Archives de catégorie : Actualités / News

Soutenance de thèse de Sabine Ichikawa, 30 novembre 2012 : « La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

Soutenance de thèse

Sabine Ichikawa soutiendra le vendredi 30 novembre à 14 h 30 sa thèse de
doctorat d’histoire préparée sous la direction de  Patrick Fridenson :

« La réémergence de la mode chinoise et le rôle du Japon. »

La soutenance aura lieu à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, au 2e étage, dans la salle de séminaire du Centre d’Etudes Africaines.

Résumé:

L’émergence de l’industrie de la mode en Chine prend une ampleur grandissante. Depuis l’ouverture économique des années 1980 le pays n’a eu de cesse de rattraper son retard, et a décidé de passer du « Made in China » au « Designed in China ». Le contexte et les étapes décisives de ce processus sont analysés d’un point de vue historique ainsi que les conséquences, les facteurs d’influence et les freins.  Notre hypothèse est que l’apport du Japon dans l’évolution de la mode en Chine diffère de celui des pays occidentaux du fait de sa proximité géographique et culturelle, et de son expérience de pionnier dans le lancement d’une mode d’origine asiatique dans les années 1970-80. La première partie présente les échanges triangulaires entre le Japon, la Chine et l’Occident depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. La deuxième partie analyse les tournants et les étapes du « système de mode » naissant en Chine après 1978 selon la chaîne de valeur du textile-habillement, dans la production, la distribution, et la communication, au travers de monographies d’entreprises. Ce système comprend des acteurs privés et publics, des instituts de formation, ainsi que des associations professionnelles. La troisième partie place la mode chinoise dans le contexte des industries créatives. La recherche met en lumière que les transferts du Japon vers la Chine se sont dématérialisés, que le potentiel de développement d’une mode chinoise créative est important, ainsi qu’au sein de la diaspora en Occident. Néanmoins la difficulté d’émergence d’un système de mode créatif en Chine continentale s’explique par des raisons historiques et culturelles, par l’interventionnisme de l’Etat, et par le manque de recours au patrimoine culturel local.

23 novembre 2012 : 2ème séance du séminaire sur l’histoire de la mode, IHTP

  • Séance du 23 novembre  2012 : approche de l’industrie textile 

-Valérie Guillaume : conservatrice en chef du patrimoine, chef du service de Prospective industrielle au MNAM/CCI, Centre Pompidou

Valérie Guillaume commentera ses publications sur l’histoire des textiles et des matériaux ainsi que l’actualité de la recherche au travers de quelques expositions et workshops.

-Luc Druez, éditeur, consultant pour les entreprises recherchant du conseil R&D lié à des matériaux souples

En présentant des échantillons de ses propres collections, Luc Druez évoquera son métier de consultant en recherche de matériaux, un travail à la fois artisanal et industriel, où l’expérimentation sur les fibres textiles joue un grand rôle. 

Pour plus de renseignements: le site de Luc Druez:  www.lcd-textile-edition.com

Programme 2012-2013 : « Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

Programme 2012-2013

« Approche historique de l’industrie de la mode : de la fibre textile au vêtement de mode »

 

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avec l’apparition de la production en série, la question du rapport entre art et industrie émerge au 19ème siècle avant de trouver un prolongement dans les Expositions Universelles et dans la création de musées des arts décoratifs à l’initiative d’industriels désireux d’encourager « la réalisation du Beau dans l’Utile ». En outre, l’Exposition internationale des arts décoratifs industriels et modernes consacre, en 1925, la Mode comme un art et une industrie générant une activité diversifiée. Envisagée comme une industrie, entraînant dans son sillage de plus en plus de « médiateurs » et d’intermédiaires, la mode apparaît comme un process répondant à une succession d’étapes, structurant sa création (des matières premières textiles jusqu’au produit fini, le vêtement). En cela, elle acquiert une profondeur historique, économique et sociale.

Ainsi, pendant les cinq prochaines années, le séminaire revisitera cet objet familier et bien connu de nous qu’est la mode en lui appliquant une nouvelle grille de lecture afin de mettre en lumière ses dispositifs d’invention, de fabrication, de création, de diffusion puis de transmission. En envisageant ces différents dispositifs, le séminaire entend montrer comment ces derniers structurent et ordonnent la compréhension que l’on se fait de la mode et l’imposent comme un ordre « industriel » mais aussi « créatif ».

-Industriel, en étudiant notamment les savoir-faire artisanaux ancestraux qui contribuent au rayonnement d’une nation et au succès de ses créations vestimentaires et, en s’interessant aussi aux différents acteurs de cette industrie : les fabricants de tissu, les couturiers ou encore les journalistes.

-Créatif, en insistant sur la mode comme patrimoine. Ce patrimoine, constitué de vêtements, de textiles, d’accessoires, mais aussi d’objets et d’archives orales, confère à la mode une portée historique et symbolique dépassant ses propres frontières nationales. Étudier la constitution progressive du patrimoine de la mode et les politique culturelles qui lui sont appliquées depuis plusieurs années concourent directement aussi à « redécouvrir » la mode et à la doter d’une histoire.

Quatre thématiques ont été choisies pour aborde la double dimension à la fois industrielle et patrimoniale de la mode: l’industrie textile ; la création ; la médiatisation et la patrimonialisation de la mode. Elles permettent de montrer comment la mode est pensée,  façonnée pour ensuite, être diffusée, vendue et enfin, comment elle entre au musée, devenant un objet de contemplation et de recherche.

 

 

19 octobre 2012 : 1ère séance du séminaire sur l’histoire de la mode, IHTP

Le séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP engage cette année une nouvelle reflexion autour de l’histoire de la mode comme industrie et patrimoine.

Avant d’inaugurer cette nouvelle réflexion à partir du mois de novembre, la première séance du séminaire proposera un état des lieux de la recherche en histoire de mode en France et en Europe.

Selon quelles problématiques et quels axes de réflexion l’histoire de la mode a-t-elle été élaborée des années soixante-dix à aujourd’hui?

Dans quelles universités et dans quels laboratoires de recherche la mode est-elle étudiée, aujourd’hui, en France et en Europe?

 

Voici certaines des questions auxquelles la première séance du séminaire apportera des pistes de réflexion.

Cette séance aura lieu le vendredi 19 octobre 2012, à 14h30, à l’Institut d’histoire du temps présente, au 59/61 rue Pouchet, 75017.

 

  • Séance du 19 octobre 2012 : Etat des lieux de la recherche en histoire de mode

 -Thierry Maillet : doctorant à l’EHESS, chargé de séminaire à l’Institut d’Etudes politiques de Paris

« Écrire l’histoire de la recherche en histoire de mode en France des années soixante-dix à aujourd’hui »

 -Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS et Sophie Kurkdjian : doctorante, chercheur associé à la BNF

« Penser et transmettre l’histoire de la mode à l’université en France et en Europe »

-Eléonore Testa : INHA

Présentation des nouveaux axes de recherche du séminaire sur l’histoire de la mode de l’IHTP

 

Contact : Éléonore Testa et Sophie Kurkdjian:  seminairehistoiredemode@gmail.com

Programme journée d’étude du 15 juin 2012, « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres: regards croisés franco-anglais » de 9h à 17h30, IHTP

Le 15 juin 2012, comme nous vous l’avions annoncé, le séminaire sur l’histoire de la mode de l’Institut du temps présent organise une journée d’étude franco-anglaise « Femme et mode dans l’entre-deux-guerres » de 9h à 17h30.

Cette journée entend porter un regard croisé sur cette période particulière dans l’histoire des femmes et de la mode, marquée durablement de l’empreinte de la Première Guerre mondiale. En effet, le conflit imprime une double rupture sociale et familiale qui retentit sur le comportement des masses. Tandis que les hommes sont les premiers à subir  le traumatisme de la guerre au front, les femmes délaissent l’espace privé pour envahir l’espace  public en raison de leurs nouvelles responsabilités. Par leurs vêtements, elles acquièrent un autre statut et se « masculinisent ». Chefs de famille elles sont partout, deviennent ouvrières d’usines, munitionnettes, infirmières ou chefs d’exploitations agricoles. Bousculée par les changements intervenus dès le début du conflit et les nouvelles contraintes liées (travail des femmes, pénurie de tissus, vie chère), la mode féminine se simplifie devient pratique et rationnelle.

Dès novembre 1918, les femmes sont priées de reprendre la fonction qu’elles occupaient avant-guerre. Le repeuplement de la France est une priorité. L’image prépondérante véhiculée par les journaux féminins de l’époque est celle de la mère au foyer. L’émancipation féminine s’exprime, seule, à travers la mode. La période de l’entre-deux-guerres voit ainsi apparaître la figure de la garçonne qui contribue grandement à redéfinir la question de la beauté. Elle implique aussi un style de vie entièrement nouveau et conduit les femmes à appréhender autrement leur corps.

La journée s’interrogera sur cette période en questionnant à la fois les dispositifs de création et de représentations des modes du point de vue français et anglais. Concernant la création de mode, nous aborderons notamment le travail des couturiers Norman Hartnell et Madeleine Vionnet, et nous nous poserons aussi des questions plus spécifiques sur les modalités de fabrication des tendances et sur l’apparition des écoles de création de mode telles que la Chambre syndicale de la couture notamment. La notion de représentation sera, quant à elle, appréhendée à travers les questions du corps, des textiles et de la presse féminine principalement.

 Programme de la journée

 9h: accueil des participants

Session du matin 

9h30: Introduction de la journée par Dominique Veillon, Directrice de recherche au CNRS

 9h40-10h: JENNY ROBERTS – MA dissertation

« Ghosts of Garments Past; a biography of the Trousered Uniform of the Munition Women Workers during World War I»

10h05-10h25: SOPHIE KURKDJIAN – doctorante, chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France

« De la gazette au magazine de mode : approche de la nouvelle féminité dite « moderne » de l’entre-deux-guerres à travers le prisme de l’évolution des journaux de mode de luxe»

 Pause

 10h40-11h: SOPHIE COURET – doctorante, fondation Yves Saint Laurent

« Corps, matières, volumes au début des années trente »

11h05-11h25: FLORENCE BRACHET-CHAMPSAUR – doctorante, responsable des archives et du patrimoine du groupe Galeries Lafayette

« Madeleine Vionnet et les Galeries Lafayette. Le mariage improbable d’une maison de couture française et d’un grand magasin parisien, 1922-1939

11h30-11h50: JANE HATTRICK- PhD research

I simply refuse to make the very short skirt”: from the Romantic robe de style to the Victorian revival, the fashion design work of the London couturier Norman Hartnell, 1921-1939”

 12h-12h30: discussion

 12h30-14h: Déjeuner

 Session de l’après-midi

14h-14h20: THIERRY MAILLET – doctorant, maître de conférence Institut d’Études Politiques

« Des sociétés d’échantillonnage établies à Paris participent de la fabrication des tendances de mode durant l’entre-deux-guerres »

 14h25-14h45: Dr. MARIE McLOUGHLIN 

“There is in England …no scope whatsoever for the girl who designs fashions by drawing them.’”(Hodgkin 1932). Fashion Education in Paris and London in the twenties and thirties.”

 Pause

 14h55-15h15: CHERYL ROBERTS – PhD research

“A Price for Fashion? A Young Working Class Woman’s Wardrobe in 1930s London”

 15h20-15h40: Dr. CHARLOTTE NICKLAS

“Fame, Fashion, and Fiction: Dress and the Bright Young People in Interwar Novels”

 15h45-16h05: FARID CHENOUNE – historien de la mode

« La Mode rêvée » de Marcel l’Herbier

 16h10-16h30 : discussion

 16h30: Conclusion de la journée par par Lou Taylor, Professor, University of Brighton

En raison du nombre limité de places disponibles, il est recommandé de vous inscrire en envoyant un mail à : seminairehistoiredemode@gmail.com

 Informations pratiques :

 Institut d’histoire du temps présent

59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris

Métro ligne 13 (Brochant ou Guy Môquet)

Bus 66 (arrêt Jonquière)

 

Coordination scientifique:

Sophie Kurkdjian et Eléonore Testa

Contacts :

seminairehistoiredemode@gmail.com