Archives de catégorie : Actualités / News

Deuxième séance de l’atelier « Genre et Médias », thème presse et genre, 31 janvier,18h-20h

Deuxième séance de l’atelier « Genre et Médias »
Thème presse et genre
Avec
Claude Fandjo « Notion de genre dans des caricatures politiques de Zapiro en Afrique du Sud  »
Isabelle Matamoros « La presse féminine des années 1830 : les ambiguïtés d’un genre »
 
 Le 31 janvier de 18h à 20h à la MIE (maison des initiatives étudiantes)
50, rue des tournelles – 75003 Paris.
L’atelier est ouvert à toute personne intéressée

 

Argumentaire :
 
Cet atelier se propose d’être un espace d’échange entre masterant-e-s, doctorant-e-s, jeunes chercheurs-ses autour de la thématique « Genre et médias ». L’analyse des médias au prisme du genre fait appel non seulement aux sciences de l’information et de la communication mais également à la sociologie, à l’histoire, à la littérature, aux sciences politiques, etc.
Cet atelier se veut donc interdisciplinaire, et entend soulever les différents problèmes théoriques et méthodologiques que pose l’utilisation du genre comme catégorie d’analyse des médias. Comment nos interrogations actuelles sur la construction des identités de genre permettent-elles de renouveler l’analyse du champ médiatique ?
 
En effet, en tant que dispensateurs de discours, les médias participent à l’élaboration de nos représentations du monde. Grâce aux apports théoriques du genre, l’étude des discours médiatiques, des représentations peut être envisagée sous un nouvel angle : quelles représentations du masculin, du féminin, des identités transgenres sont à l’œuvre dans les discours médiatiques ?  Les médias « fabriquent-ils » le genre ? Contribuent-ils à forger ou à faire évoluer des modèles et des normes genrés ? (question des stéréotypes liés aux sexes ou aux rôles sociaux…)
Mais à l’autre bout de la chaîne médiatique, comment ce message médiatique est-il reçu en fonction des identités sexuées ? Existe-t-il des réceptions différenciées et que nous apprennent-elles sur les dynamiques d’identification et les processus de socialisation ? Autant de questions qui peuvent servir de base de réflexion aussi bien sur le message médiatique sous ses différentes formes –discursives, iconiques- que sur le(s) public(s).
 
Pour autant, si la question de la norme véhiculée par les médias reste au cœur des débats, on ne peut nier qu’ils peuvent faire l’objet d’usages et d’appropriations inattendues. Ces réflexions peuvent alors mettre au jour les possibilités de déplacement des assignations de genre dans et à travers les médias : en offrant des espaces de parole et de visibilité publique, créent-ils des opportunités de dépassement du genre ? (NTIC, médias militants, etc.) Le message médiatique peut-il faire l’objet d’une réception oblique, ironique, et sur lequel peuvent prendre appui des pratiques critiques voire émancipatrices ?
 
Enfin, le monde des médias et sa composition ne peuvent pas rester à l’écart de ces interrogations : comment les entreprises médiatiques sont-elles composées ? Quelles carrières sont possibles pour les un-e-s et les autres ? De quelle visibilité les différentes minorités bénéficient-elles au sein de la profession ? Quels rapports de pouvoir traversent le milieu journalistique ? (question de la mixité, du plafond de verre…)
Une première série de séances sera consacrée, de manière thématique, à l’étude d’un support médiatique en particulier (qu’il s’agisse d’un genre médiatique et/ou d’une rubrique spécifique). Cette thématique permettra, entre autres, de s’interroger sur les points de convergences et/ou les décalages perceptibles entre les différents médias, dont la multiplicité et la polyphonie mettent à mal toute visée généralisatrice.
Ces pistes de recherche ne sont pas exhaustives et l’atelier est ouvert à toute proposition. Chaque séance de deux heures est consacrée à la présentation d’une ou deux recherches en cours, suivie(s) par un échanges entre les participant-e-s et la mise en commun d’informations bibliographiques ou sur l ‘actualité scientifiques. L’atelier Genre et Médias se réunit une fois par mois. 
 

Pour plus d’informations, nous contacter à l’adresse suivante : mary.valzema@hotmail.com ou isa_matamoro@yahoo.f

L’«autre» au cœur des politiques patrimoniales, 24-25 janvier 2013

L’«autre» au cœur des politiques patrimoniales

Depuis les années quatre-vingt-dix les musées font écho aux problématiques générées par les cultural studies et les postcolonial studies non seulement dans les sciences humaines mais dans les mouvements politiques, activistes et artistiques contemporains. Ils le font notamment sur le terrain de l’exposition, et de l’exposition « muséale », devenues depuis les années soixante-dix des « médiums » artistiques à part entière.

Les musées répondent ainsi à deux phénomènes distincts et complémentaires : d’une part, l’ interrogation des artistes sur l’art comme objet de collections publiques et par conséquent  comme objet patrimonial ; et, d’autre part, le développement de nouvelles formes de recherches historiques à partir de fonds et d’ archives à la fois existants et manquants. Ainsi, les musées, accusés d’être complices de l’hégémonie occidentale ébranlée par le contexte politique des Indépendances coloniales, ont ouvert leurs portes à ces « Autres » jusqu’alors  circonscrits par des représentations abstraites.

Les processus culturels qui émergent à la faveur de cette évolution sont complexes. D’un côté, la notion d’altérité tend à s’absolutiser, que ce soit sous les espèces de l’œuvre d’art décontextualisée ou de populations ou groupes sociaux marginalisés. De l’autre, la figure de l’Autre est progressivement réinventée. Elle génère de nouvelles pratiques institutionnelles.

Des acteurs extérieurs aux musées s’emparent des collections dont ils changent le statut en développant de nouveaux modes de transmission. Réinvestis par des membres des diasporas, des « communautés sources » ou des artistes contemporains,les archives deviennent des objets de remémoration, de commémoration et/ou de fiction.

Certaines archives deviennent elles-mêmes opératrices de transmission, lorsqu’elles sont réinvesties par de nouvelles significations au gré des jeux de reprises et des réemplois de matériaux existants. On observe ainsi parfois à la reconstitution de «archives-œuvres » nouvelles, à partir des fragments et des restes qui ont résisté à l’anéantissement. Celles-ci viennent non pas remplacer les objets disparus ou combler les images manquantes, mais « prendre à témoin » le spectateur des événements inscrits par l’historiographie officielle.

Le premier séminaire du projet de recherche « Transmission et musées », se concentre sur les métamorphoses de cet « Autre » à travers les formes de collaborations développées avec différents acteurs sociaux. Il analyse également l’impact des nouvelles technologies sur le patrimoine et le changement du statut de l’archive. Ces deux moments constituent autant de
strates qui participent à l’élaboration et à la transmission d’une représentation
de l’« Autre » qu’il s’agira précisément d’identifier au cours de cette recherche.

Le colloque est organisé avec le soutien du Labex Arts H2H, des Archives Nationales et de l’Université Paris 8.

Intervenants

  • Anne-Marie Bouttiaux : Chef de la section d’ethnographie au musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren
  • Elisabeth Caillet : Membre du comité scientifique de la fondation Lilian Thuram
  • Elsa Dorlin : Professeur de Science politique à l’Université Paris 8
  • Lambert Dousson : Professeur d’esthétique à l’Ecole d’architecture de Montpellier
  • Catherine Ferguson : Maître de conférences en Arts plastiques, Université de Leeds
  • Joris Lachaise : Réalisateur indépendant
  • Jacob Lillemose : Curateur indépendant
  • Patrick Nardin : Plasticien, maître de conférence en Arts plastiques à l’Université Paris 8
  • Ken Ndiaye : Collaborateur indépendant du musée royal de l’Afrique centrale  (Tervuren) et de diverses associations de diasporas à Bruxelles
  • Catherine Perret : Professeur d’esthétique à l’Université Paris 8
  • Soko Phay-Vakalis : Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 8
  • Anna Seiderer : Collaborateur scientifique au musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren
  • Frederik Tygstrup : Professeur associé en arts et Cultural Studies à l’Université de Copenhague
  • Françoise Vergès : Professeur consultant au Goldsmith Collège de Londres et présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, depuis le 8 mai 2009
  • Patricia Van Schuylenbergh : Historienne au musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren
  • Elisabeth Watkins : Maître de conférences en Arts plastiques à l’Université de Leeds3

Programme

Jeudi 24 janvier – L’ Archive comme objet de mémoire

Il s’agit d’étudier l’impact des collaborations avec les diasporas et les « communautés sources » sur la constitution du savoir ethnographique (c’est-à-dire du savoir sur l’ « Autre »). Dans quelle mesure l’intégration de ces différents acteurs au cours des recherches scientifiques modifie-t-elle la production du savoir les concernant ? S’agit-il d’un changement épistémologique ou idéologique ?

Matinée

10h- Introduction générale : Catherine Perret & Soko Phay-Vakalis

Présidente de séance : Anna Seiderer

10h30-11h15
Frederik Tygstrup : Collaborative Methodologies in the Humanities: A Practice Based Approach Underworld.

11h15-12h
Elisabeth Caillet : Exposer l’exhibition : un geste anti-raciste ?

12h-12h45
Catherine Ferguson A Fictional Tale about Painting: Juan Usle and the and the
Underworld

12h45-14h : Pause déjeuner

Après-midi

Présidente de séance : Catherine Perret

14h-14h45
Elsa Dorlin : Théories postcoloniales

14h45-15h30
Françoise Vergès Mémoires fragmentées, histoires croisées

15h30-16h00 : Pause-café

16h00-16h45
Soko Phay-Vakalis : L’ Archive-Œuvre ou l’autre manquant

16h45-17h30
Ken Ndiaye : Exposition [S]oggetti migranti au musée Luigi Pigorini de Rome

17h30-18h15
Table ronde des intervenants modérée par Lambert Dousson

18h30
Projection du film Convention- Mur noir/Trous blancs de Joris Lachaise(1h12mn)

Vendredi 25 janvier – Esthétiques de l’archive : techniques de représentations

La manipulation et la réinterprétation des collections (objets, films, photographies, enregistrements sonores) génèrent de nouvelles techniques de transmission. Transformés en objets d’arts ou en traces virtuelles ces archives deviennent des objets transmissibles.

Matinée

Président de séance: Frederik Tygstrup

10h-10h45
Catherine Perret : The Museum, the Archive and the Contemporary

10h45-11h30
Anne-Marie Bouttiaux La danse comme performativité de l’archive

11h30- 11h45 : Pause-café

11h45-12h30
Anna Seiderer Ritualisation du patrimoine muséal – réinvention et détournement 
de l’archive

12h30-14h : Pause déjeuner

Après-midi

Présidente de séance : Soko Phay-Vakalis

14h-14h45
Patricia Van Schuylenbergh Des films coloniaux belges : fabrique, usage et transmission d’une mémoire de l’Autre

14h45-15h30
Elisabeth Watkins : Film archives, memory and the cinematographic document

15h30-16h : Pause-café

16h-16h45
Patrick Nardin : Pièce à conviction. Une histoire de Serial Killer.

16h45-17h30
Jacob Lillemose : Critical Circuits – Uneasy Intelligences in the Cultures of Advanced Technological Systems

17h45
Table ronde des intervenants modérée par Lambert Dousson

 

http://calenda.org/235073?utm_source=lettre

Au-delà de l’Europe : la mode extra-occidentale, INHA, 8 janvier 2013, 14h

Au-delà de l’Europe : la mode extra-occidentale

Séminaire sur l’histoire de la mode et du vêtement – « La mode : objet d’études ? (II) » (2012-2013) 

 

Mardi 8 janvier 2013, 14h-17h

Salle Giorgio Vasari, INHA, 2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris
Coordination
Anne-Christine Taylor,
Musée du Quai Branly, Paris

Répondant
Anne-Christine Taylor

Régis Defurnaux, Université Libre de Bruxelles
L’apprentie Geisha : apparences, gestes et matières

Claire-Cécile Mitâtre, Université Paul Valéry, Montpellier
Le langage du drapé chez les Maures de l’Ouest Saharien

Jean-Baptiste Eczet, EHESS, Paris
Les ornementations corporelles des Mursi d’Éthiopie

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Organisation : Philippe Sénéchal et Damien Delille

Le dandy, héros du XIXe siècle, conférence publique de Farid Chenoune à l’IFM, 8 janvier 2013

Conférence publique de l’IFM du mardi 8 janvier 2013 de Farid Chenoune 

Le dandy, héros du XIXe siècle.
La figure du dandy est apparue et s’est imposée au XIXe siècle.

A la fois remarquable et énigmatique, le dandy sinon échappe du moins résiste aux multiples définitions et interprétations dont il a fait l’objet. Le propos de cette conférence est d’indiquer quelques éclairages sur l’ambiguïté spectaculaire de cette figure évoluant entre anecdote et mythe, performance et fiction. Il s’agira de se pencher en particulier sur ce qu’on pourrait appeler, après d’autres, l’héroïsme paradoxal de l’apparence qui semble être la signature du dandy. On évoquera Brummel, Baudelaire et quelques autres héros et hérauts de ce phénomène, mais aussi le contexte historique dans lequel il émerge (le déclin de l’aristocratie et la poussée démocratique). Par ailleurs, il sera encore question du contexte matériel qui préside à ses rites de représentation et de consommation (le rôle du tailleur, la naissance de la photographie et l’universalisation de la mode).

 Agrégé de lettres modernes, enseignant à l’IFM, Farid Chenoune est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, Dior (Assouline, 2007), Les dessous de la féminité (Assouline, 2005), Le cas du sac : Histoire d’une utopie portative (Le passage, 2004), Jean-Paul Gaultier (Assouline, 2000), Des modes et des hommes (Flammarion, 1993). Il a été commissaire de l’exposition Yves Saint Laurentau Petit Palais en 2010. Ancien rédacteur en chef de Mixte et du Monde d’Hermès, il collabore régulièrement à Libération, Vogue, L’Express, Magazine et France Culture. Il effectue des missions de conseil auprès de marques de mode et de luxe, portant sur leur identité, leur histoire et leur vocabulaire.

 

De 18h à 20h à l’IFM – 36 quai d’Austerlitz – Paris 13è

Participation 5 €.

Présence à confirmer par mail.