Archives de catégorie : Billets

Sonia Rykiel (1930-2016), A Fashion Revolutionary, by Maude Bass-Krueger

A few years ago, I was hired by Sonia Rykiel (the house, not the woman herself) to research and write about Sonia’s history and legacy. Fung Brands Limited had just bought the majority equity stake in the company and a new designer had been named. The company wanted somebody knowledgeable about fashion history to look at their archives and piece together a historical biography of the founder and the house. I spent almost a month pouring through the paper archives conserved in the company’s headquarters, housed above the iconic St. Germain boutique. Yumiko Hayashi, Sonia Rykiel’s wonderful archivist, kindly brought me binder upon binder of press clippings, magazine articles, and photographs. She gave me access to hundreds of hours of interviews, news reports, and filmed catwalk shows. Housed off-site, the archive also maintains an extensive textile collection spanning Sonia Rykiel’s entire career. A well-curated selection of these garments was shown at the Arts Décoratifs in 2008-2009 as part of the “Sonia Rykiel” exhibition. A catalogue published for the occasion includes a thorough appendix of Sonia Rykiel’s fashion collections. 

What did I discover? A newfound appreciation for how revolutionary Sonia Rykiel and her designs were in the 1960s and 1970s. 

Continuer la lecture de Sonia Rykiel (1930-2016), A Fashion Revolutionary, by Maude Bass-Krueger

A  propos des chapeaux masculins!

Le Pont de l’Europe de Caillebotte (1876), mentionné lors d’une séance du séminaire de l’INhA, présente un homme en complet jaquette, portant un haut de forme orné de crêpe sur sa partie supérieure.
Après quelques recherches, Agnès Evein, créatrice costumes Cinéma (http://oripo.jimdo.com), a retrouvé ce chapeau dans un catalogue de la Samaritaine plus tardif de 1921 (l’homme à droite).
Ce catalogue nous indique que ce haut-de-forme était un chapeau de deuil, et qu’il a été continué d’être porté au début du XXe. La mode et ses accessoires en disent beaucoup sur la société.

Le Pont de l'Europe, Caillebotte, 1876
Le Pont de l’Europe, Caillebotte, 1876
Catalogue Samaritaine, 1921
Catalogue Samaritaine, 1921

Avant de partir en vacances…

 … et pour affronter la canicule, choisissez le bon maillot de bain, car comme le dit Vogue français en juillet 1929, « Il n’y a pas de tricherie possible avec le costume de bain. Sa netteté est intransigeante, sa simplicité implacable. Examinez-vous sévèrement avant de l’adopter.» (« Les Naïades, 1929 »)

Vogue français, juillet 1929
Vogue français, juillet 1929 (Gallica, BNF)

Maillot2 Maillot3 Maillot4

Ouverture des inscriptions pour le colloque »Mode, vêtement et société en Europe durant la Première Guerre mondiale » (Label du Centenaire), 12-13 décembre 2014, IFM

Nous sommes heureux de vous informer que l’inscription pour le colloque international « Mode, vêtement et société en Europe durant la Première Guerre mondiale » est maintenant ouverte à l’adresse suivante:

https://www.weezevent.com/fashion-dress-and-society-in-europe-during-world-war-i.

Lieu et programme:

Le colloque aura lieu à l’Institut Français de la Mode, 36 Quai d’Austerlitz, 75013 Paris, les 12 et 13 décembre 2014.

Il présentera 65 interventions en français et en anglais :

*Journée du vendredi 12 décembre : conférences plénières entre 9h et 18h

*Journée du samedi 13 décembre : trois sessions simultanées de conférences entre 9 et 17h

Toutes les informations relatives au colloque et à l’inscription se trouvent sur le site Internet du colloque :  http://europeanfashionwwi.wordpress.com/

Le programme définitif sera bientôt disponible.

Inscription:

Merci de bien noter que vous devez vous inscrire pour assister au colloque. Les frais, qui s’élèvent à 60 euros par participant, comprennent les 4 pauses café, ainsi que les deux repas des deux jours du colloque. Un tarif spécial de 35 euros s’applique pour les étudiants (avec justificatif de la carte d’étudiant en cours de validité). Un tarif spécial est également proposé pour les demandeurs d’emploi et les intermittents du spectacle, ainsi que pour ceux qui ne peuvent assister qu’à une journée du colloque (vendredi ou samedi).

-Public, General Admission (2 days): 60 euros (+ tax)

-Public, Student Admission (2 days): 35 euros (+tax)

-Public, Unemployed/Artists (2 days): 40 euros (+tax)

-Public 1 day (Friday or Saturday), General: 35 euros (+ tax)

-Public 1 day (Friday or Saturday), Student: 20 euros (+ tax)

-Public 1 day (Friday or Saturday), Unemployed/Artists: 25 euros (+ tax)

Liste des intervenants :

Nuria Aragonès (University of Barcelona/ Paris III, Sorbonne): French press during WWI

Ana Balda (University of Navarra, Spain): WWI and its consequences on the consumption of French Haute Couture by Spanish Royalty, aristocracy and high bourgeoisie

Maude Bass-Krueger (PhD candidate, Bard Graduate Center, NYC): La Parisienne et Le Poilu:  Fictions and fantasies of fashionable women and their soldiers during the War

Beatrice Behlen (Senior Curator, Fashion and Decorative Arts, Museum of London): Collecting and displaying WWI at the Museum of London

Muriel Berthou Crestey (Researcher at ITEM): Adolf de Meyer & Vogue, 1914-1918

Ulrika Berglund (PhD candidate, Centre for Fashion Studies, Stockholm University): The neutrality policy and fashion culture in Sweden, 1914-1918

Nele Bernheim (PhD candidate, University of Antwerp): The fashion house Norine, 1915-1918

Cally Blackman (Lecturer, Central Saint Martins, University of the Arts, London): The potential of autochrome as a source of visual evidence for dress historians, archives of La Planète created by Albert Kahn

Regina Lee Blaszczyk (Professor, University of Leeds, UK):  « Yankee Ingenuity Confronts Paris Fashion: The Hidden History of How World War I Shaped Color Practice in the American Fashion Business »

Emily Brayshaw (PhD candidate, University of Technology, Sydney, Australia): Gaby Deslys, ostrich feathers, WWI

Maria Carlgren (PhD candidate, University of Gothenburg, Sweden): Wartime fashions in Stockholm and Paris, looking at the artists Valle Rosenberg and Siri Derkert and their fashion collections for the Swedish fashion house Birgittaskolan during WWI

Laura Casal-Valls (University of Barcelona, Spain): Clothes-making in Barcelona during WWI: effects and consequences of the war

Katy Conover (Independent scholar, London): extent couture garments in British collections, 1914-1918

Marguerite Coppens (Curator of the Lace and costumes at the Royal Art and History Museums, Brussels): Lacemaking industry, French and Belgian reactions to stimulate the industry during the war

Manuel Charpy (Professor, iRHis, Lille): Masculine uniform during WWI

Ilaria Coser (Independent scholar, UK): Women fashion journalists, 1914-1918

Jennifer Daley (PhD candidate, King’s College, London) The Marketing of Patriotism: The Political Usage of Sailor Fashion during the First World War, 1914-1918

Gillian Davies (Retired Professor, Savannah College of Art and Design, USA): Elsie de Wolfe’s style & WWI

Burcu Dogramaci (Professor, LMU, Munich): German fashion writings in war times

Lourdes Font (Professor, Fashion Institute of Technology, NYC): American Couture Houses in Paris during the War

Holly Grout (Professor, University of Alabama, USA): Beauty in France during WWI

Birgit Haase (Professor, HAW Hamburg, Germany): “La Crinoline de Guerre: a Feminine Fashion between Past and Future”

Sara Hume (Curator/Assistant Professor, Kent State University Museum): Between fashion and folk – dress practices in Alsace during WWI

Amy de la Haye (Professor, University of the Arts, London): Landgirls’ uniforms, WWI

Stéphane Jacques-Addade (Art Historian and Member of the European Chamber of Art Experts, France): Bernard Boutet de Monvel, a wartime dandy or the evolution of the uniform ‘à l’anglaise,’ 1914-1918

Catherine Join-Dieterle (former Director of the Musée Galliera, Paris): L’Art et la Mode, 1914-1918

Marta Kargol (Jagiollonski University, Krakow): Changing practices of home-made clothing in the neutral Netherlands during the Great War

Andrea Kollnitz (Assistant Professor, Center for Fashion Studies, Stockholm University): The national identity of fashion women in Germany and Sweden

Sophie Kurkdjian (IHTP/CNRS, Paris): Women’s press during the War

Nigel Lezama (Professor, Brock University, Ontario, Canada): Le Flambeau & sartorial discourse during the war

Zsolt Mészáros (PhD candidate, Univeristy Eötvös Loránd, Budapest): Male fashion during WWI

Chryssa Mantaka (Assistant Professor of Costume Design at the School of Drama, Aristotle University, Thessaloniki): Dress in Salonica during the Great War, mapping the sartorial profile of the era

Maria Makela (Professor, California College of the Arts, USA): Kunstheide (artificial silk) and the democratization of German fashion

Thierry Maillet (University of Erasmus, Rotterdam): Trend-card manufacturing during WWI

Marie Mcloughlin (Professor, University of Brighton, UK): The evolution of the trench coat, from War Office to High Street

Alisa Miller (Research Fellow, Norwich University of the Arts, UK): Gladys Peto, commercial fashion illustrator and the Sketch – elite consumer culture and the changing image of the modern woman, 1914-1919

Enrica Morini (IULM University, Milano): Margharita’s war & Italian fashion during WWI

Anna Novikov (Deutsches Historisches Institut, Warsaw): Female fashion and patriotism in partitioned Poland during WWI

Lewish Orchard (textile designer, London): The fashion house Lucile, 1914-1918

Christine Pappelau (Bauhaus University Weimar, Germany): The decline of bourgeois fashion and the rise of workers’ clothing during WWI & the Russian Revolution

Alexandra Palmer (Fashion Costume Senior Curator and Chair, Royal Ontario Museum, Canada): WWI garments from the Royal Ontario Museum

Victoria Pass (Salisbury University, Maryland, USA): Chanel, Duchamps and the rise of celebrity culture during WWI

Emmanuelle Polle (journalist, France) & Johanna Zanon (PhD student, University of Oslo):  Patou during the Great War.

Alan Price (Retired Professor, Pennsylvania State University): Dressing American relief workers in the Great War, the story of three important American war charities in France

Adelheid Rasche (Curator of the Sammlung Modebild, Berlin): War and Fashion

Georgina Ripley (Curator, Modern & Contemporary Fashion & Textiles, National Museums of Scotland): Lucile & WWI, using dresses from the museum collection

Jennifer Roberts (PhD scholar, Brighton University, UK): Munitions factory worker’s dress in Britain during WWI

Margherita Rosina (Director, Museo Studio del Tessuto Fondazione Antonio Ratti, Como): War-time silk production in the collection of the Fondazione Antonio Ratti

Victoria Rovine (Associate Professor, Art History   University of North Carolina at Chapel Hill ): The colonial context – French fashion design and the representation of Le Soudan Français

June Rowe (PhD candidate, University of the Arts, London): Early English femininities & wartime change

Suzanne Rowland (Museum Educator, London): The rise of the mass-produced blouse, 1914-1918

Guillaume de Syon (Professor, Albright College, Pennsylvania, USA): French aviation adjustment to wartime, 1914-1918

Änne Söll (Research fellow, Institute for Arts and Media, University of Potsdam, Germany): The First World War in the Viennese Fashion Journal « Die Herrenwelt, » 1916-1917

Nadège Sougy (Assistant Professor, University of Neuchâtel, Switzerland): Warheads and patriotic jewelry

Mary Lynn Stewart (Professor, Simon Fraser University, British Columbia, Canada): Marketing Haute Couture during the Great War

Lou Taylor (Professor, University of Brighton, UK): High Society Women in Britain and their Contribution to the War Effort

Patricia Tilburg (Professor, Davidson College, USA): Female garment workers in France during WWI

Elena Trencheva & Joanna Weckman (Postdoc researcher & graduate student in Costume Design, Department of Film, Television and Scenography, School of Arts, Design and Architecture, Aalto University, Finland): Visual representation of Finnish identity through dress during WWI

Dominique Veillon (CNRS, Paris): Mourning dress in WWI

Margaret Vining (Curator, Division of Armed Forces History,, National Museum of American History, Smithsonian): Uniforms re-fashioning the woman, 1914-1918, analysis of the collection of WWI uniforms worn by women volunteers in the US and overseas

Janet Watson (Professor, University of Connecticut, USA): Khaki Girls and women war workers’ uniforms during WWI

Eva Maria Zangl (Karl-Franzens, University of Graz, Austria): Manmade fibers and artificial silk during WWI

Steven Zdatny (Professor, University of Vermont, USA): Hairdressing and hairstyles during WWI

 

 Contact

Maude Bass-Krueger, Sophie Kurkdjian :  europeanfashionwwi@gmail.com

 

N’hésitez à nous contacter pour toute question que vous pourriez avoir.

Le Comité scientifique du colloque

 

     

Logo-IHTP-CNRS

unibrighton-320Logokunstbibliothek

logo_ehess

    logop8    

                                                                                                                                         

9ème séance du séminaire sur la mode de l’IHTP, « Actualité de la recherche en histoire de mode », 20 juin 2014, 14h30

La séance du 20 juin 2014 est consacrée, comme l’année dernière, à l’actualité de la recherche en histoire de mode et à la présentation des travaux d’ étudiants, de chercheurs et d’auteurs.

Cette année, nous aurons le plaisir d’accueillir :

Pour les travaux d’étudiants:

Céline Arzatian, qui prépare une thèse sur« Les rapports entre la mode et le cinéma en France durant les années 1920 », sous la direction de M. Laurent Véray, à l’Université Paris III.

             Résumé:  

             Mon projet doctoral a pour objet les liens qui s’établissent entre l’industrie de la mode et le cinéma en France dans les années 20. Ce sont les aspects esthétiques qui lient ces deux industries et ces deux arts qui vont m’intéresser dans ce travail. Industrie et art, termes souvent associés à ces domaines qu’il faudra définir, sachant que les années 20 sont des années où écrivains, cinéastes et historiens ont produit un discours sur le cinéma et ont contribué à faire évoluer le cinéma comme art visuel et 7ième art. Comment la mode a-t-elle évoluée durant cette décennie ? Il s’agira d’analyser la façon dont les cinéastes et les couturiers ont travaillé ensemble sur une œuvre cinématographique, comment les choix de costumes se sont faits, comment le costume a pris une part importante dans l’œuvre cinématographique d’un cinéaste et la réception du film à sa sortie. Il s’agira également de rechercher des aspects plus pragmatiques, tels que les nombreux apports publicitaires, économiques ou culturels que les maisons de coutures apportent au cinéma ou que les vedettes de cinéma apportent à la mode, vedettes et films formant une vitrine pour l’industrie de la mode. Tous ces aspects me permettront d’intégrer la mode dans un processus de création artistique entre la mode et les autres arts.

        Cette recherche prend appui sur un important corpus de films, qui évolue au fur et à mesure de mes travaux dans les archives, et un dépouillement important des revues corporatives sur le cinéma des années 20 ainsi que des revues de mode sur la même période. Ce travail me permettra d’établir un panorama représentatif de la production cinématographique en France et montrera une évolution dans l’interaction de ces deux domaines, le cinéma et la mode, sur la période des années vingt.

Maxime Laprade, qui prépare un master d’histoire de l’art sur  » L’histoire de la maison de couture Callot Soeurs (1895-1914), à l’Université Paris I

Résumé:

              La maison de haute couture Callot Sœurs ouvre en 1895 au 24 rue Taitbout et ferme en 1937, dix ans après la mort de Marie Callot, couturière talentueuse et dernière survivante des sœurs Callot. En 1900, la maison expose ses créations à l’Exposition universelle à Paris. Cette date, cinq ans seulement après l’ouverture, est déjà synonyme de succès commercial et de renommée internationale pour la maison.

            L’étude se concentre sur la période allant de 1895 à 1914. Une analyse de l’histoire de la famille Callot a été nécessaire pour tenter de comprendre en quoi l’ouverture de la maison revêt un caractère familial. Ensuite, une étude des statuts de créations a permis de saisir les détails de la fondation de la société – ayant été créée en 1895 par seulement deux des quatre sœurs Callot. Une appréhension de son emplacement dans Paris et de sa symbolique a également été essentielle. Elle a mis en évidence un caractère de l’esprit Callot : une exigence d’excellence assumée en toute humilité. Puis, une confrontation aux créations de la maison a complété les recherches. L’étude des dépôts de modèles conservés à l’Institut National de la Propriété Industrielle d’une part, et celle des toilettes des réserves du Palais Galliera et de celles du musée des Arts Décoratifs d’autre part, a permis de mettre en lumière certaines caractéristiques de la maison de couture. L’étude des griffes, de la classification des modèles ou encore une brève analyse stylistique, renseignent autant sur l’organisation de la maison, l’enchaînement des collections et le nombre de modèles par collection, que sur la volonté des sœurs Callot de s’adapter à leur époque – elles proposent des modèles toujours pertinents, tant, qu’il est ardu de savoir si elles sont plutôt des « suiveuses » ou des « têtes de file ». Enfin, une analyse de la présence de la maison dans la presse s’impose. Quand et pourquoi le nom « Callot » est-il mentionné ? quel jugement portent les rédacteurs sur les créations ? Il faut aussi un examen des mentions de la maison en dehors de la presse, à l’instar de Marcel Proust qui les cite dans À la recherche des jeunes filles en fleur, ou encore de Madeleine Vionnet qui témoigne de son expérience de première dans les ateliers de la maison au début des années 1900, terminent un travail qui a pour objectif la mise en lumière générale de l’activité d’une maison, star de son époque, mais oubliée aujourd’hui.

Pour l’actualités des chercheurs et conservateurs des musées:

Manuel Charpy, chargé de recherche au CNRS/ IRHIS Université de Lille III

Présentation de la nouvelle revue d’histoire de la mode et du vêtement : Modes pratiques. Histoire de vêtements

Comme son titre l’annonce, Modes pratiques veut s’attacher à toutes les pratiques sociales du vêtement, qu’elles soient normatives ou subversives, dominantes ou marginales, anecdotiques ou pérennes. Elle veut considérer le vêtement comme un objet multiple, à la fois frontière et lien entre l’intime et le public, entre les mondes de la production et celui des consommations, entre la culture de masse et ses contestations, entre les mondes de l’image et les inventions du quotidien. Modes pratiques prend donc le vêtement comme « un fait social total » (Mauss, Braudel, Barthes), c’est-à-dire comme le moyen de questionner les identités, mais aussi comme un phénomène économique, politique, qui modèle le quotidien. Ainsi, Modes pratiques propose-t-elle un pas de côté par rapport aux sphères de la haute couture pour regarder ce que nous faisons du vêtement et ce que le vêtement nous fait. Elle souhaite réunir, dans un objet éditorial déglacé, les regards et les contributions de créateurs et de chercheurs, au sens le plus ouvert possible.

Le premier numéro qui devrait paraître en mars 2015 s’intéresse à la question des normes vestimentaires

Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller scientifique « Arts décoratifs, design et culturel matérielle », INHA

Présentation du nouveau programme de recherche de l’INHA sur l’histoire de la mode masculine (janvier 2015)

Pour les ouvrages sur la mode:

-Marion Laporte et Dominique Waquet, pour la nouvelle édition de La Mode [PUF, Que sais-je, numéro 3426, pp.128, février 2014]

Présentation de l’éditeur : À notre époque, la mode est d’abord perçue comme un mouvement : ce qui était un jour admiré, imité, promu, diffusé, devient le lendemain passé de mode. Est à la mode celui, ou celle, qui fait, porte, lit, apprécie, écoute, dit… ce qui est considéré par les leaders comme le meilleur, le plus innovant de ce qui doit se faire, se porter, se lire, s’apprécier, s’écouter, se dire… Aujourd’hui, cependant, le terme de mode évoque souvent le seul univers de la création des vêtements et du textile. En quoi consiste ce phénomène social et psychologique, dont le vêtement est un élément représentatif, mais pas unique ? Que nous révèle le processus ostentatoire de la mode sur certaines facettes plus secrètes de la nature humaine ? Dominique Waquet, docteur en sciences économiques, ancien directeur général de l’Institut français de la mode, est conseiller de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. Marion Laporte, ancienne chargée de mission design-mode au ministère de l’Éducation, est consultante en industries créatives.

-Jean Lebrun, pour l’ouvrage Notre Chanel, ed. Bleu Autour, 2014

L’inscription à la séance se fait via l’adresse seminairehistoiredemode@gmail.com. Merci par avance!