La question de l’opinion, Lundi 11 février 2013, 14h30 à 18h30, ISCC

Séance 8. La question de l’opinion

Lundi 11 février 2013, 14h30 à 18h30, ISCC

Huitième séance du séminaire de formation par la recherche organisé par l’ISCC en coopération avec l’École doctorale EDITE, avec les interventions de Renaud Meltz et Samuel Lepastier.

  • Communication et opinion : une démarche pluridisciplinaire
    Renaud MELTZ, maître de conférences à l’Université de Polynésie Française, en délégation à l’ISCC

L’opinion publique est une notion récente, apparue au cours du XVIIIe siècle, en même temps que l’émergence d’une bourgeoisie éclairée par l’augmentation du marché du livre et le développement de la presse. D’où la question fondamentale, qui appelle une approche pluridisciplinaire : l’opinion publique est-elle une réalité sociale, qui doit mobiliser des analyses sociologiques, ou relève-t-elle de l’idéologie politique ? En tout état de cause, la notion exige de multiplier les points de vue et de comparer les définitions disciplinaires, depuis les sciences politiques jusqu’à l’industrie des sondages.

  • Les inquiétudes collectives contemporaines
    Samuel LEPASTIER, directeur de recherche à l’Université Paris Diderot, chercheur associé à l’ISCC

Il est souvent constaté au sein des groupes des modifications affectives marquées par l’accentuation de l’anxiété vis-à-vis de l’extérieur. Ces réactions sont plus vives dans les foules. Dans ses origines, la recherche dans ce domaine n’était pas dénuée d’arrière-pensées politiques car elle permettait de rabattre des mouvements révolutionnaires sur la psychopathologie. Néanmoins, en intégrant des données issues de la psychanalyse, il a été possible d’anticiper les caractéristiques les mouvements de masse constatés dans les régimes totalitaires de l’entre-deux-guerres (Freud, 1921). L’apparition d’inquiétudes collectives de très grande ampleur ont été relevées ces dernières années. Sans doute, assistons-nous aux débuts de phénomènes dont l’intensité pourrait s’accroître. Fait nouveau, les moyens modernes de communication permettent la constitution de foules innombrables dont les membres n’ont plus de contact physique les uns avec les autres, reliés seulement par la perception d’une menace commune. Sous couvert de scientificité et avec l’alibi de la transparence, ressurgissent des angoisses millénaires. Ainsi, l’abus des rituels sataniques, le syndrome du bâtiment malsain ou encore l’enlèvement par des extraterrestres, transposent la crainte des sorcières, des maisons hantées, ou des rencontres avec fées et magiciens.

Pour plus d’informations

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1685

« 1931 Face-Dos-Profil », au Crédit Municipal de Paris, du 28 mars au 6 juillet 2013

 1931 FACE-DOS-PROFIL, au Crédit Municipal de Paris (Paris 4e)

Archives de Paris28 mars – 6 juillet 2013

Cette exposition présente un ensemble inédit de photos et de dessins issu du fonds de dépôts de modèles conservé aux Archives de Paris. Ces documents dévoilent une industrie de la haute couture soucieuse de protéger ses créations contre la copie en déposant, à chaque collection, les principaux modèles de vêtements ou d’accessoires auprès des prud’hommes de Paris. Ces archives précieuses témoignent de l’extraordinaire créativité et virtuosité d’un âge d’or de la couture parisienne. Les grands noms de l’époque – comme Madeleine Vionnet, Jeanne Lanvin, Hermès – côtoient ceux de maisons  aujourd’hui oubliées, telles Druilhe, Callot, Bruyère…

 

 

L’année 1931 se révèle exceptionnellement riche en dépôts – plus de 10 000 – et voit la naissance d’un style qui marquera les années 1930.

Commissaire :
Sylvie Lécallier, chargée de la collection photographique de Galliera

 

Crédit Municipal de Paris
55 rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

Du lundi au samedi de 9h à 17h, sauf les jours fériés

Paris Haute Couture, exposition Hôtel de Ville de Paris, du 4 mars au 6 juillet

 Paris Haute Couture, exposition Hôtel de Ville de Paris, du 4 mars au 6 juillet

Pour la première fois à Paris, l’Hôtel de Ville célèbre la Haute Couture. Près de 100 robes ou tenues choisies parmi les collections prestigieuses du Musée Galliera, des dessins, des photographies vont permettre au public parisien de se glisser dans les coulisses des ateliers célèbres dans le monde entier, et d’assister à la naissance de ces œuvres, jusqu’au défilé. Sous le commissariat d’Olivier Saillard et Anne Zazzo, respectivement Directeur et Conservateur en chef du Patrimoine au Musée Galliera.

La haute couture est née à Paris au milieu du XIXe siècle et,  aujourd’hui encore, Paris en reste sa capitale.  Près d’une centaine des plus belles créations de la haute couture sont présentées en majesté dans la nef de la salle Saint-Jean. À partir des chefs-d’œuvre des collections du musée Galliera, l’Hôtel de Ville propose un hommage à ce monde fantasmé et méconnu, fleuron de la culture française ainsi qu’à cette industrie parisienne caractérisée par sa créativité et sa haute technicité. Cette exposition fait connaître une industrie essentielle à l’image de la capitale dans le monde entier, image faite de charme et de sophistication.

Worth, Doucet, Poiret, Lanvin, Vionnet, Patou,  Chanel, Molyneux,  Rochas,  Maggy Rouff,  Jacques Heim, Nina Ricci, Schiaparelli, Jacques Fath, Balenciaga, Grès,  Balmain, Carven, Christian Dior,  Givenchy,  Cardin,  Yves Saint Laurent,  Courrèges,   Jean Paul Gaultier, Lacroix, Alaïa… La puissance d’évocation de ces noms ne se dément pas.  C’est l’histoire de l’industrie du luxe, faite de ces créateurs flamboyants et de petites mains au talent inimitable, qui est pour la première fois racontée.

Commissaires :

Olivier Saillard, directeur de Galliera
Anne Zazzo, conservateur en chef au musée Galliera

Publication autour de cette exposition :  

PARIS HAUTE COUTURE, sous la direction d’Olivier Saillard et de Anne Zazzo, éditions Skira/Flammarion, 288 pages, 39,90 €
Le catalogue paraît en avant-première;  il retrace l’univers des maisons de couture, décennie après décennie.

 

Hôtel de Ville
Salle Saint-Jean. 5 rue de Lobau
75004 Paris

« Parisiennes: vous pouvez porter un pantalon (enfin!) », Slate.fr, 3 février 2013

Parisiennes: vous pouvez porter un pantalon (enfin!)

 

Article paru sur Slate.fr, rubrique « Lu, Vu et entendu », 2 février 2013

http://www.slate.fr/lien/67925/pantalon-femmes-paris-parisiennes

 

Chères Parisiennes, depuis le 31 janvier 2013, vous avez le droit de porter un pantalon. Oui, le droit. Comme le souligne Le Parisien, «il aura fallu attendre la date du 31 janvier 2013 pour que le ministère des droits des femmes n’abroge -de façon implicite- l‘“ordonnance concernant le travestissement des femmes” qui leur faisait encourir, depuis plus deux siècles, l’emprisonnement».

En 2010, le blog Antiblogue la Mode revenait sur cette interdiction que beaucoup ignoraient et qui remontait à la Révolution française, plus précisément d’une ordonnance de police du 26 brumaire an VIII (17 novembre 1799), signée par le préfet de police de Paris:

«Révolutionnaires, les amazones de 1789 tentèrent le port de la culotte en signe d’égalité, mais elles ne furent guère suivies. Théroigne de Méricourt fut dénudée et fouettée. Olympe de Gouge finit guillotinée en 1793 pour ses idées (égalité des sexes) et ses vêtements. Face à ces soubresauts de révolution pas seulement d’ordre symbolique, le préfet de Paris, Dubois, décide en 1800 de prendre des mesures pour remettre les femmes dans le droit chemin (16 brumaire an IX). Le préfet réagit parce que « beaucoup de femmes se travestissent » et ordonne que :

2.Toute femme, désirant s’habiller en homme, devra se présenter à la Préfecture de police pour en demander l’autorisation.

3. Cette autorisation ne sera donnée que sur le certificat d’un officier de santé…»

Le débat avait refait surface en 2003 avec un député UMP, Jean-Yves Hugon, rappelait Antiblogue la Mode, qui avait demandé à la ministre déléguée à la parité Nicole Ameline de modifier l’ordonnance de 1800 qui fit que George Sand (originaire de l’Indre comme le député) devait demander une autorisation pour porter le pantalon. La ministre répondit que «la désuétude est parfois plus efficace que l’intervention».

En 2010, Rue89 rappelait qu’«en 1892 et 1909, si l’on en croit l’AFP, deux circulaires préfectorales auraient autorisé les femmes à se couvrir les jambes sous certaines conditions: “Si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval.”»

Le Parisien explique que cette fois-ci, la demande d’abrogation a été déposée par du sénateur UMP de la Côte-d’Or Alain Houpert en juillet 2012 devant le ministère des droits des femmes:

«Six mois plus tard, une réponse affirmative est inscrite au Journal officiel: “Cette ordonnance est incompatible avec les principes d’égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la France (…) De cette incompatibilité découle l’abrogation implicite de l’ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu’une pièce d’archives, conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris”, écrit ce ministère.»

Carnet de séminaire IHTP-CNRS