Archives de catégorie : Actualités / News

Le dandy, héros du XIXe siècle, conférence publique de Farid Chenoune à l’IFM, 8 janvier 2013

Conférence publique de l’IFM du mardi 8 janvier 2013 de Farid Chenoune 

Le dandy, héros du XIXe siècle.
La figure du dandy est apparue et s’est imposée au XIXe siècle.

A la fois remarquable et énigmatique, le dandy sinon échappe du moins résiste aux multiples définitions et interprétations dont il a fait l’objet. Le propos de cette conférence est d’indiquer quelques éclairages sur l’ambiguïté spectaculaire de cette figure évoluant entre anecdote et mythe, performance et fiction. Il s’agira de se pencher en particulier sur ce qu’on pourrait appeler, après d’autres, l’héroïsme paradoxal de l’apparence qui semble être la signature du dandy. On évoquera Brummel, Baudelaire et quelques autres héros et hérauts de ce phénomène, mais aussi le contexte historique dans lequel il émerge (le déclin de l’aristocratie et la poussée démocratique). Par ailleurs, il sera encore question du contexte matériel qui préside à ses rites de représentation et de consommation (le rôle du tailleur, la naissance de la photographie et l’universalisation de la mode).

 Agrégé de lettres modernes, enseignant à l’IFM, Farid Chenoune est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, Dior (Assouline, 2007), Les dessous de la féminité (Assouline, 2005), Le cas du sac : Histoire d’une utopie portative (Le passage, 2004), Jean-Paul Gaultier (Assouline, 2000), Des modes et des hommes (Flammarion, 1993). Il a été commissaire de l’exposition Yves Saint Laurentau Petit Palais en 2010. Ancien rédacteur en chef de Mixte et du Monde d’Hermès, il collabore régulièrement à Libération, Vogue, L’Express, Magazine et France Culture. Il effectue des missions de conseil auprès de marques de mode et de luxe, portant sur leur identité, leur histoire et leur vocabulaire.

 

De 18h à 20h à l’IFM – 36 quai d’Austerlitz – Paris 13è

Participation 5 €.

Présence à confirmer par mail.

 

Soutenance de thèse de Sabine Ichikawa, 30 novembre 2012 : « La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

Soutenance de thèse

Sabine Ichikawa soutiendra le vendredi 30 novembre à 14 h 30 sa thèse de
doctorat d’histoire préparée sous la direction de  Patrick Fridenson :

« La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

La soutenance aura lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, au 2e étage, dans la salle de séminaire du Centre d’Etudes Africaines.

Résumé:

L’émergence de l’industrie de la mode en Chine prend une ampleur grandissante. Depuis l’ouverture économique des années 1980 le pays n’a eu de cesse de rattraper son retard, et a décidé de passer du « Made in China » au « Designed in China ». Le contexte et les étapes décisives de ce processus sont analysés d’un point de vue historique ainsi que les conséquences, les facteurs d’influence et les freins.  Notre hypothèse est que l’apport du Japon dans l’évolution de la mode en Chine diffère de celui des pays occidentaux du fait de sa proximité géographique et culturelle, et de son expérience de pionnier dans le lancement d’une mode d’origine asiatique dans les années 1970-80. La première partie présente les échanges triangulaires entre le Japon, la Chine et l’Occident depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. La deuxième partie analyse les tournants et les étapes du « système de mode » naissant en Chine après 1978 selon la chaîne de valeur du textile-habillement, dans la production, la distribution, et la communication, au travers de monographies d’entreprises. Ce système comprend des acteurs privés et publics, des instituts de formation, ainsi que des associations professionnelles. La troisième partie place la mode chinoise dans le contexte des industries créatives. La recherche met en lumière que les transferts du Japon vers la Chine se sont dématérialisés, que le potentiel de développement d’une mode chinoise créative est important, ainsi qu’au sein de la diaspora en Occident. Néanmoins la difficulté d’émergence d’un système de mode créatif en Chine continentale s’explique par des raisons historiques et culturelles, par l’interventionnisme de l’Etat, et par le manque de recours au patrimoine culturel local.

23 novembre 2012 : 2ème séance du séminaire sur l’histoire de la mode, IHTP

  • Séance du 23 novembre  2012 : approche de l’industrie textile 

-Valérie Guillaume : conservatrice en chef du patrimoine, chef du service de Prospective industrielle au MNAM/CCI, Centre Pompidou

Valérie Guillaume commentera ses publications sur l’histoire des textiles et des matériaux ainsi que l’actualité de la recherche au travers de quelques expositions et workshops.

-Luc Druez, éditeur, consultant pour les entreprises recherchant du conseil R&D lié à des matériaux souples

En présentant des échantillons de ses propres collections, Luc Druez évoquera son métier de consultant en recherche de matériaux, un travail à la fois artisanal et industriel, où l’expérimentation sur les fibres textiles joue un grand rôle. 

Pour plus de renseignements: le site de Luc Druez:  www.lcd-textile-edition.com

Programme 2012-2013 : « Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

Programme 2012-2013

« Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

 

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avec l’apparition de la production en série, la question du rapport entre art et industrie émerge au 19ème siècle avant de trouver un prolongement dans les Expositions Universelles et dans la création de musées des arts décoratifs à l’initiative d’industriels désireux d’encourager « la réalisation du Beau dans l’Utile ». En outre, l’Exposition internationale des arts décoratifs industriels et modernes consacre, en 1925, la Mode comme un art et une industrie générant une activité diversifiée. Envisagée comme une industrie, entraînant dans son sillage de plus en plus de « médiateurs » et d’intermédiaires, la mode apparaît comme un process répondant à une succession d’étapes, structurant sa création (des matières premières textiles jusqu’au produit fini, le vêtement). En cela, elle acquiert une profondeur historique, économique et sociale.

Ainsi, pendant les cinq prochaines années, le séminaire revisitera cet objet familier et bien connu de nous qu’est la mode en lui appliquant une nouvelle grille de lecture afin de mettre en lumière ses dispositifs d’invention, de fabrication, de création, de diffusion puis de transmission. En envisageant ces différents dispositifs, le séminaire entend montrer comment ces derniers structurent et ordonnent la compréhension que l’on se fait de la mode et l’imposent comme un ordre « industriel » mais aussi « créatif ».

-Industriel, en étudiant notamment les savoir-faire artisanaux ancestraux qui contribuent au rayonnement d’une nation et au succès de ses créations vestimentaires et, en s’interessant aussi aux différents acteurs de cette industrie : les fabricants de tissu, les couturiers ou encore les journalistes.

-Créatif, en insistant sur la mode comme patrimoine. Ce patrimoine, constitué de vêtements, de textiles, d’accessoires, mais aussi d’objets et d’archives orales, confère à la mode une portée historique et symbolique dépassant ses propres frontières nationales. Étudier la constitution progressive du patrimoine de la mode et les politique culturelles qui lui sont appliquées depuis plusieurs années concourent directement aussi à « redécouvrir » la mode et à la doter d’une histoire.

Quatre thématiques ont été choisies pour aborde la double dimension à la fois industrielle et patrimoniale de la mode: l’industrie textile ; la création ; la médiatisation et la patrimonialisation de la mode. Elles permettent de montrer comment la mode est pensée,  façonnée pour ensuite, être diffusée, vendue et enfin, comment elle entre au musée, devenant un objet de contemplation et de recherche.

 

 

19 octobre 2012 : 1ère séance du séminaire sur l’histoire de la mode, IHTP

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avant d’inaugurer cette nouvelle réflexion à partir du mois de novembre, la première séance du séminaire proposera un état des lieux de la recherche en histoire de mode en France et en Europe.

Selon quelles problématiques et quels axes de réflexion l’histoire de la mode a-t-elle été élaborée des années soixante-dix à aujourd’hui?

Dans quelles universités et dans quels laboratoires de recherche la mode est-elle étudiée, aujourd’hui, en France et en Europe?

 

Voici certaines des questions auxquelles la première séance du séminaire apportera des pistes de réflexion.

Cette séance aura lieu le vendredi 19 octobre 2012, à 14h30, à l’Institut d’histoire du temps présente, au 59/61 rue Pouchet, 75017.

 

  • Séance du 19 octobre 2012 : Etat des lieux de la recherche en histoire de mode

 -Thierry Maillet : doctorant à l’EHESS, chargé de séminaire à l’Institut d’Etudes politiques de Paris

« Écrire l’histoire de la recherche en histoire de mode en France des années soixante-dix à aujourd’hui »

 -Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS et Sophie Kurkdjian : doctorante, chercheur associé à la BNF

« Penser et transmettre l’histoire de la mode à l’université en France et en Europe »

-Eléonore Testa : INHA

Présentation des nouveaux axes de recherche du séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP

 

Contact : Éléonore Testa et Sophie Kurkdjian:  seminairehistoiredemode@gmail.com