L’impressionnisme et la mode, Musée d’Orsay, 25 septembre 2012 – 20 janvier 2013

    L’impressionnisme et la mode

    

Le Musée d’Orsay présente jusqu’au 20 janvier 2013 une exposition intitulée “L’Impressionnisme et la mode” où les oeuvres des plus grands peintres impressionnistes côtoient les tenues vestimentaires portées par les femmes et les hommes à la fin du XIXe siècle.

La mode n’est pas au centre des représentations des Impressionnistes. Elle ne constitue pas le but premier de leurs toiles; néanmoins, elle est présente dans chacun de leurs tableaux. Les tenues féminines comme masculines sont décrites et peintes par les Impressionnistes avec précision et netteté, nous permettant d’apprécier l’évolution de la mode à la fin du XIXe siècle.

En effet, en quittant leur atelier pour aller capter la lumière sur le vif en pleine nature, entre eux ou avec femme, enfants et amis, les peintres impressionnistes peignent des scènes du quotidien, nous révélant l’air du temps et ses attitudes. Dans un élan de modernité, ils révolutionnent la manière de capturer le naturel et le mouvement du corps, loin de la rigidité des tableaux de leurs contemporains. Ils peignent l’homme et la femme du Second Empire, avec les robes à crinoline, sublimant la matière des jupes et des corsages, n’oubliant pas un ruban, pas une ornementation. On entend crisser la soie et le taffetas au détour des tableaux.

Bénéficiant de nombreux costumes prêtés par le Musée Galliera, cette exposition, qui partira pour le Metropolitain Musem of Art à New York puis au Art Institute à Chicago, est mise en valeur grâce à une très belle scénographie – élaborée par Robert Carsen- qui instaure un dialogue entre les toiles et les vêtements exposés, tout en leur servant d’écrin,

  impressionnisme et la mode Mme Bartholomé.jpg

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP organisera une visite de cette exposition et publiera sur ce blog un compte-rendu détaillé.

Commissaires

Gloria Groom, conservateur à l’Art Institute, Chicago
Guy Cogeval, président des musées d’Orsay et l’Orangerie, Paris
Philippe Thiébaut, conservateur général au musée d’Orsay, Paris
Susan Stein, conservateur au Metropolitan Museum of Art, New York

L’exposition est organisée par le musée d’Orsay, Paris, The Metropolitan Museum of Art, New York, et The Art Institute of Chicago.
Elle est réalisée à Paris avec la participation exceptionnelle du musée Galliera – Musée de la Mode de la Ville de Paris.Scénographie :
Robert Carsen, Scénographe et directeur artistique
Nathalie Crinière, Agence NC, architecte-maître d’oeuvre

Exposition également présentée à :
New York, Metropolitan Museum of Art, du 19 février au 27 mai 2013
Chicago, Art Institute, du 30 juin au 22 septembre 2013

COMME des GARÇONS White Drama

COMME des GARÇONS White Drama
Du 13 avril au 7 octobre 2012 – 34 quai d’Austerlitz – 75013 Paris

© Comme des Garçons / Jean-François José

Installation du défilé Comme des Garçons, Printemps-Eté 2012 conçu par Rei Kawakubo. On peut y voir les vêtements au plus près, comme si l’on assistait à un défilé. Présentation de modèles quasi monochromes (« White », couleur qui illustre les étapes de la vie : naissance, mariage…)

 

Lien: http://www.paris.fr

Cristóbal Balenciaga, collectionneur de modes

Cristóbal Balenciaga, collectionneur de modes
Du 13 avril au 7 octobre 2012 – 34 quai d’Austerlitz – 75013 Paris

Gauche : © Stéphane Piera / Galliera / Roger-Viollet. Droite : © Delphine Jaulhac / Galliera.

Gauche : © Stéphane Piera / Galliera / Roger-Viollet. Droite : © Delphine Jaulhac / Galliera.

En hommage au maître de la couture (1895-1972) et à l’occasion du 40e anniversaire de sa
disparition, Galliera dévoile, avec le soutien de la Maison Balenciaga, une collection de
modes assemblée par le couturier et généreusement donnée par sa famille au musée.
Plus de soixante-dix costumes et éléments de vêtements, une quarantaine de robes et de
manteaux haute couture créés entre 1937 et 1968, des accessoires (étoles en cachemire,
mantilles en dentelle), échantillons de broderie et de passementerie, photos, croquis, ainsi que des ouvrages sur l’art et le costume.

Éléonore Testa

Lien: http://www.paris.fr

Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée

Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée 

Musée des arts décoratifs (107 Rue de Rivoli, Paris 1er) du 9 mars au 16 septembre 2012

 

Cette exposition présente l’histoire de deux personnalités, Louis Vuitton (fondateur de la dynastie) et Marc Jacobs (directeur artistique de la Maison), et met en évidence leurs contributions à l’univers de la mode, sous le Second Empire pour le fondateur de la marque, et à son entrée dans le XXIe siècle pour Marc Jacobs..

L’exposition consacre un étage à chacun des créateurs dans une scénographie originale.
En janvier 1997, partir de rien, tel a été le défi de Marc Jacobs, engagé par Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire de la Maison Vuitton depuis 1990 : assurer la création du prêt-à-porter, des chaussures et des sacs. En 1835, Louis Vuitton, âgé de 14 ans, quitte son Jura natal pour se rendre dans la capitale.
Parti de rien, il est le fondateur d’une Maison. En route, il découvre les essences des forêts, il complète sa connaissance du bois, il apprend à travailler le peuplier, le châtaigner, des bois qu’il utilisera pour fabriquer ses malles.

En 1854, il décide de monter sa propre affaire et de fabriquer des objets durables, des malles pratiques et esthétiques, que les familles fortunées pourront réutiliser. Les malles présentées permettent de bien suivre la créativité et surtout l’ingéniosité de Louis Vuitton. Nous sommes dans le Paris du Second Empire, en pleine transformation sous l’autorité du préfet Hausmann. L’impératrice Eugénie, dont il est « l’emballeur » personnel, se veut l’ambassadrice de la couture. Pour un déplacement à Saint Cloud ou Fontainebleau, dix malles sont nécessaires dans lesquelles les robes à crinoline et tous les accessoires doivent être emballées avec la plus grande méticulosité.

Curieux, inventif, attentionné à son temps, Louis Vuitton hume l’air de l’époque et s’en
inspire : à la gare Saint Lazare, il observe les voyageurs ; ami de Worth, il crée de nouvelles
malles mieux adaptées aux nouvelles formes de robes de l’inventeur de la haute couture :
malle plate, plus légères, recouvertes d’une toile imperméable « gris Trianon », malles à
casiers, à chapeaux, à chemises, malles étanches en zinc pour les expéditions coloniales.
Aux Expositions universelles il propose toujours des nouveautés et obtient des médailles.
C’est lui que l’explorateur Savorgnan de Brazza vient voir en 1877 avant de repartir en
Afrique conquérir le Congo…avant les Belges ! Il connaît l’ingéniosité de Louis Vuitton qui
lui fabrique une malle-lit (que l’on peut admirer dans l’exposition).

Intuitif, le créateur n’a pas oublié de déposer des brevets car il est copié par ses concurrents français, anglais et américains : brevet pour la toile rayée de plusieurs couleurs en 1877, le damier avec son nom dans le motif en 1888, mais c’est son fils Georges qui imposera le célèbre Monogram en 1896.

Au deuxième étage, une sélection des modèles les plus emblématiques créés par Marc Jacobs, depuis son entrée chez Louis Vuitton en janvier 1997, ses collaborations depuis 2001 avec le monde de l’art : Julie Verhoeven, Stephen Sprouse, Takashi Murakami et Richard Prince dont on retrouve les customisations à chacune des collections.

Lien: http://www.lesartsdecoratifs.fr

Éléonore Testa

KABUKI – Costumes du théâtre japonais

KABUKI – Costumes du théâtre japonais

Du 7 mars au 15 juillet 2012 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent -5, avenue Marceau, Paris 16ème

Cette exposition propose au public de découvrir des costumes portés lors de représentations de kabuki, une forme de théâtre très populaire au Japon, dans lesquelles les comédiens portent un épais maquillage. Les pièces présentées sont prêtées pour l’occasion par la société japonaise Shôchiku Costume qui produit depuis 1895 des spectacles traditionnels. Les kimonos exposés sont encore portés aujourd’hui par des
acteurs de kabuki.

L’exposition présente également des estampes, des accessoires et des films documentaires. L’exposition s’articule en trois parties. La première présente des costumes appartenant aux pièces emblématiques du kabuki, la deuxième est consacrée aux costumes utilisés pour les scènes dansées et la dernière aux costumes présentant des particularités.

Eléonore Testa

Lien: http://www.fondation-pb-ysl.net/fr/Expositions-a-venir-597.html