La question de l’opinion, Lundi 11 février 2013, 14h30 à 18h30, ISCC

Séance 8. La question de l’opinion

Lundi 11 février 2013, 14h30 à 18h30, ISCC

Huitième séance du séminaire de formation par la recherche organisé par l’ISCC en coopération avec l’École doctorale EDITE, avec les interventions de Renaud Meltz et Samuel Lepastier.

  • Communication et opinion : une démarche pluridisciplinaire
    Renaud MELTZ, maître de conférences à l’Université de Polynésie Française, en délégation à l’ISCC

L’opinion publique est une notion récente, apparue au cours du XVIIIe siècle, en même temps que l’émergence d’une bourgeoisie éclairée par l’augmentation du marché du livre et le développement de la presse. D’où la question fondamentale, qui appelle une approche pluridisciplinaire : l’opinion publique est-elle une réalité sociale, qui doit mobiliser des analyses sociologiques, ou relève-t-elle de l’idéologie politique ? En tout état de cause, la notion exige de multiplier les points de vue et de comparer les définitions disciplinaires, depuis les sciences politiques jusqu’à l’industrie des sondages.

  • Les inquiétudes collectives contemporaines
    Samuel LEPASTIER, directeur de recherche à l’Université Paris Diderot, chercheur associé à l’ISCC

Il est souvent constaté au sein des groupes des modifications affectives marquées par l’accentuation de l’anxiété vis-à-vis de l’extérieur. Ces réactions sont plus vives dans les foules. Dans ses origines, la recherche dans ce domaine n’était pas dénuée d’arrière-pensées politiques car elle permettait de rabattre des mouvements révolutionnaires sur la psychopathologie. Néanmoins, en intégrant des données issues de la psychanalyse, il a été possible d’anticiper les caractéristiques les mouvements de masse constatés dans les régimes totalitaires de l’entre-deux-guerres (Freud, 1921). L’apparition d’inquiétudes collectives de très grande ampleur ont été relevées ces dernières années. Sans doute, assistons-nous aux débuts de phénomènes dont l’intensité pourrait s’accroître. Fait nouveau, les moyens modernes de communication permettent la constitution de foules innombrables dont les membres n’ont plus de contact physique les uns avec les autres, reliés seulement par la perception d’une menace commune. Sous couvert de scientificité et avec l’alibi de la transparence, ressurgissent des angoisses millénaires. Ainsi, l’abus des rituels sataniques, le syndrome du bâtiment malsain ou encore l’enlèvement par des extraterrestres, transposent la crainte des sorcières, des maisons hantées, ou des rencontres avec fées et magiciens.

Pour plus d’informations

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1685

« Parisiennes: vous pouvez porter un pantalon (enfin!) », Slate.fr, 3 février 2013

Parisiennes: vous pouvez porter un pantalon (enfin!)

 

Article paru sur Slate.fr, rubrique « Lu, Vu et entendu », 2 février 2013

http://www.slate.fr/lien/67925/pantalon-femmes-paris-parisiennes

 

Chères Parisiennes, depuis le 31 janvier 2013, vous avez le droit de porter un pantalon. Oui, le droit. Comme le souligne Le Parisien, «il aura fallu attendre la date du 31 janvier 2013 pour que le ministère des droits des femmes n’abroge -de façon implicite- l‘“ordonnance concernant le travestissement des femmes” qui leur faisait encourir, depuis plus deux siècles, l’emprisonnement».

En 2010, le blog Antiblogue la Mode revenait sur cette interdiction que beaucoup ignoraient et qui remontait à la Révolution française, plus précisément d’une ordonnance de police du 26 brumaire an VIII (17 novembre 1799), signée par le préfet de police de Paris:

«Révolutionnaires, les amazones de 1789 tentèrent le port de la culotte en signe d’égalité, mais elles ne furent guère suivies. Théroigne de Méricourt fut dénudée et fouettée. Olympe de Gouge finit guillotinée en 1793 pour ses idées (égalité des sexes) et ses vêtements. Face à ces soubresauts de révolution pas seulement d’ordre symbolique, le préfet de Paris, Dubois, décide en 1800 de prendre des mesures pour remettre les femmes dans le droit chemin (16 brumaire an IX). Le préfet réagit parce que « beaucoup de femmes se travestissent » et ordonne que :

2.Toute femme, désirant s’habiller en homme, devra se présenter à la Préfecture de police pour en demander l’autorisation.

3. Cette autorisation ne sera donnée que sur le certificat d’un officier de santé…»

Le débat avait refait surface en 2003 avec un député UMP, Jean-Yves Hugon, rappelait Antiblogue la Mode, qui avait demandé à la ministre déléguée à la parité Nicole Ameline de modifier l’ordonnance de 1800 qui fit que George Sand (originaire de l’Indre comme le député) devait demander une autorisation pour porter le pantalon. La ministre répondit que «la désuétude est parfois plus efficace que l’intervention».

En 2010, Rue89 rappelait qu’«en 1892 et 1909, si l’on en croit l’AFP, deux circulaires préfectorales auraient autorisé les femmes à se couvrir les jambes sous certaines conditions: “Si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval.”»

Le Parisien explique que cette fois-ci, la demande d’abrogation a été déposée par du sénateur UMP de la Côte-d’Or Alain Houpert en juillet 2012 devant le ministère des droits des femmes:

«Six mois plus tard, une réponse affirmative est inscrite au Journal officiel: “Cette ordonnance est incompatible avec les principes d’égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la France (…) De cette incompatibilité découle l’abrogation implicite de l’ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu’une pièce d’archives, conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris”, écrit ce ministère.»

« Les médiatiques festival », festival d’Histoire et d’analyse des médias, du 4 au 13 février 2013

 Les médiatiques festival

Un festival culturel décrypte les médias…

Organisé par le Lycée Voltaire, le Festival Les Médiatiques se déroulera du 4 au 13 février 2013 sur différents sites de l’agglomération orléanaise.

Cette deuxième édition permettra d’aborder la diversité des représentations médiatiques de la société française contemporaine à travers le regard de chercheurs, de journalistes ou de réalisateurs de documentaires. La grande exposition sur l’histoire des Afro-antillais en France (ACHAC/Ville de Nantes) sera aussi présentée au public.

Ce festival d’Histoire et d’analyse des médias bénéficie du soutien de nombreux partenaires tels que la Région Centre, le Cinéma Les Carmes, l’ACHAC, les services culturels de l’Université d’Orléans, la librairie Les Temps Modernes, la Faculté d’histoire de l’Université d’Orléans et, au niveau national, de la revue Le temps des Médias, de la Société pour l’histoire des médias et du site Decryptimages.

Programmation

Du 4 février au 13 février au Lycée Voltaire : exposition sur l’histoire des Afro-antillais en France (entrée libre). Inauguration le 4 février à 20h00.

 –Lundi 4 février 2013, Lycée Voltaire :

14h00- Projection-débat de Caravane 55 en présence de la réalisatrice Anna PITOUN (Réalisatrice).
18h00- Projection-débat de Noirs de France en présence de l’historien Pascal BLANCHARD (Historien).

-Mardi 5 février 2013, Cinéma Les Carmes : 
20h00-Projection-débat de Smaïn, Cité Pablo Picasso en présence de la réalisatrice Anna PITOUN.

-Mercredi 6 février 2013 :
Journée : les représentations médiatiques des femmes
10h00- Conférence de Claire BLANDIN (Historienne) et Virginie SASSOON (Sociologue des médias) sur les représentations médiatiques de la beauté féminine. Lycée Voltaire
14h00- Conférence de Virginie JULLIARD (chercheuse en sciences de l’information), Monique LEMOINE (conseillère municipale), Danièle BOUCHOULE (Elles Aussi) etMartine STORTI (journaliste et écrivaine) sur les représentations médiatiques des femmes en politique. Université d’Orléans (UFR LLSH)-Amphi Genevoix 

-Vendredi 8 février, Lycée Voltaire :
9h-13h  Décryptage-Workshop
– Les Noirs à l’écran : images et représentations en France par Philippe COUANNAULT (Lycée Voltaire).
– Les Roms au 20h par François ROBINET (CHCSC-UVSQ – Lycée Voltaire)

-Lundi 11 février 2013, Le Bouillon :
20h00-Projection-débat de Rapporteur de guerre en présence de Patrick CHAUVEL, photographe de guerre et réalisateur du film.

PARTENAIRES : Région Centre, ACHAC, Services culturels de l’Université d’Orléans, Faculté d’Histoire de l’Université d’Orléans, Le Temps des Médias, Société pour l’histoire des médias, Decryptimages, Les Temps Modernes, Cinéma Les Carmes.

Informations/réservations : François ROBINET- francois.robinet2@free.fr

06 11 52 18 64

http://www.lesmediatiques.com/accueil.html

Deuxième séance de l’atelier « Genre et Médias », thème presse et genre, 31 janvier,18h-20h

Deuxième séance de l’atelier « Genre et Médias »
Thème presse et genre
Avec
Claude Fandjo « Notion de genre dans des caricatures politiques de Zapiro en Afrique du Sud  »
Isabelle Matamoros « La presse féminine des années 1830 : les ambiguïtés d’un genre »
 
 Le 31 janvier de 18h à 20h à la MIE (maison des initiatives étudiantes)
50, rue des tournelles – 75003 Paris.
L’atelier est ouvert à toute personne intéressée

 

Argumentaire :
 
Cet atelier se propose d’être un espace d’échange entre masterant-e-s, doctorant-e-s, jeunes chercheurs-ses autour de la thématique « Genre et médias ». L’analyse des médias au prisme du genre fait appel non seulement aux sciences de l’information et de la communication mais également à la sociologie, à l’histoire, à la littérature, aux sciences politiques, etc.
Cet atelier se veut donc interdisciplinaire, et entend soulever les différents problèmes théoriques et méthodologiques que pose l’utilisation du genre comme catégorie d’analyse des médias. Comment nos interrogations actuelles sur la construction des identités de genre permettent-elles de renouveler l’analyse du champ médiatique ?
 
En effet, en tant que dispensateurs de discours, les médias participent à l’élaboration de nos représentations du monde. Grâce aux apports théoriques du genre, l’étude des discours médiatiques, des représentations peut être envisagée sous un nouvel angle : quelles représentations du masculin, du féminin, des identités transgenres sont à l’œuvre dans les discours médiatiques ?  Les médias « fabriquent-ils » le genre ? Contribuent-ils à forger ou à faire évoluer des modèles et des normes genrés ? (question des stéréotypes liés aux sexes ou aux rôles sociaux…)
Mais à l’autre bout de la chaîne médiatique, comment ce message médiatique est-il reçu en fonction des identités sexuées ? Existe-t-il des réceptions différenciées et que nous apprennent-elles sur les dynamiques d’identification et les processus de socialisation ? Autant de questions qui peuvent servir de base de réflexion aussi bien sur le message médiatique sous ses différentes formes –discursives, iconiques- que sur le(s) public(s).
 
Pour autant, si la question de la norme véhiculée par les médias reste au cœur des débats, on ne peut nier qu’ils peuvent faire l’objet d’usages et d’appropriations inattendues. Ces réflexions peuvent alors mettre au jour les possibilités de déplacement des assignations de genre dans et à travers les médias : en offrant des espaces de parole et de visibilité publique, créent-ils des opportunités de dépassement du genre ? (NTIC, médias militants, etc.) Le message médiatique peut-il faire l’objet d’une réception oblique, ironique, et sur lequel peuvent prendre appui des pratiques critiques voire émancipatrices ?
 
Enfin, le monde des médias et sa composition ne peuvent pas rester à l’écart de ces interrogations : comment les entreprises médiatiques sont-elles composées ? Quelles carrières sont possibles pour les un-e-s et les autres ? De quelle visibilité les différentes minorités bénéficient-elles au sein de la profession ? Quels rapports de pouvoir traversent le milieu journalistique ? (question de la mixité, du plafond de verre…)
Une première série de séances sera consacrée, de manière thématique, à l’étude d’un support médiatique en particulier (qu’il s’agisse d’un genre médiatique et/ou d’une rubrique spécifique). Cette thématique permettra, entre autres, de s’interroger sur les points de convergences et/ou les décalages perceptibles entre les différents médias, dont la multiplicité et la polyphonie mettent à mal toute visée généralisatrice.
Ces pistes de recherche ne sont pas exhaustives et l’atelier est ouvert à toute proposition. Chaque séance de deux heures est consacrée à la présentation d’une ou deux recherches en cours, suivie(s) par un échanges entre les participant-e-s et la mise en commun d’informations bibliographiques ou sur l ‘actualité scientifiques. L’atelier Genre et Médias se réunit une fois par mois. 
 

Pour plus d’informations, nous contacter à l’adresse suivante : mary.valzema@hotmail.com ou isa_matamoro@yahoo.f