Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée

Louis Vuitton-Marc Jacobs : deux visionnaires au musée 

Musée des arts décoratifs (107 Rue de Rivoli, Paris 1er) du 9 mars au 16 septembre 2012

 

Cette exposition présente l’histoire de deux personnalités, Louis Vuitton (fondateur de la dynastie) et Marc Jacobs (directeur artistique de la Maison), et met en évidence leurs contributions à l’univers de la mode, sous le Second Empire pour le fondateur de la marque, et à son entrée dans le XXIe siècle pour Marc Jacobs..

L’exposition consacre un étage à chacun des créateurs dans une scénographie originale.
En janvier 1997, partir de rien, tel a été le défi de Marc Jacobs, engagé par Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire de la Maison Vuitton depuis 1990 : assurer la création du prêt-à-porter, des chaussures et des sacs. En 1835, Louis Vuitton, âgé de 14 ans, quitte son Jura natal pour se rendre dans la capitale.
Parti de rien, il est le fondateur d’une Maison. En route, il découvre les essences des forêts, il complète sa connaissance du bois, il apprend à travailler le peuplier, le châtaigner, des bois qu’il utilisera pour fabriquer ses malles.

En 1854, il décide de monter sa propre affaire et de fabriquer des objets durables, des malles pratiques et esthétiques, que les familles fortunées pourront réutiliser. Les malles présentées permettent de bien suivre la créativité et surtout l’ingéniosité de Louis Vuitton. Nous sommes dans le Paris du Second Empire, en pleine transformation sous l’autorité du préfet Hausmann. L’impératrice Eugénie, dont il est « l’emballeur » personnel, se veut l’ambassadrice de la couture. Pour un déplacement à Saint Cloud ou Fontainebleau, dix malles sont nécessaires dans lesquelles les robes à crinoline et tous les accessoires doivent être emballées avec la plus grande méticulosité.

Curieux, inventif, attentionné à son temps, Louis Vuitton hume l’air de l’époque et s’en
inspire : à la gare Saint Lazare, il observe les voyageurs ; ami de Worth, il crée de nouvelles
malles mieux adaptées aux nouvelles formes de robes de l’inventeur de la haute couture :
malle plate, plus légères, recouvertes d’une toile imperméable « gris Trianon », malles à
casiers, à chapeaux, à chemises, malles étanches en zinc pour les expéditions coloniales.
Aux Expositions universelles il propose toujours des nouveautés et obtient des médailles.
C’est lui que l’explorateur Savorgnan de Brazza vient voir en 1877 avant de repartir en
Afrique conquérir le Congo…avant les Belges ! Il connaît l’ingéniosité de Louis Vuitton qui
lui fabrique une malle-lit (que l’on peut admirer dans l’exposition).

Intuitif, le créateur n’a pas oublié de déposer des brevets car il est copié par ses concurrents français, anglais et américains : brevet pour la toile rayée de plusieurs couleurs en 1877, le damier avec son nom dans le motif en 1888, mais c’est son fils Georges qui imposera le célèbre Monogram en 1896.

Au deuxième étage, une sélection des modèles les plus emblématiques créés par Marc Jacobs, depuis son entrée chez Louis Vuitton en janvier 1997, ses collaborations depuis 2001 avec le monde de l’art : Julie Verhoeven, Stephen Sprouse, Takashi Murakami et Richard Prince dont on retrouve les customisations à chacune des collections.

Lien: http://www.lesartsdecoratifs.fr

Éléonore Testa

KABUKI – Costumes du théâtre japonais

KABUKI – Costumes du théâtre japonais

Du 7 mars au 15 juillet 2012 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent -5, avenue Marceau, Paris 16ème

Cette exposition propose au public de découvrir des costumes portés lors de représentations de kabuki, une forme de théâtre très populaire au Japon, dans lesquelles les comédiens portent un épais maquillage. Les pièces présentées sont prêtées pour l’occasion par la société japonaise Shôchiku Costume qui produit depuis 1895 des spectacles traditionnels. Les kimonos exposés sont encore portés aujourd’hui par des
acteurs de kabuki.

L’exposition présente également des estampes, des accessoires et des films documentaires. L’exposition s’articule en trois parties. La première présente des costumes appartenant aux pièces emblématiques du kabuki, la deuxième est consacrée aux costumes utilisés pour les scènes dansées et la dernière aux costumes présentant des particularités.

Eléonore Testa

Lien: http://www.fondation-pb-ysl.net/fr/Expositions-a-venir-597.html

Programme journée d’étude du 15 juin 2012, « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres: regards croisés franco-anglais » de 9h à 17h30, IHTP

Le 15 juin 2012, comme nous vous l’avions annoncé, le séminaire sur l’histoire de la mode de l’Institut du temps présent organise une journée d’étude franco-anglaise « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres » de 9h à 17h30.

Cette journée entend porter un regard croisé sur cette période particulière dans l’histoire des femmes et de la mode, marquée durablement de l’empreinte de la Première Guerre mondiale. En effet, le conflit imprime une double rupture sociale et familiale qui retentit sur le comportement des masses. Tandis que les hommes sont les premiers à subir  le traumatisme de la guerre au front, les femmes délaissent l’espace privé pour envahir l’espace  public en raison de leurs nouvelles responsabilités. Par leurs vêtements, elles acquièrent un autre statut et se « masculinisent ». Chefs de famille elles sont partout, deviennent ouvrières d’usines, munitionnettes, infirmières ou chefs d’exploitations agricoles. Bousculée par les changements intervenus dès le début du conflit et les nouvelles contraintes liées (travail des femmes, pénurie de tissus, vie chère), la mode féminine se simplifie devient pratique et rationnelle.

Dès novembre 1918, les femmes sont priées de reprendre la fonction qu’elles occupaient avant-guerre. Le repeuplement de la France est une priorité. L’image prépondérante véhiculée par les journaux féminins de l’époque est celle de la mère au foyer. L’émancipation féminine s’exprime, seule, à travers la mode. La période de l’entre-deux-guerres voit ainsi apparaître la figure de la garçonne qui contribue grandement à redéfinir la question de la beauté. Elle implique aussi un style de vie entièrement nouveau et conduit les femmes à appréhender autrement leur corps.

La journée s’interrogera sur cette période en questionnant à la fois les dispositifs de création et de représentations des modes du point de vue français et anglais. Concernant la création de mode, nous aborderons notamment le travail des couturiers Norman Hartnell et Madeleine Vionnet, et nous nous poserons aussi des questions plus spécifiques sur les modalités de fabrication des tendances et sur l’apparition des écoles de création de mode telles que la Chambre syndicale de la couture notamment. La notion de représentation sera, quant à elle, appréhendée à travers les questions du corps, des textiles et de la presse féminine principalement.

 Programme de la journée

 9h: accueil des participants

Session du matin 

9h30: Introduction de la journée par Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS

 9h40-10h: JENNY ROBERTS – MA dissertation

« Ghosts of Garments Past; a biography of the Trousered Uniform of the Munition Women Workers during World War I»

10h05-10h25: SOPHIE KURKDJIAN – doctorante, chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France

« De la gazette au magazine de mode : approche de la nouvelle féminité dite « moderne » de l’entre-deux-guerres à travers le prisme de l’évolution des journaux de mode de luxe»

 Pause

 10h40-11h: SOPHIE COURET – doctorante, fondation Yves Saint Laurent

« Corps, matières, volumes au début des années trente »

11h05-11h25: FLORENCE BRACHET-CHAMPSAUR – doctorante, responsable des archives et du patrimoine du groupe Galeries Lafayette

« Madeleine Vionnet et les Galeries Lafayette. Le mariage improbable d’une maison de couture française et d’un grand magasin parisien, 1922-1939

11h30-11h50: JANE HATTRICK- PhD research

I simply refuse to make the very short skirt”: from the Romantic robe de style to the Victorian revival, the fashion design work of the London couturier Norman Hartnell, 1921-1939”

 12h-12h30: discussion

 12h30-14h: Déjeuner

 Session de l’après-midi

14h-14h20: THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 14h25-14h45: Dr. MARIE McLOUGHLIN 

“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”(Hodgkin 1932). Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties.”

 Pause

 14h55-15h15: CHERYL ROBERTS – PhD research

“A Price for Fashion? A Young Working Class Woman’s Wardrobe in 1930s London”

 15h20-15h40: Dr. CHARLOTTE NICKLAS

“Fame, Fashion, and Fiction: Dress and the Bright Young People in Interwar Novels”

 15h45-16h05: FARID CHENOUNE – historien de la mode

« La Mode rêvée » de Marcel l’Herbier

 16h10-16h30 : discussion

 16h30: Conclusion de la journée par par Lou Taylor, Professor, University of Brighton

En raison du nombre limité de places disponibles, il est recommandé de vous inscrire en envoyant un mail à : seminairehistoiredemode@gmail.com

 Informations pratiques :

 Institut d’histoire du temps présent

59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris

Métro ligne 13 (Brochant ou Guy Môquet)

Bus 66 (arrêt Jonquière)

 

Coordination scientifique:

Sophie Kurkdjian et Eléonore Testa

Contacts :

seminairehistoiredemode@gmail.com

 

 


 

Annonce d’une journée d’étude, 15 juin 2012, « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres : regards croisés franco-anglais »

Journée d’étude organisée par le séminaire de l’histoire de la mode de l’Institut d’histoire du temps présent

 « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres :

regards croisés franco-anglais»

 

Vendredi 15 juin 2012

Institut d’histoire du temps présent

59/61 Rue Pouchet,

75017 Paris

Métro ligne 13 (Brochant ou Guy Môquet)

Bus 66 (arrêt Jonquières)

En raison de la limite des places disponibles, il est recommandé de vous inscrire en nous envoyant un mail à : seminairehistoiredemode@gmail.com

Contact : seminairehistoiredemode@gmail.com

Institut d’histoire du temps présent

CNRS – UPR 301

59-61 rue Pouchet 75849 Paris cedex 17

Histoire de Mode

Ce carnet sera le support principal du séminaire de recherche sur l’histoire de la mode qui se tient mensuellement à l’Institut d’histoire du temps présent et qui est destiné aux universitaires, aux étudiants en master, aux doctorants et aux professionnels de la mode.

Créé en 1999 par l’historienne Dominique Veillon, directrice de recherche au CNRS, ce séminaire de recherche regroupe des acteurs d’horizons différents ayant en commun un intérêt pour la mode.

Les objectifs poursuivis par ce groupe de recherche et donc par ce futur carnet sont multiples : ils visent à décloisonner la mode et à en faire un objet d’histoire. Il s’agit d’appréhender scientifiquement cet objet d’étude, en proposant différents niveaux d’explications et en fournissant des jeux d’échelles multidiscplinaires, en mobilisant diverses ressources, telles que celles de la philosophie, l’anthropologie, la sémiologie, la psychanalyse, la sociologie et l’économie.

– objectifs que valorisera ce carnet –

Carnet de séminaire