurs années concourent directement aussi à « redécouvrir » la mode et à la doter d’une histoire.

Quatre thématiques ont été choisies pour aborde la double dimension à la fois industrielle et patrimoniale de la mode: l’industrie textile ; la création ; la médiatisation et la patrimonialisation de la mode. Elles permettent de montrer comment la mode est pensée,  façonnée pour ensuite, être diffusée, vendue et enfin, comment elle entre au musée, devenant un objet de contemplation et de recherche.

 

 

19 octobre 2012 : 1ère séance du séminaire sur l’histoire de la mode, IHTP

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avant d’inaugurer cette nouvelle réflexion à partir du mois de novembre, la première séance du séminaire proposera un état des lieux de la recherche en histoire de mode en France et en Europe.

Selon quelles problématiques et quels axes de réflexion l’histoire de la mode a-t-elle été élaborée des années soixante-dix à aujourd’hui?

Dans quelles universités et dans quels laboratoires de recherche la mode est-elle étudiée, aujourd’hui, en France et en Europe?

 

Voici certaines des questions auxquelles la première séance du séminaire apportera des pistes de réflexion.

Cette séance aura lieu le vendredi 19 octobre 2012, à 14h30, à l’Institut d’histoire du temps présente, au 59/61 rue Pouchet, 75017.

 

  • Séance du 19 octobre 2012 : Etat des lieux de la recherche en histoire de mode

 -Thierry Maillet : doctorant à l’EHESS, chargé de séminaire à l’Institut d’Etudes politiques de Paris

« Écrire l’histoire de la recherche en histoire de mode en France des années soixante-dix à aujourd’hui »

 -Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS et Sophie Kurkdjian : doctorante, chercheur associé à la BNF

« Penser et transmettre l’histoire de la mode à l’université en France et en Europe »

-Eléonore Testa : INHA

Présentation des nouveaux axes de recherche du séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP

 

Contact : Éléonore Testa et Sophie Kurkdjian:  seminairehistoiredemode@gmail.com

Programmation 2012-2013

Les séances du séminaire sur l’histoire de la mode de l’Institut d’histoire du temps présent ont lieu un vendredi de chaque mois, de 14h30 à 17h, au 59/61 ue Pouchet, 75017 Paris

Le séminaire est ouvert à tous, aux chercheurs et aux étudiants.

 

Octobre-décembre 2012: « Approche de l’industrie textile : point de vue historique, professionnel et patrimonial »

  •  Séance du 19 octobre 2012 : Etat des lieux de la recherche en histoire de mode


  •  Séance du 23 novembre 2012 : Regard historique et professionnel sur l’industrie textile


  •  Séance de décembre 2012 : visite guidée des archives d’une manufacture : la Maison « Tassinari & Chatel »

 

Le programme pour l’année 2012-2013 sera bientôt publié en intégralité.

 

“I simply refuse to make the very short skirt”: from the Romantic robe de style to the Victorian revival, the fashion design work of the London couturier Norman Hartnell, 1921-1939”, Jane Hattrick, compte-rendu journée d’étude 15 juin 2012

I simply refuse to make the very short skirt”: from the Romantic robe de style to the Victorian revival, the fashion design work of the London couturier Norman Hartnell, 1921-1939”

by Jane Hattrick- PhD research, University of Brighton 

 

The British couturier, Norman Hartnell, opened his fashion House in London’s Mayfair district in 1924 at the age of just twenty-three.

Hartnell had three key ensembles that he designed for his British aristocratic clientele, actresses as clients and for the British royal women between 1937 and 1979. These were his soft-tailored dress and coat ensembles, full length, slim line evening gowns and tea-gowns and the full length full skirted crinoline gowns, famously worn by Her Majesty, Queen Elizabeth. This paper will show that these were key Hartnell styles during the interwar period, and that despite his rise to the status of wealthy, celebrity couturier by 1934, Hartnell’s clothes were designed to be attractive to the more conservative, British clientele in terms of skirt length. Hartnell also preferred to see a length of luxury fabric, trimmed with fur and embellished with embroidery on the bodies of his clients rather than to exposed flesh.

When he opened his salon in 1924, British couture clients expected to be able to purchase Paris models in London.

Despite the economic slump of 1930 and subsequent financial crash, Hartnell’s business had expanded to the extent that in 1934 the House of Hartnell had moved to a larger premises. In the mid-1930s, Hartnell designed slim fitting, full-length evening gowns and tea gowns in silk satin and velvet in plain colours, and collection photographs in the archive and garments studied demonstrate the complex cutting and high levels of skill in his workrooms at that time.

Hartnell had created his first crinoline gowns for the Queen in 1937 based upon Worth’s gowns represented in Winterhalter’s royal portraits at Buckingham Palace, and In 1938 Hartnell designed an entire wardrobe for Her Majesty Queen Elizabeth’s first state visit to Paris – the now famous ‘white wardrobe’. Hartnell dressed the Queen in full-length dresses of cream lace accessorized with parasols and picture hats for day wear and for the evening, white silk satin and lace crinolines worn over a hooped under skirt, decorated with artificial camellias and crystals. As Amy de la Haye and Valerie Mendes have noted: ‘Hartnell was a key figure in the new-Victorian movement,’ which had become popular in Paris and London from the mid-1930s, reflecting his flair for designing fancy dress and theatrical costume. The following year, in 1939, Hartnell was the Queen’s choice of designer to create her entire wardrobe for the royal tour of North America and Canada. Full-length day dresses were again worn by the Queen in pastel coloured lace, along with crinolines in tulle net embroidered with jewels. On the eve of the Second World War the Queen was photographed by Cecil Beaton in several of these Hartnell ensembles, in a propaganda exercise to promote the image of the Queen as the face of British royalty and encourage public support and cohesion on the eve of war.

Hartnell is best remembered for his frou-frou eveningwear and beaded crinoline gowns, underlined by the presence of three of his royal crinolines in the current exhibitions at the V&A Museum in London. This paper will demonstrate that despite his ability to dress women for every occasion, this style of dressing was established by the mid-1920s, reflective of his personal taste in fabrics, colour and embellishment and his preference for clothes in conservative, normative, feminine styles throughout the interwar period.

 

Primary Research Source

The personal and business archive pertaining to the London couturier, Sir Norman Hartnell, currently in private hands, including bound volumes of press cuttings, original sketched designs, and photographs.

Indicative Bibliography

 Adburgham, Alison, A Punch History of Manners and Modes, 1841 to 1940. London: Hutchinson, 1961. Print.

de la Haye, Amy and Valerie Mendes. 20th Century Fashion. London: Thames and Hudson, 1999. Print.

Taylor, Lou. “Romantic”, in Amy de la Haye. Ed. The Cutting Edge: 50 Years of British Fashion 1947-1997. London: V&A Publications, 1997. Print.

« De la gazette au magazine de mode : approche de la nouvelle féminité dite « moderne » de l’entre-deux-guerres à travers le prisme de l’évolution des journaux de mode de luxe », Sophie Kurkdjian, compte-rendu journée d’étude 15 juin 2012

« De la gazette au magazine de mode : approche de la nouvelle féminité dite « moderne » de l’entre-deux-guerres à travers le prisme de l’évolution des journaux de mode de luxe »

Sophie Kurkdjian – doctorante Université Paris I, chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France

Cette communication entend appréhender le thème de la mode et des femmes durant l’entre-deux-guerres via le prisme de l’histoire de la presse féminine. Fidèles reflets des évolutions de la mode, sismographes des soubresauts des tendances vestimentaires et sociétales depuis le XVIe siècle, bien qu’arborant des formes et des objectifs éditoriaux différents et ne s’adressant pas au même type de lecteurs, les journaux de mode nous permettent de saisir très concrètement les changements récurrents qui s’opèrent dans le domaine de la mode féminine dans les années de l’entre-deux-guerres.

Période particulière, héritée des ruptures introduites par la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres apparaît comme une période charnière pour l’histoire des femmes et de la mode. En effet, durant le conflit, les femmes connaissent une sorte d’émancipation (à la fois de mouvement, de corps et de vêtement) du fait des nouvelles responsabilités qu’on leur donne. Devant prendre en charge les fonctions traditionnellement aux mains des hommes, confrontées plus généralement à une plus grande liberté de mouvements, elles adoptent les cheveux courts et des tenues plus confortables, abandonnant le corset et raccourcissant leurs jupes. Néanmoins, dès l’Armistice, avec le retour des hommes et de leur volonté de reprendre leurs postes, les femmes sont contraintes de retrouver leur foyer et leurs fonctions traditionnelles, à savoir à la fois maternelle et ménagère. L’émancipation approchée durant quatre ans de conflit s’estompe peu à peu. Elle conserve un domaine auquel elle peut s’accrocher : la mode. En effet, l’idée d’une guerre émancipatrice, comme l’explique Dominique Veillon, est en grande partie fausse en dehors de la mode. Dès lors, on observe durant l’entre-deux-guerres, un mouvement émancipatoire sur le plan vestimentaire et corporel que l’on qualifie avec le terme de « nouvelle féminité » dite moderne et qui se caractérise à la fois par une silhouette renouvelée mais aussi une attitude et des pratiques nouvelles telles que la pratique de sport et la fréquentation des instituts de beauté par exemple.

Comme on souhaite le montrer, les journaux de mode sont des observatoires utiles pour observer cette évolution. Ce sont plus particulièrement les journaux de mode de luxe qui nous intéressent ici dans cette communication, et cela pour deux raisons. D’une part, ils sont les supports les plus utiles pour observer l’apparition de cette nouvelle féminité car leurs lectrices ont les moyens d’accéder à cette nouvelle féminité. En effet, ces dernières possèdent à la fois l’argent nécessaires pour acheter les nouveaux produits, notamment cosmétiques qui concourent à « fabriquer » cette nouvelle féminité et le temps, pour consacrer de nombreuses heures en institut de beauté. D’autre part, on observe dans ces journaux une transformation formelle de leurs pages et contenus éditoriaux qui correspondent, presque mimétiquement, aux changements esthétiques que connaissent alors les femmes. En effet, aux nouveaux canons de beauté, aux nouvelles modes, aux nouveaux « comportements » féminins correspondent de nouveaux journaux féminins. Aux gazettes du début du XXe siècle succèdent en effet, dès 1920, les magazines de mode où la photographie de mode remplace progressivement le dessin de mode comme la figure de la garçonne succède à celle de femme de la Belle Époque.

Ainsi, nous nous interrogerons dans cette communication sur le rôle joué par les journaux de mode dans la constitution de la nouvelle féminité dite moderne entre les années vingt et trente. Nous nous appuierons sur la Gazette du bon ton et sur le magazine de mode Jardin des modes (et Vogue français) afin de montrer comment cette transition culturelle et sociale qui s’est opérée dans la sphère féminine s’est aussi manifestée comme une transition médiatique dans les journaux de mode. Ces supports ont été choisis car, à cette époque,  ils se trouvent sous la direction d’un même homme, Lucien Vogel qui a des idées très précises pour faire évoluer la presse féminine. De la Gazette du bon ton au Jardin des modes, nous pouvons observer une évolution formelle des journaux de mode qui correspond à un changement de mentalités dans une période charnière pour l’histoire des femmes et de la presse féminine. Vogel, le premier, veut avec de la Gazette du bon ton au Jardin des modes proroger un même projet – un journal luxueux de mode – en s’adaptant aux évolutions socioculturelles de son époque